AMERICAN NIGHTMARE 4 : LES ORIGINES de Gerard McMurray [Critique Ciné]

 

American Nightmare 4 : Les Origines

 

Les origines inédites de la toute première Purge nous sont racontées dans American Nightmare 4 : Les Origines. Un quatrième volet sous forme de prequel au final pas si indispensable que ça.

 

 

SYNOPSIS : Face aux républicains et au démocrates, un nouveau parti appelé les Pères Fondateurs ont réussi à se faire  élire à la Maison Blanche grâce au soutien de la N.R.A.. L’une de leur première mesure pour faire baisser la criminalité est d’instaurer une nuit par an où tous les crimes seront autorisés. Pour sa première année, un essai est effectué sur l’île de Staten Island où vivent les plus pauvres qui auront bien du mal à résister à la prime offerte pour participer.

 

Si vous pensiez vraiment que la saga à succès American Nightmare s’arrêterait vraiment au bout de seulement trois films, c’est mal connaitre le producteur Jason Blum. Et même si le créateur de la franchise James DeMonaco prend un peu de recul pour n’être plus que crédité comme scénariste de cette suite, ce n’est certainement pas ça qui allait mettre un terme définitif à la Purge. En attendant de trouver le rebondissement qui permettra de réaliser une véritable suite, American Nightmare 4 : Les Origines remonte dans le temps pour revenir au tout début de l’histoire pour raconter la première Purge. Mais n’est-ce pas déjà là le film de trop ?

 

American Nightmare 4 : Les Origines

 

Il suffisait de voir la bande annonce d’American Nightmare 4 : Les Origines pour sentir venir l’arnaque. Tout laisser penser que ce prequel ne serait qu’une excuse pour pouvoir filmer une nouvelle nuit d’horreur sans rien nous apprendre réellement des origines de la Purge. A la vue du résultat final, cela est maintenant une certitude ce nouvel opus n’apportera rien de neuf à l’intrigue. Si James DeMonaco semblait être bien inspiré sur les deux premiers volets avec cette histoire d’anticipation tellement proche de la vérité qu’elle en devenait flippante, le troisième film nous avait déjà bien déçu en se transformant de plus en plus en film d’action et en nous laissant bien sur notre faim quand au développement prometteur de l’histoire. En remontant seulement à quelques jours de la première purge, nous découvrirons rapidement qu’il n’y avait rien de plus à apprendre sur les origines de la Purge qui ne nous avait pas déjà été raconté dans les précédents films. Il y avait pourtant certainement possibilité de nous en dire plus sur les Pères Fondateurs mais la franchise étant destiné à nous faire frissonner, il fallait forcement couper court aux scènes d’exposition pour entrer dans le vif du sujet.

Autre arnaque de ce American Nightmare 4 : Les Origines, on sent clairement que les producteurs Michael Bay et Jason Blum ont voulu surfer sur les succès de Get Out et Black Panther avec un nouvel épisode clairement destiné aux spectateurs noirs. La réalisation du film a d’ailleurs été confié au réalisateur noir Gerard McMurray qui s’était déjà illustré avec  Burning Sands, une histoire de bizutage violent. Dans un esprit très manichéen, le film classe les humains en deux camps : les blancs qui représentent les riches et les puissants à la tête du pays et les noirs qui sont soit des trafiquants de drogues soit des pauvres gens au grand cœur. On aurait pu croire que l’on découvrirait ici les origines de la résistance à la Purge découverte à la fin du second film mais il n’en sera malheureusement rien. Le film suit avant tout l’histoire d’une jeune femme anti-purge qui va chercher à mettre le plus de gens à l’abris et son petit frère qui pour apporter de l’argent au foyer se met à dealer et va s’inscrire pour participer à la Purge. Autre personnage important de ce film, le gangster en chef du quartier qui semble faire tourner toute l’économie du quartier.

 

American Nightmare 4 : Les Origines

 

Il y a aussi un autre gros soucis dans cette purge car si elle est censée être la toute première, elle semble remplie de sérieux anachronismes en paraissant plus futuriste que les autres. Allez savoir pourquoi les participants se voient tous offrir des lentilles de contacts qui permettent d’enregistrer leurs moindre faits et gestes. Esthétiquement cela transforme les purgeurs en sorte de cyborgs aux yeux qui brillent dans le noir mais cela montrera au final peu d’intérêt. De plus toujours par un soucis esthétique, il n’était pas question de ne pas nous montrer de nouveaux purgeurs aux looks incroyables. Mais là aussi cela semble ne pas être logique de voir que les purgeurs semblent déjà être aussi bien rodés pour la toute première purge. Dans son déroulé cette nouvelle Purge n’apportera rien de plus que celles des deuxième et troisième film et s’achèvera dans un fusillade totalement ridicule dont l’issue ne nous importera au fond très peu tant on a développé aucune attache pour les protagonistes de cette histoire.

Le casting d’American Nightmare 4 : Les Origines repose avant tout sur une brochette d’acteurs peu connus comme la majorité des productions Blumhouse. La plus célèbre est cependant Marisa Tomei venue se perdre ici en psychologue porteuse du projet de Purge que l’on verra peut être cinq minutes en tout dans le film. La vraie héroïne du film est jouée par Lex Scott Davies que l’on a pu voir dans la série Training Days qui a ici un rôle très cliché de partisane anti-purge au grand cœur. Joivan Wade aperçu dans Docteur Who joue son exaspérant petit frère et Y’lan Noel vu dans la série Insecure est le gentil gangster. De toute la distribution, seul l’inconnu Rotimi Paul impressionne dans le rôle du flippant Skeletor malheureusement mal exploité.

 

American Nightmare 4 : Les Origines

 

Terriblement ennuyant, American Nightmare 4 : Les Origines est certainement le plus raté des épisodes de la franchise. Ce prequel ne fait que reprendre les codes des précédents films sans rien apporter de plus. Face à ce manque d’originalité et de nouveautés, on aura bien du mal à frissonner devant cette histoire bêtement manichéenne qui aura tendance à exclure le public blanc pour s’adresser avant tout aux noirs qui verront peut être dans ce ramassis de clichés, un personnage à qui s’attacher. Il s’agit là clairement de l’épisode de trop qui n’aurait pas mérité mieux qu’une sortie directe en vidéo.

 

MON AVIS : 1/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • TITRE ORIGINAL : The First Purge
  • AVEC :  Lex Scott Davies, Joivan Wade, Y’lan Noel, Rotimi Paul Marisa Tomei
  • RÉALISATEURGerard McMurray
  • SCÉNARISTE : James DeMonaco
  • GENRE : Action, Survival, Horreur
  • DURÉE : 1h38
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DISTRIBUTEUR : Universal Pictures France
  • SITE OFFICIELhttp://www.americannightmare-lefilm.com/
  • DATE DE SORTIE : 4 juillet 2018