BATES MOTEL, SAISON 5 de C. Cuse, K. Ehrin & A. Cipriano [Critique Séries TV]

 

Bates Motel

 

La série Bates Motel s’achève avec sa cinquième saison qui sort maintenant en Blu-Ray et DVD le 3 octobre 2017 après sa diffusion sur la chaîne 13ème Rue. Alors est-ce que ce final est à la hauteur de cette super série qui nous accompagné ces cinq dernières années ?

 

 

ATTENTION : RISQUE DE SPOILS 

 

SYNOPSIS : Deux ans ont passés depuis la mort de Norma Bates, de l’extérieur Norman Bates semble avoir réussi à surmonter la perte de sa mère et il s’est bien intégré à la communauté de White Pine Bay. Mais dans le secret de sa maison, Norman va en fait de plus en plus mal avec des black-outs de plus en plus fréquents dont il a bien conscience mais contre lesquels ils ne peut rien faire. Perdant pied avec la réalité, Norman est coincé par les visions de sa mère qui menace de prendre son contrôle.

 

Au bout de cinq saison, Bates Motel se conclut selon les plans prévus depuis le début par ses créateurs Carlton Cuse, Kerry Ehrin et Anthony Cipriano. Une conclusion bien initiée déjà dans une quatrième saison très réussie qui mettait un terme aux dernières sous intrigues pour se concentrer vraiment sur la folie galopante de Norman Bates. Le point d’orgue de cette dernière saison étant bien sur la mort aussi crainte qu’attendue de sa mère Norma survenue dans le neuvième épisode. Mais avant de nous raconter quel destin attend le jeune psychopathe à la fin de la série, cette cinquième saison doit enfin s’attaquer à la véritable ré-imagination du film Psychose d’Alfred Hitchock qui a motivé toute cette série. Autant dire que cette ultime saison était du coup attendue pour de multiples raisons et n’avait pas le droit de décevoir pour ses adieux.

 

Bates Motel

 

Deux ans se sont passés depuis la fin de la quatrième saison. Avec le Shérif Romero en prison et Emma et Dylan installé à Seattle, Norman a eu le champs libre pour se retrouver enfin seul avec sa mère car dans son esprit malade, celle ci n’a en fait que simuler sa mort pour pouvoir vivre en paix. La réalité est bien autre et Norman arrive parfois à se rendre compte qu’il ne maîtrise pas tout au motel, rejetant la faute sur sa mère censée rester dans la maison. Si ils sont bien souvent ensemble c’est principalement pour se disputer encore plus violemment qu’avant. En tant que spectateur, on fini nous même parfois par douter de la mort de Norma tellement les scénaristes aiment brouiller les cartes. Au moins on est rassuré car Vera Farmiga est toujours aussi présente dans ces dix nouveaux épisodes malgré la mort de son personnage et n’est pas là juste pour jouer les cadavres et apparaître dans des flash-backs.

Mais cette cinquième et dernière saison est avant tout le remake tant attendu du Psychose d’Alfred Hitchcock. Les showrunners nous l’avaient annoncé depuis les débuts, la série ne veut pas reproduire à la lettre le grand classique du cinéma et ils ont bien tenue leur parole en nous réservant de bonnes surprises. Dans cette saison vont apparaître tous les personnages principaux du film, qui sont amené par le personnage de Madeleine Loomis que les scénaristes ont imaginés comme une sosie de Norma Bates et qui va forcement  troublé Norman. La femme de Sam Loomis inventé pour le bien de la série va initier ses changements. Avant Marion Crane, Norman fera la connaissance de son amant Sam. Ce n’est que dans le cinquième épisode que l’héroïne du film apparaît enfin avec une intrigue qui colle étonnamment beaucoup au classique malgré les dires des showrunners, avec des plans quasiment copié collé. Puis vient enfin la fameuse scène de la douche tant attendue où l’on aura le droit à une belle surprise.

 

Bates Motel

 

Les quatre derniers épisodes viendront vraiment conclure la série. On sent une volonté des créateurs de boucler la boucle en mettant en scène un nouveau shérif aussi tenace que Romero dans la première saison qui va venir troubler la fausse tranquillité de Norman et Norma. Échappé de prison, l’ancien Shérif est aussi aux trousses de Norman. Ces derniers épisodes pleins de rebondissement et de de drames donne à Freddie Highmore l’occasion de jouer encore une fois de la dualité de Norman de manière parfois bien inquiétante. Et puis vient le dixième épisode où la tension est à son maximum. On sait que c’est la fin inévitable mais reste à savoir quelle conclusion les scénaristes ont choisi d’apporter. 52 minutes d’émotion et de frissons pour une fin dont on n’aurait jamais pensé qu’elle pourrait se dérouler ainsi même si elle se termine de la manière la plus logique.

