Critique Ciné : AU NOM DU FILS de Vincent Lannoo

CritiqueCiné2014

 http://nsm08.casimages.com/img/2014/05/14/14051412532017207912235746.jpg

Attention Film dangereux ! En dénonçant la pédophilie dans l’Eglise, Au Nom Du Fils fait peur aux exploitants qui hésitent à programmer le film dans leurs salles par peur des représailles. Pourtant un tel film est essentiel pour faire la lumière sur ce secret encore trop bien étouffé et si cela déplaît à certains, ils seront certainement plus nombreux à s’offusquer de ne pas laisser toute liberté à ce long métrage.

Animatrice d’une émission de libre antenne sur une radio chrétienne, Elisabeth De La Baie perd la foi en découvrant que son fils qui vient de se suicider était la victime d’un prêtre pédophile dont elle était pourtant très proche. Face au silence des membres de l’Eglise qui préfère protéger leur membre, l’honnête mère de famille part dans une croisade sanglante afin de se venger.

Il n’y avait que les Belges pour oser sortir un tel film en bravant tous les interdits. Pas très étonnant de la part d’un pays qui nous a déjà délivré des oeuvres osées telles que C’est Arrivé Près De Chez Vous, Kill Me Please et Dead Man Talking. On sait très bien que l’Eglise Catholique cachent encore de lourds secrets qui ont usés en moins de deux le précédent Pape Benoit XVI, pourtant peu osent encore s’exprimer sur le sujet. Arriver à produire un film avec un tel thème tient donc près du miracle !

 http://nsm08.casimages.com/img/2014/05/14/14051412532017207912235747.jpg

Réalisateur touche à tout, Vincent Lannoo n’était jamais allé aussi loin sur un sujet aussi sensible. Il signe ici un film entre drame et comédie très noire dont on ne sait jamais si on peut vraiment en rire. Le réalisateur dénonce pas mal de choses sans que l’on sache vraiment la part de vérité. Un point de vue très tranché qui ne manquera pas de diviser les spectateurs. Si les accusations de pédophilie au sein de l’Eglise ne font plus aucun doute, l’existence de camps d’entrainement quasi-militaires pour lutter contre l’Islamisme radical semble relever de la fantaisie.

Au Nom Du Fils commence un peu comme La Vie Est Un Long Fleuve Tranquille, une vidéo sur Youtube de deux hommes d’Eglise demandant l’aide des croyants pour aider leur paroisse. Déjà on sent bien que le réalisateur veut nous montrer comment ces hommes sans scrupule comptent sur la foi incrédule de leur parroissien pour être nourri logé et blanchi gratuitement. Constitué de cinq Livres, l’histoire va progressivement sombrer dans le drame dans chacune de ses différentes parties.

http://nsm08.casimages.com/img/2014/05/14/14051401045717207912235756.jpg

Astrid Whettnall qui joue Elizabeth De La Baie n’est pas très connue en France, elle retrouve ici le réalisateurVincent Lannoo. Cette comédienne est déjà familière avec le sujet de ce long métrage puisqu’elle jouait déjà un rôle similaire dans le téléfilm Le Silence Des Eglises diffusé sur France 2. Autre fidèle du réalisateur Achille Ridolfi a gagné un prix d’interprétation pour son rôle de prêtre pédophile par qui le malheur arrive. Deux têtes biens plus connus figurent au générique celle de Philippe Nahon bien connu pour jouer des types pas très net et flippant etJacky Necerssian autre « gueule » du cinéma français dans un rôle d’évéque vraiment atroce.

En permanence le film alterne entre scènes de drame réalistes et poignantes et d’autres scènes complètement déjantées comme un combat très cartoonesque entre Elizabeth et un prêtre  et une discussion surréaliste avec un autre qui accuse la mère de famille de racisme parce qu’elle n’ose pas tirer sur un noir. On pense autant aux délires d’Albert Dupontel qu’aux films de Quentin Tarantino et Robert Rodriguez dans ce règlement de compte pas loin du western contemporain.

 http://nsm08.casimages.com/img/2014/05/14/14051412532117207912235748.jpg

 

MON AVIS

3/5

C’est avec des oeuvres telles que celle ci, que l’on arrivera peut être a réussir à casser l’omerta du Vatican autour de ce problème qui a fait tant de victimes silencieuses. Oser nous faire rire d’un tel sujet permettra peut être de sensibiliser un plus large public qu’un véritable drame mais c’est tout de même bien culotté de la part de Vincent Lannoo.

 

FICHE TECHNIQUE :

 – REALISATEUR : Vincent Lannoo

 – AVEC : Astrid Whettnall, Philippe Nahon & Achille Ridolfi

 – SCENARISTE : Vincent Lannoo, Philippe Falardeau & Albert Charles

 – GENRE : Drame

 – DUREE : 1h20

 – MUSIQUE : Michelino Bisceglia

 – PAGE FACEBOOKhttps://www.facebook.com/AuNomDuFilsLeFilm

 – DATE DE SORTIE : 07 Mai 2014

 A LIRE AUSSI :

 – La critique de DEAD MAN TALKINGhttp://xav-b.over-blog.com/article-116651747.html

 – la critique de KILL ME PLEASEhttp://xav-b.over-blog.com/article-60588227.html