LE CERCLE – RINGS de F. Javier Gutiérrez [Critique Ciné]

 

Le Cercle : Rings

 

Comme si deux remakes américains n’avaient suffisamment pas entaché la saga culte japonaise Ring, une nouvelle tentative nous arrive cette semaine douze ans après le second avec Le Cercle :  Rings. Une nouvelle tentative de « requel » destinée avant tout à une génération qui n’aurait pas vu les précédents.

 

INTERDIT AUX MOINS DE 12 ANS

 

SYNOPSIS : Un professeur d’université qui a trouvé dans un marché aux puces la K7 vidéo maudite de Samara se lance dans des recherches avec ses étudiants sur ses mystères en sachant qu’ils risquent de se faire tuer. Sans prévenir sa petite amie, Holt a choisi de participer à ces recherches, inquiète de ne plus avoir de nouvelles de lui, elle va partir à sa recherche. En apprenant qu’il est condamné par Samara, elle se sacrifie à son tour et découvrira qu’un autre film apparaît à l’intérieur rempli d’indice pour retrouver la jeune fille disparue.

 

Une nouvelle mode semble frapper Hollywood, celle de la bande annonce mensongère constituée quasi intégralement de scènes coupées. Après Suicide Squad et Rogue One : A Star Wars Story, la première bande annonce de Le Cercle – Rings nous présentait carrément un autre film que celui qui nous est proposé ce 1er février 2017 en salles. La scène dans la salle de bain se passe en effet à la fin du film est n’est pas du tout le cœur de l’intrigue mais plutôt l’installation d’une suite qu’on n’espère ne jamais voir le jour tant ce nouvel épisode est catastrophique.

 

Le Cercle : Rings

 

Annoncé tout d’abord comme un prequel puis comme une sequel, Rings suit en fait la mode du « requel » à la Jurassic World et S.O.S. Fantômes. C’est à dire un remake qui prend en compte que l’on connait déjà l’histoire pour la développer. Ainsi la première scène part du principe que tout le monde connait cette histoire de K7  vidéo qui tue ceux qui l’ont visionné en nous donnant un exemple de ce qui peut arriver avec carrément un crash d’avion qui n’aura aucun rapport avec la suite du film.

On pensait avoir déjà eu toutes les explications sur le mystère de Samara, cette jeune fille aux cheveux longs capable de sortir de l’écran pour tuer tout ceux qui ont vu l’étrange vidéo, Les deux premiers volets mettaient en effet en scène une journaliste qui tentait par deux fois de mettre fin à cette malédiction, cette suite semble prendre en compte quelques une des découvertes mais pourtant elle nous donne aussi l’impression de revoir encore la même chose avec cependant une nouvelle conclusion autour du père de la jeune fille qui nous mettra le doute s’il s’agit vraiment de la même histoire où une relecture complète. Comme d’habitude l’histoire est très confuse mais c’était déjà le cas depuis les versions originales japonaises qui ont explorés eux aussi plusieurs pistes à travers les différents épisodes.

 

Le Cercle : Rings

 

Les occasions de frissonner se feront particulièrement rare dans Le Cercle : Rings car le personnage de Samara n’apparaîtra en tout et pour tout uniquement deux fois pour tuer dans la première demi heure du film. Le reste du temps sera consacré à l’enquête avec une dernière partie qui se déroulera dans une quasi obscurité qui semble plus être inspiré par le récent Don’t Breathe, La Maison Des Tènebres avec son méchant aveugle que des films d’angoisse japonais. C’est plutôt à David Robert Mitchell, le réalisateur de It Follows qu’il aurait fallu confier ce remake tant il avait su si bien s’en inspirer pour son film d’horreur. A la place, le film à été confié à F. Javier Gutiérrez, réalisateur espagnol inconnu en France, qui ne semble pas franchement avoir été inspiré par cette histoire et qui devrait disparaître très vite au vu du résultat particulièrement soporifique qu’il nous offre ici.

Le Cercle : Rings repose sur un duo d’acteurs aussi peu connu que le réalisateur, la  très jolie mannequin et actrice italienne Matilda Lutz et Alex Roe vu dans La Cinquième Vague qui délivreront une prestation honnête pour ce genre de films. On sera plus surpris de voir Johnny Galecki de la série Big Bang Theory jouer ici un prof d’université sérieux. Habitué à l’exercice, Vincent D’Onofrio joue lui un prêtre inquiétant.

 

Le Cercle : Rings

 

C’est d’ennui que l’on risque de mourir après avoir vu Le Cercle : Rings. Alors que même Hideo Nakata, réalisateur de l’adaptation japonaise, s’était cassé la figure sur le second volet du remake américain, prendre le relais semblait être un véritable suicide. A la vue du résultat ce retour de la franchise n’aurait jamais du se faire tant ce troisième épisode n’apporte rien de nouveau. Autant revoir les films originaux japonnais que de perdre son temps devant Le Cercle : Rings plus soporifique que réellement flippant.

 

MON AVIS : 0/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • TITRE ORIGINAL : Rings
  • RÉALISATEUR : F. Javier Gutiérrez
  • AVEC : Matilda Lutz, Alex Roe, Johnnyy Galecki & Vincent D’Onofrio
  • SCÉNARISTES : David Loucka, Jacob Estes & Akiva Goldsman
  • COMPOSITEUR : Matthew Margeson
  • GENRE : Horreur, Epouvante,
  • DURÉE : 1h42
  • DISTRIBUTEUR : Paramount Pictures France
  • SITE OFFICIELhttp://seances.lecercle-rings.fr/
  • DATE DE SORTIE : 1er février 2017