BATTLESHIP ISLAND de Ryoo Seung-Wan [Critique Ciné]

 

Battleship Island

 

Alors qu’il a fait un véritable carton en Corée du Sud, le film Battleship Island ne sort en France que dans une seule salle cette semaine à Paris alors qu’il serait vraiment dommage de passer à coté.

 

 

SYNOPSIS : En 1945, le musicien coréen Lee Kang Ok se fait duper alors qu’il cherchait à mettre à l’abris les membres de son groupe et sa petite fille. Envoyés sans le savoir dans le camp de travail de l’île japonaise d’Hashima où sont prisonniers plusieurs centaines de Coréens, ils vont tenter de s’en sortir au quotidien. Mais lorsque le Japon va perdre la guerre, la vie de ces prisonniers va être grandement menacée  ne leur laissant plus d’autre choix que de se révolter pour survivre.

 

Attention film événement ! Énorme succès en Corée du Sud où il a attiré six millions de spectateurs sur 2 000 copies, Battleship Island est du rarement vu dans le cinéma de Corée Du Sud. Un projet très ambitieux qui cherche à mettre en lumière les événements historiques tragiques passés sous silence depuis des années qui se sont déroulés sur le camp de travail de l’Île d’Hashima. Alors que cette île connue aussi sous le nom de Battleship Island où Île Cuirassée est maintenant inscrite au Patrimoine Mondial de l’Unesco, peu de gens savent que cette mine infernale exploitait des centaines de prisonniers coréens au péril de leur vie. Un véritable crime contre l’humanité que le Japon refuse encore de reconnaître aujourd’hui qui a motivé le réalisateur sud-coréen Ryoo Seung-Wan à en faire un film à l’ampleur du drame.

 

Battleship Island

 

Pour sensibiliser un peu plus le public sud coréen, le réalisateur a décidé de se jouer en partie de la réalité des faits en imaginant une grande évasion qui n’a historiquement jamais eu lieu. Le peu de Coréens qui ont tenter de s’échapper de l’ïle d’Hashima l’ont souvent payé de leur vie tant toute tentative était vaine. Mais avant d’en venir à ce climax, Battleship Island commence comme une véritable fresque historique. Ces images de mine avec les dangers de l’exploitation qui ouvrent le film ne seront pas sans nous rappeler Germinal. Après ce prologue nous suivrons d’abord l’histoire de Lee Kang Ok un musicien coréen qui vit en distrayant les troupes avec son orchestre et sa jeune fille. Ce personnage capable d’enchaîner scènes dramatiques et scènes comiques nous fera beaucoup penser à Roberto Benigni dans La Vie Est Belle dans sa manière de chercher toujours à adoucir la réalité pour protéger sa fille So-Hee. Parmi les centaines de figurants du camp se distingue trois autres personnages principaux Mal-nyeon une jeune femme esclave sexuelle depuis des années qui s’est retrouvée transférée ici, Choi Chil-sung un chef de gang coréen forte tête, et Park Moo-Young un résistant qui s’est infiltré pour tenter d’organiser d’un leader politique coréen.

Prenant tout son temps pour dépeindre leur quotidien et leur petites manigances pour améliorer leur conditions, le film nous réservera quelques scènes fortes dans les mines et un combat superbement chorégraphié dans les bains. Ce qui est incroyable, c’est qu’une bonne partie de ce camp ainsi que les tunnels de la mine ont entièrement été reproduits en dur pour plus de réalisme et on s’y croirait vraiment ! Mais alors qu’au bout d’une heure et demi on pensait avoir fait un peu le tour de l’histoire sans être encore vraiment convaincu de sa grande réussite, le réalisateur Ryoo Seung-Wan sort subitement l’artillerie lourde pour la grande scène de l’évasion. Près d’une demi heure d’un spectacle incroyable où le camp de travail se transforme en un véritable champ de bataille digne du récent Tu Ne Tueras Point de Mel Gibson pour la sauvagerie du combat et la sublime mise en scène. On frémira pour nos cinq héros et pour les centaines de prisonniers coréens qui jouent leur vie dans cette scène riche en émotion.

 

Battleship Island

 

Si le personnage qui se détache le plus de l’immense casting de Battleship Island est l’acteur Hwang Jung-min dans le rôle de l’amusant et courageux musicien Lee Kang Ok vu dans The Strangers et A Bittersweet Life, il se fait littéralement voler la vedette par la petite Kim Su-an tout simplement incroyable d’émotion pour son jeune age et qu’on avait déjà remarqué dans Dernier Train Pour Busan. A coté les trois autres acteurs inconnus par chez nous font un peu office de second rôles mais auront tous leur moment de bravoure Song Joong-Ki dans le rôle du résistant, So Ji-Sub dans celui du chef de gang et la chanteuse Lee Jung-Hyun dans le rôle de l’esclave sexuel.

Hormis quelques lenteurs, il n’y aura franchement pas grand chose à reprocher à Battleship Island. Il faudra juste être un peu physionomiste pour bien reconnaître tous les personnages et faire marcher sa mémoire pour arriver à retenir les nombreux noms pour se retrouver dans l’intrigue ce qui ne sera pas forcement évident tant il y a de personnages. Autre critique à faire mais plutôt à l’attention du distributeur, il aurait été bon de distinguer par un système de couleurs différentes les sous titres des personnages coréens et des personnages japonais comme cela avait été fait pour Mademoiselle de Park Chan-Wook tant il n’est pas évident pour nous de faire la différence entre les deux nationalités.

 

Battleship Island

 

Encore méconnu en France où la plupart de ses films sont restés inédits ou ne sont passés qu’en festival et directement en DVD, le réalisateur Ryoo Seun-Wan va certainement beaucoup plus faire parler de lui avec Battleship Island. Entre la formidable reconstitution de ce camp de travail et l’incroyable scène d’évasion, le film restera certainement longtemps dans les mémoires comme un film aussi essentiel pour les coréens que La Liste De Shindler pour la communauté juive. Cette sortie technique dans une seule salle est incompréhensible tant ce long métrage mériterait d’être vu par le plus grand nombre car il est certainement l’un des films sud-coréen le plus marquant de cette année.

 

MON AVIS : 4/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • TITRE ORIGINAL : Gun-ham-do
  • RÉALISATEUR : Ryoo Seung-Wan 
  • AVEC :  Hwang Jung-Min, Kim Soo-An, Song Joong-Ki, So Ji-Sub et Lee Jung-Hyun
  • SCÉNARISTES : Ryoo Seung-Wan et Shin Kyoung-Ill
  • COMPOSITEUR : Leo Bang
  • GENRE : Drame, Historique, Guerre
  • DURÉE : 2h17
  • NATIONALITÉ : Sud-Coréen
  • DISTRIBUTEUR : Metropolitan Filmexport
  • SITE OFFICIELhttp://www.cj-entertainment.com/movie/the-battleship-island/
  • DATE DE SORTIE : 14 mars 2018

 

Battleship Island