Avec les deux ans passés dans le scénario, les personnages ne sont plus les mêmes et beaucoup pour ne pas dire la plupart ne sont plus aussi attachants qu’avant. On sait que Norman ne reviendra plus comme avant, Norma n’est plus que l’incarnation de la folie de Norman,  à vouloir à tout prix se venger Romero n’est pas plus sain d’esprit et Emma guérie et devenue maman a perdu sa fragilité si touchante. Au fond le seul qui semble ne pas avoir évolué est Dylan qui n’a jamais été vraiment captivant dans la série. Dans les nouveaux personnages,  c’est la chanteuse Rihanna qui a été choisie pour incarner la mythique Marion Crane, juste parce qu’elle a déclaré être fan de la série. Bien que très jolie, elle démontre encore qu’elle n’est pas comédienne comme dans Valerian, dommage pour un rôle aussi attendu. On préférera beaucoup plus Isabelle McNally en Madeleine Loomis qu’on aurait aimé voir dans plus d’une seule saison.

 

Bates Motel

 

Recentré sur ses personnages principaux avec une volonté flagrante de marquer un retour aux sources de la première saison, cette ultime saison de Bates Motel conclue en beauté une série qu’on aurait aimé se voir prolongée mais peut être valait il mieux en finir là plutôt que faire la saison de trop et de risque d’être annulée avant sa conclusion. La fin ne sera peut être pas au gout de tous mais elle semble tout de même la plus logique et celle qui au fond pourrait paraître le plus proche d’une Happy End par rapport aux événements qui se sont déroulés précédemment. C’est tout de même avec tristesse que l’on quitte ces personnages même si on ne se se fait pas de soucis en tout cas pour les acteurs les plus talentueux qui ont marqué la série que l’on sait qu’on retrouvera très vite dans de nouveaux projets.

 

MON AVIS : 5/5

 

 

LE BLU-RAY : Tenant sur seulement deux disques, les dix épisodes de cette cinquième saison de Bates Motel sont cependant parfaitement compressées. Les noirs son profond et les beaux effets lumineux sur certains épisodes sont éblouissants. La tension est bien maintenue par la bande originale qui profite bien du DTS HD. Question bonus : les scènes coupées ne sont surtout que des scènes rallongées, le bêtisier qui ne concerne pas que la saison 5 est bien amusant et les deux featurettes sur la fin de la série sont émouvants mais pas assez instructif.

 

Bates Motel

 

FICHE TECHNIQUE :

  • CRÉATEURS : Carlton Cuse, Kerry Ehrin, Anthony Cipriano
  • RÉALISATEURS : Tucker Gates, Phil Abraham, Nestor Carbonell, Sarah Boyd, Olatunde Osunsanmi, Steph Green, Freddie Highmore & Max Thierot
  • AVEC : Freddie Highmore, Vera Farmiga, Max Thierot, Olivia Cooke, Nestor Carbonell & Isabelle McNally
  • SCÉNARISTES : Kerry Ehrin, Alyson Evans, Steve Kornacki, Tom Szentgyoryi, Torrey Speer, Erica Lipez, Carlton Cuse, Freddie Highmore et Scott Kosar
  • COMPOSITEUR : Chris Bacon
  • GENRE : Thriller, Drame
  • DURÉE : 7h30
  • NATIONALITÉ : Américain
  • ÉDITEUR : Universal Pictures France
  • SITE OFFICIELhttp://www.aetv.com/shows/bates-motel
  • DATE DE SORTIE : 3 octobre 2017
  • SPÉCIFICITÉS DU BLU-RAY : BD-50 – 1080 AVC – 16/9 – 1.78:1 – Couleurs – DTS HD Master Audio Anglais 5.1  – DTS Digital Surround Français 5.1 – Sous Titres :  Français, Danois, Néerlandais, Finlandais, Norvégien, Finlandais, Norvégien, Suédois, Anglais
  • BONUS : Scènes coupées, Bêtisier, Bates Motel : Fermé pour Affaire, Bates Motel : Dernière