Chronique Concert : OPETH – HERITAGE TOUR – PARIS, BATACLAN – 16 NOVEMBRE 2011

chroniqueConcert.jpg

 

http://img171.imageshack.us/img171/2172/4948opeth11.jpg

 

 

Pas une année sans un concert d’Opeth ! Aprés avoir célébré leur vingtième anniversaire au Bataclan en avril 2010, les voici de retour pour promouvoir leur nouvel album
Heritage. Cette fois ci, le groupe de Mikael Akerfeldt est venu accompagné par leurs compatriotes suédois de Pain Of Salvation pour assurer leur
première partie.

 

 

PAIN OF SALVATION

 

C’est à 18h45 que le concert a commencé. Pain Of Salvation compte pas mal de fans dans le public ce soir venu profiter d’une courte setlist du forcement a leur place de chauffeur
de salles mais qui leur laissera tout de meme le temps de jouer huit titres. Le groupe a lui aussi un nouvel album à défendre intitulé Road Salt Two dont quatre titres seront
interprétés durant le show. Avec leur nouvel orientation moins progressive, le groupe n’a pas du en revanche séduire les fans d’Opeth qui ne les connaissaient pas. Le show
sonnait vraiment trés rock et les compos parraissaient bien simples par rapport à celles du groupe tête d’affiche. Les fans seront content de les retrouver à Paris en février quand aux autres ils
sont bien soulagés que les choses sérieuses s’appretent à commencer.

 

 

 

OPETH

 

Vers 20h, les suédois arrivent enfin sur scène avec leur thème d’intro habituel. Nous étions prévenus par avance, le groupe a choisi d’interpreter sur cette tournée uniquement des titres sans
voix death pour coller à l’ambiance du nouvel album Heritage. Ceux qui n’etaient pas au courant on certainement été surpris par cette setlist originale qui fait bien sur la part
belle au dernier album mais réserve aussi quelques surprises.

Le groupe commence son set par les deux premiers titres de l’album avant de toucher la corde sensible des fans de longue date avec Face Of Melinda issu de Still
Life
. Forcément c’est dans le materiel le plus récent que l’on trouve le plus de chansons sans vocaux gutturaux et le groupe enchaine donc sur un premier extrait de Watershed. Une
surprise nous attend au milieu du titre avec un solo trés impressionnant du batteur psychopate Martin Axenrot.

Aprés un nouvel extrait d’Heritage, Mikael Akerfeldt enchaine sur un set acoustique qui commence par The Throat Of Winter, une chanson inédite disponible
uniquement dans l’édition collector du jeu God Of War III pour Playstation 3. Puis il remonte dans le temps avec Credence un extrait de leur
troisième album My Arms, Your Hearse et cloture le set acoustique par un extrait de Damnation.

 

 

C’est maintenant l’heure de rendre hommage à Ronnie James Dio avec le titre composé en son honneur sur le dernier album. Un petit détour par l’album Deliverance
et un retour à Watershed et c’est déjà la fin du concert. Il ne reste plus qu’un titre de rappel issu à nouveau d’Heritage. Un concert qui aura cette fois ci duré un peu moins de
deux heures, c’est peu par rapport au concert anniversaire de l’année dernière qui avait dépassé les trois heures mais la qualité a remplacé la quantité et nous n’avons rien à regretter.

Comme à leur habitude, le groupe s’est montré ce soir tout a fait excellent. Pas une seule erreur dans l’interpretation de ces titres franchement pas évidents. On voit bien que le batteur
Martin Axenrot s’est offert un véritable challenge avec les parties trés complexes des nouveaux morceaux. Le bassiste Martin Mendez reste toujours aussi
effacé mais maitrise parfaitement ces lignes de basses et le guitariste Fredrik Akesson est maintenant parfaitement intégré au groupe d’autant plus qu’un nouveau clavieriste
vient d’etre embauché. Le petit nouveau assure parfaitement ses parties en dehors d’un léger probleme (humain ou technique ?) sur l’un des titres. C’est surtout sa voix qui ne collent pas
parfaitement pour faire les choeurs sur les titres.

C’est un Mikael Akerfeldt en trés grande forme que nous avons eu ce soir. Le chanteur a l’occasion sur cette setlist de nous montrer tous ses talents vocal, une voix superbe sans
etre demonstrative qui envoute totalement les auditeurs. Rien à dire bien sur non plus sur ses talents de guitariste. Un artiste complet au sens de l’humour vraiment énorme et qui n’a pas peur
interagir avec le public et de vanner ses petits camarades et surtout Martin Mendes dont le penchant pour les crèmes brulées a été le running gag de la soirée.

En très peu de temps nous avons eu la chance de voir trois fois Opeth à Paris avec a chaque fois des set list originales qui evitent de se répéter. Forcement les fans des
chansons Death Metal et particulièrement de l’album Blackwater Park ont du etre déçus mais Mikael Akerfeldt n’a que faire des médisants et nous a proposer ce qui lui faisait
plaisir et a certainement convaincu la majorité de ses fans.

 

 

SETLIST :

 – 01. The Devil’s Orchard

 – 02. I Feel Dark

 – 03. Face of Melinda

 – 04. Porcelain Heart (avec solo de batterie)

 – 05. Nepenthe

 – 06. The Throat Of Winter

 – 07. Credence

 – 08. Closure

 – 09. Slither

 – 10. A Fair Judgement

 – 11. Hex Omega

Rappel :

 – 12. Folklore

 

  • Merci pour se partage! Opeth est un de mes groupes préférés, tous leurs albums sont excelents ! Sur le derniers il y a une transition dans « I feel the dark » qui me gêne un peu mais bon cela reste que 2, 3 petites secondes, pourtant tous le reste de la chanson est excellent mais cette transition, je m’y fait pas même après plusieurs écoute! Faut bien leurs trouver des défauts!  

    @ bientôt