CAPTAIN MARVEL de Anna Boden et Ryan Fleck [Critique Ciné]

Face au succès de Wonder Woman, Marvel et Disney se sont enfin décidé à offrir à une super héroïne son propre film en solo pour introduire dans le M.C.U. la surpuissante Captain Marvel, future sauveuse des Avengers.

SYNOPSIS : Ancienne pilote de l’air dans l’armée américaine qui a perdu tout souvenir de son ancienne vie sur Terre, Carol Danvers s’est vue transformée en une guerrière Kree alors qu’elle était sur le point de perdre la vie. Désormais dotée de pouvoirs incommensurables, elle va se retrouver au milieu d’un conflit intergalactique millénaire entre les Kree et les Skrulls.

Il était temps ! Alors que le Marvel’s Cinematic Universe vient de fêter son dixième anniversaire, jamais Marvel et Disney n’avaient jusque là osé donner le premier rôle d’un film à une super héroïne. Alors que les fans rêvent depuis longtemps d’un film Black Widow avec Scarlett Johansson, il aura fallu attendre que la Warner ose sortir Wonder Woman avec le succès que l’on connait pour que Disney franchisse à son tour le pas. Et qui mieux que la très populaire Captain Marvel, pendant féminin de Captain America, pouvait représenter ce renouveau ? Après avoir séduit la communauté noire avec Black Panther, Marvel et Disney arriveront ils maintenant à séduire les femmes avec cette nouvelle histoire cruciale pour le futur du M.C.U. ?

Captain Marvel

Pour ceux qui ne l’ont pas encore compris, la personne que Nick Fury appelle avec son beeper avant de disparaître dans Avengers Infinity War est Captain Marvel ! Mais avant de la voir rejoindre la fine équipe dans Avengers Endgame fin avril, il était bon d’avoir le droit à une présentation du personnage. Pour cela, le M.C.U. remonte le temps pour une aventure qui se déroule cette fois ci dans les années 90. Plutôt que d’opter pour une traditionnelle « Origin Story » racontée dans l’ordre chronologique, Captain Marvel est un film à tiroirs qui s’ouvriront progressivement. On fait la connaissance d’une certaine Vers, jeune soldat Kree encore en formation auprès de son mentor Yon-Rogg pour calmer son tempérament bouillonnant et les pouvoirs qu’elle a déjà acquis sans que l’on sache encore trop comment.

Après une mission qui tourne au fiasco, la guerrière va se retrouver sur Terre pour tenter d’empêcher leurs éternels ennemis de la race des Skrulls de s’emparer d’un technologie qui pourrait leur donner le dessus dans le conflit qui les oppose. C’est là qu’elle fera la connaissance d’un Nick Fury encore tout jeune membre du Shield avec encore des cheveux et surtout ses deux yeux. Face à la menace extra-terrestre, il vont unir leurs forces pour que Captain Marvel puisse réussir la mission qui lui a été confiée.

Captain Marvel

Si Marvel et Disney sont allés  chercher à nouveaux deux réalisateurs indépendants qui ne s’étaient jamais frotté aux blockbusters précédemment pour leur proposer de mettre en scène Captain Marvel, le long métrage semble être cette fois vraiment dirigé par les équipes techniques. Si il fallait forcement une femme pour réaliser cette première aventure en solo d’une héroïne Marvel, on ne sent pas du tout de patte propre au duo Anna Boden et Ryan Fleck. Cette réalisation sans aucune saveur fait bien pale figure face aux prouesses des frères Russo ou de James Gunn.

La plongée dans les années 90 fera certainement vibrer la corde nostalgique de tout ceux qui ont bien connu ces années là que ce soit dans la bande originale composée de tubes de l’époque chantés pour la plupart par des femmes (Garbage, No Doubt, TLC…) ou dans les nombreux clins d’œil amusants de cette époque à travers les enseignes de magasins ou les objets mais elle aurait cependant pu encore être plus approfondies. Il fallait cependant mettre en avant l’action et ne pas perdre de temps pour pouvoir dévoiler les véritables origines de Vers à travers plusieurs twists qui tiennent plus ou moins bien la route. Se passant bien avant la plupart des autres films du M.C.U., il n’est pas forcement nécessaire d’avoir vu les précédents longs métrages pour apprécier Captain Marvel qui se veut une histoire qui ne fait que commencer et qui devrait se prolonger dans de nombreux films. En revanche, il y a de fortes chance que vous vouliez retracer tout le chemin du Tesseract dans la saga après avoir vu ce film.

Captain Marvel

Si les scénaristes nous ont épargné l’histoire d’amour généralement inévitable qui plombait définitivement le film Wonder Woman, l’histoire de Captain Marvel frôlera par moment la guimauve dans ses révélations sur les Skrulls. De ce space opera très inspiré par Star Trek et Star Wars, jusque dans la musique, on retiendra surtout les nombreuses scènes très amusantes et les trop rares scènes d’action qui laissent apercevoir le potentiel de la super héroïne lorsqu’elle sera dans les mains de réalisateurs plus chevronnés. Le message féministe est lui aussi très discret. Plutôt que revendiquer de grandes choses, le film veut juste prouver aux mâles sceptiques qu’une femme peut être l’égal des hommes, capable de se battre, de piloter un avion et de se relever sans cesse dans l’épreuve sans l’aide de personne.

Si on pouvait avoir des doutes sur le choix de Brie Larson pour incarner Captain Marvel, ceux-ci vont très rapidement être dissipés tant l’actrice s’impose sans peine. Elle s’inscrit parfaitement dans les personnages les plus fun et cool du M.C.U. Revoir Samuel L. Jackson avec à nouveau vingt ans de moins est pour le moins amusant et les effets spéciaux de rajeunissement sont vraiment bien fait. Loin du gars renfrogné qu’il est devenu, Nick Fury est ici vraiment très drôle. Jude Law devrait sans peine à nouveau faire craquer le public féminin en mentor de l’héroïne. En revanche on sera moins convaincu par Ben Mendelsohn dans le rôle sans grand intérêt du chef des Skrulls au maquillage assez médiocre. 

Captain Marvel

Comme Ant-Man Et La Guêpe avant lui, Captain Marvel paraît forcement bien fade face à l’explosif Avengers Infinty War ou des meilleurs films du M.C.U. Il s’agit là d’une simple « Origin Story » à la construction originale mais qui n’ose pas assez servir la cause féministe et qui n’apporte pas grand chose à l’ensemble de la saga. Juste un épisode d’introduction très amusant et prometteur porté brillamment par Brie Larson et Samuel L. Jackson qui devrait comme toujours satisfaire pleinement les fans mais qui ne devraient pas attirer de nouveaux aficionados.

MON AVIS : 4/5

P.S. : Comme pour tous les films Marvel, il faut bien rester jusqu’à la fin du générique pour voir les deux scènes supplémentaires.

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Anna Boden & Ryan Fleck
  • AVEC : Brie Larson, Samuel L. Jackson, Jude Law, Ben Mendelsohn & Anette Bening
  • SCÉNARISTES : Anna Boden, Ryan Fleck & Geneva Robertson-Dworet
  • COMPOSITEUR : Pinar Toprak
  • GENRE : Science Fiction, Action
  • DURÉE : 2h04
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DISTRIBUTEUR : The Walt Disney Company France
  • SITE OFFICIEL : https://www.marvel.com/captainmarvel/
  • DATE DE SORTIE : 6 mars 2019

Critique rédigée le 05 mars 2019