LE BGG – LE BON GROS GEANT de Steven Spielberg [Critique Ciné]

 

Le BGG - Le Bon Gros Géant

 

Après trois films historiques et sérieux, Steven Spielberg a décidé de nous enchanter à nouveau avec Le BGG – Le Bon Gros Géant. L’adaptation du célèbre roman de Roald Dahl nous promet près de deux heures d’évasion fantastique au pays des géants.

 

 

SYNOPSIS : Insomniaque, la petite Sophie a l’habitude de déambuler tard la nuit dans l’orphelinat dans lequel elle vit. Une nuit vers trois heures du matin, elle désobéira à la règle de ne jamais regarder derrière le rideau et découvrira un géant dans la rue. De peur qu’elle en parle à tout le monde, celui ci décide de la kidnapper et l’emmène au Pays Des Géants. Inquiète sur son sort, la jeune fille découvrira qu’elle a eu la chance de tomber sur le plus gentil des Géants.

 

Après Charlie Et La Chocolaterie par Tim Burton, c’est au tour de Steven Spielberg d’adapter une histoire de Roald Dahl avec Le BGG – Le Bon Gros Géant. A la folie du premier s’oppose le style plus classique mais totalement enchanteur du second a qui l’on doit E.T. ou Hook. Ce projet d’adaptation, Steven Spielberg y pense depuis 1991 mais il aura fallu attendre 25 ans pour que les progrès dans les effets spéciaux puissent enfin rendre possible ce projet.

 

Le BGG - Le Bon Gros Géant

 

La magie Spielberg opère dès les premières secondes de Le BGG – Le Bon Gros Géant. Ce nouveau long métrage est le premier film live en 3D du réalisateur et mérite clairement d’être vu comme cela. L’immersion dans les décors est totale grâce au talent des équipes de Weta Digital, le studio de Peter Jackson déjà à l’origine des Aventures De Tintin, et de l’incontournable directeur photo Janusz Kaminski. Un film de Steven Spielberg ne serait rien non plus sans la musique de John Williams qui joue un rôle primordial dans ce nouveau film.

Initialement, le rôle du BGG avait été confié à Robin Williams, qui avait fait plusieurs lectures avant sa mort. C’est finalement Mark Rylance, Oscar du meilleur second rôle pour Le Pont Des Espions, qui l’a remplacé. Cela s’avère un choix particulièrement judicieux tant sa tête est parfaite pour incarner ce géant tout en gentillesse créé avec la technologie de Motion Capture, spécialité de Weta Digital depuis le Gollum du Seigneur Des Anneaux.

 

Le BGG - Le Bon Gros Géant

 

Après de longues recherches, le choix de la jeune actrice qui joue Sophie s’est porté sur la talentueuse Ruby Barnhill qui n’avait jusque là tenu qu’un petit rôle dans la série 4′ O’Clock Club. Son accent anglais très charmant et son énergie font beaucoup pour le charme de ce conte. Sur le tard viennent se greffer au film Penelope Wilton de la série Downtown Abbey qui joue La Reine d’Angleterre inspirée d’Elizabeth I, Rebecca Hall (Iron Man 3) joue Mary, une employée de Buckingham et Raff Spall (Prometheus) un responsable de la sécurité. Parmi les acteurs qui prêtent leurs voix aux autres géants il y a notamment Bill Hader (Supergrave) et Ólafur Darri Ólafson (La Vie Rêvée de Walter Mitty).

Tout n’est cependant pas parfait dans le BGG, Le Bon Gros Géant dont le scénario met particulièrement du temps à décoller. La première heure ne semble être qu’une grosse succession de scénettes privilégiant la magie des décors et des situations à l’intrigue. Même si on est émerveillée, on attend tout de même qu’il se passe quelque chose. Ce n’est que lorsque les autres géants deux fois plus grands que notre héros commencent à se montrer menaçants et que Sophie établit son plan pour que l’histoire décolle. La fin un brin expéditive ne nous comblera cependant pas tout à fait. C’est franchement dommage de ne pas avoir réussi à allier un scénario costaud à la splendeur des ses images.

 

Le BGG - Le Bon Gros Géant

 

La magie de Steven Spielberg opère à nouveau à merveille dans Le BGG, Le Bon Gros Géant malgré un problème de rythme. Une formidable histoire d’amitié improbable entre une jeune orpheline et un géant trop gentil qui émerveillera encore une fois petits et grands. John Williams signe ici l’une de ses plus belles partitions à ranger à coté de ses plus grands classiques tant elle accompagne à la perfection les somptueuses images du film. Il va s’en dire qu’il faudra mieux si possible découvrir cette histoire dans sa version originale pour profiter des mots inventés par Roald Dahl avec le charme de l’accent anglais et choisir aussi une séance en 3D qui pour le coup mérite vraiment de payer un supplément.

 

MON AVIS : 4/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • TITRE ORIGINAL : The BFG
  • RÉALISATEUR : Steven Spielberg
  • AVEC : Mark Rylance, Ruby Barnhill, Rebecca Hall & Penelope Wilton
  • SCÉNARISTE : Melissa Mathison
  • COMPOSITEUR : John Williams
  • GENRE : Fantastique
  • DURÉE : 1h57
  • NATIONALITÉ : Américain, Britannique, Canadien
  • DISTRIBUTEUR : Metropolitan FilmExport
  • SITE OFFICIELhttp://www.metrofilms.com/le-bgg-le-bon-gros-geant.html
  • DATE DE SORTIE : 20 juillet 2016

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *