Chronique Concert : DREAM THEATER – CHAOS IN MOTION – 05 Octobre 2007 – Zenith

img220/8794/dreamtheaterwebir9.jpg

 

A un jour pres cela faisait deux ans que le groupe de Mike Portnoy n’avait pas rendu une petite visite a son public parisien. Ils étaient pourtant passés a Clermont Ferrand cet
été mais sans venir nous saluer. Il reviennent donc enfin ce 5 octobre 2007 avec en premiere partie Symphony X.

19h30 petantes, une musique épique et quelque peu angoissante se fait entendre dans un Zenith plongé dans le noir. C’est l’arrivé de Symphony X qui vient promouvoir leur dernier
album Paradise Lost. Le dernier album sera a l’honneur ce soir avec quatre titres enchainés. Malheureusement le son est tres brouillon et le light show est réduit au maximum
(premiere partie oblige). Du coup si on est pas fan du groupe, leur prestation parait un peu fadasse ; Les membres du groupe sont tous d’excellents musiciens mais ne sont que des plaisantins par
rapport a ce qui nous attend plus tard. Le chanteur s’egosille et on ne l’entend plus lorsque que sa voix se fait plus douce. En guise de cadeau le groupe jouera leur classique
Odyssey qui ne fera bouger que les fans. Le morceau est complexe et manque cruellement de mélodie. A la fin de leur set, le groupe semble satisfait et les fans presents dans la
salle aussi. Tant mieux, maintenant passons aux choses serieuses.

img220/7955/photo006fj3.jpg

Le temps de faire un peu de menage sur scene et d’installer quelques fourmis géantes et la salle est a nouveau plongée dans le noir. Comme a l’habitude nous avons le droit a un petit film
rappelant les épisodes précédents. Puis c’est Jordan Rudess qui ouvre le bal avec une reprise d’ Ainsi Parlait Zarathrusta (BOF de  2001, Odysée de
l’Espace
) où il est progressivement rejoint par les autres membres du groupe. Apres cette intro majestral, Dream Theater attaque severe avec les  deux parties du
morceau In The Presence Of Enemies qui ouvre et ferme le nouvel album. Une entrée en matiere tres forte qui ne sert que d’amuse bouche a ce qui nous attend.

Avant de continuer a nous faire decouvrir d’autres titres de Systematic Chaos, Dream Theater enchaine sur des morceaux puisés dans leur répertoire mais sans
jouer la carte de l’evidence. C’est ainsi qu’au lieu de jouer les « tubes » habituels, il sont alles chercher d’autres morceaux de bravoure de leur carriere. On a donc le droit en troisieme titre a
Strange Deja Vu puis a un nouvel version de Surrounded avant d’entammer d’autres titres pas entendus depuis plusieurs années. En tout nous aurons le droit a cinq
titres sur les huit qui composent le dernier album. Un petit enchainement Constant Motion et  The Dark Eternal Night, espéré et bien venu, et le
magnifique Ministry Of Lost Souls et son final monumental. A l’exception d’Awake, aucun album ne sera oublié et cela grace a un medley en rappel reprenant
la fin de cinq titres du groupe.

img220/416/photo035vq8.jpg

 

Ce soir, Dream Theater est vraiment en forme. James Labrie chante de mieux en mieux en live, Mike Portnoy nous en met une nouvelle
fois plein la vue derriere les futs, John Myung assure a la basse sans faire d’esbrouffe mais de facon toujours aussi solide. Jordan Rudess et John
Petrucci
ont fait un concours de virtuosité tout le long de la soirée avec plusieurs solos chacun. Apres son harmonium il ya deux ans, le clavieriste a un nouveau joujou une guitare
synthé qui lui permet d’aller sur le devant de la scene et de piquer la vedette au guitariste.

La scene est egalement la plus belle que Dream Theater nous a jamais présentée. Reprenant pas mal d’elements de la pochette de Systematic Chaos, elle etait aussi
illuminé de milles feux comme jamais. On se serait presque cru a un concert d’Iron Maiden. Un ecran geant proposait une nouvelle fois differentes animations et gros plans sur les
musiciens. On a eu le droit a un nouveau dessin animé dans la lignée de celui d’Octavarium, c’est pas tres beau mais c’est franchement marrant.

Premiere partie oblige, le groupe jouera moins longtemps que les fois dernieres où ils nous proposaient une soirée complete. Un « petit » concert de de « seulement » deux heures et demi au lieu des
trois heures et quart de la tournée anniversaire. On ne va pas se plaindre quand meme, c’est toujours une heure de plus que la majorité des groupes et ca passe comme une lettre a la poste sans
aucun temps morts. Bien sur on pourra toujours comme a chaque fois regretté l’absence de certains titres mais ce nouveau concert parisien fut vraiment magistral.

img442/5019/photo023xq8.jpg

SETLIST
 – 01. In The Presence Of The Enemies Part I & II
 – 02. Strange Deja Vu
 – 03. Blind Faith
 – 04. Surrounded 07
 – 05. Constant Motion
 – 06. The Dark Eternal Night
 – 07. Lines In The Sand
 – 08. I Walk Beside You
 – 09. Take The Time
 – 10. The Ministry Of Lost Souls
 – 11. Medley :
   – I. Trial Of Tears
   – II. Finally Free
   – III. Learning To Live
   – IV. In The Name Of God
   – V. Octavarium

MON AVIS : 5/5

  • C’était un p**** de concert !!!! Comme on dit, vivement le prochain…

    A+,
    Tyler.

    Ps : Ca a pris du temps, mais j’ai enfin mis en ligne la mienne 😉

  • Le Ray

    Quel concert, mon dieu, mais quel concert!

    J’ai eu l’immense plaisir d’avoir John Myung à un mètre de moi, et d’échanger quelques regards complices avec Labrie, que demande le peuple?

    Bref, magnifique, je rejoins pleinement l’avis que tu donnes dans ton post…