Critique Ciné Avant-Première : ANNABELLE de John R. Leonetti

CritiqueCiné2014

 Annabelle

Scène marquante du film Conjuring, Les Dossiers Warren, l’histoire de la diabolique poupée Annabelle à le droit aujourd’hui à son propre long métrage afin de faire la lumière sur ses origines. Alors que le succès surprise du premier des Dossiers Warren laissait penser qu’une suite verrait rapidement le jour, c’est finalement un spin-off inattendu qui arrive. Histoire, peut être, de ne pas laisser s’échapper le potentiel d’une nouvelle figure du cinéma d’épouvante qui marquera une génération.

John et Mia vivent paisiblement dans leur petit pavillon d’une banlieue tranquille où ils attendent leur premier enfant. Collectionneuse de poupée, Mia reçoit en cadeau de son mari une poupée rare dont elle rêvait depuis longtemps mais le soir même deux membres d’une secte sataniste s’introduisent chez eux, avant de se faire descendre par la police. Annabelle, la fille des voisins devenue endoctrinée arrive à convoquer un démon à l’intérieur de la poupée avant de se suicider. Le jeune couple va alors commencer à être victime de phénomènes étranges sans se douter qu’ils sont la proie d’un démon.

Tout comme l’histoire de Conjuring, les Dossiers Warren, Annabelle s’inspire d’une véritable enquête de Ed et Lorraine Warren un couple considéré comme les premiers enquêteurs paranormaux dont le cas le plus célèbre reste celui d’Amityville. Le couple est tout de fois totalement absent de ce nouveau long métrage car les événements qu’il raconte se déroule bien avant leur intervention et leur existence n’est que brièvement évoqué en guise de clin d’oeil. Pas la peine cependant d’avoir vu Conjuring, Les Dossiers Warren pour apprécier Annabelle.

Annabelle

James Wan parti sur le prochain Fast & Furious, la réalisation de ce  spin-off a été confiée à John R. Leonetti qui officiait comme directeur photo sur les deux volets d’Insidious et sur Conjuring, Les Dossiers Warren. Autant dire que le projet reste entre de bonnes mains d’autant plus que James Wan veille en tant que producteur du projet. En revanche en dehors du compositeur Joseph Bishara toujours aussi efficace, l’équipe technique a entièrement été renouvellée apportant du sang neuf à la saga.

Spin-off oblige, Annabelle partage beaucoup de points communs avec Conjuring et même avec Insidious dont l’univers n’est pas si éloigné. Il ne serait d’ailleurs pas étonnant de voir les deux franchises se croiser un jour tant elles semblent cousines. On y retrouve la même ambiance angoissante qui repose beaucoup sur un formidable travail sur le son et la musique mais aussi sur des « Jump Scare » idéalement placé pour nous faire sursauter dans notre fauteuil. Il est aussi ici question de démon avec une nouvelle créature encore plus effrayante que celle du premier Insidious.

Annabelle

Le scénario d’Annabelle est signé par Gary Dauberman qui a signé avant quelques films d’horreurs fauchés. James Wan a pourtant décelé son talent et il faut reconnaitre que cette nouvelle histoire est probablement la plus angoissante depuis le premier Insidious. Si le film s’inspire de beaucoup de classiques du genre, il faut reconnaître que l’intrigue est diaboliquement efficace et solide jusqu’au bout. Les dernières vingt minutes s’avéreront particulièrement éprouvantes pour les nerfs comme si le scénariste s’était inspiré des pires cauchemars imaginables.

En dehors d’une introduction reprise de Conjuring, le casting d’Annabelle est constitué de toutes nouvelles têtes quasiment inconnues du grand public. Annabelle Wallis joue la jeune mère de famille à laquelle le démon va s’en prendre. Une excellente prestation où l’actrice nous fait douter en permanence : est elle vraiment victime de phénomènes surnaturelles ou bien est tellement juste en train de devenir folle ? Il faut aussi souligner la qualité du choix du bébé qui semble véritablement vivre cette histoire et mériterait l’Oscar du Meilleur Bébé ! Alfre Woodward, vue dans 12 Years A Slave joue le rôle d’une libraire dont on ne sait si il faut vraiment se fier et Tony Amendala, le Gepetto de la série Once Upon A Time joue un prêtre old school qui rappelle ceux de l’Exorciste ou de La Malédiction.

Annabelle 

MON AVIS

5/5

Diaboliquement efficace, Annabelle joue avec les nerfs des spectateurs en les plongeant dans une ambiance particulièrement angoissante. Si on pouvait craindre un spin off purement commercial, le résultat final dépasse en intensité Conjuring, Les Dossiers Warren. Une telle réussite mériterait bien une suite même si cela parait scénaristiquement difficile. Cependant rien ne semble impossible à Hollywood et Annabelle s’inscrit déjà comme une nouvelle figure marquante du cinéma horrifique que la Warner aurait bien du tort d’abandonner aussi vite.

 

FICHE TECHNIQUE :

  •  – REALISATEUR : John R. Leonetti
  •  – AVEC : Annabelle Wallis, Ward Horton & Alfre Woodard
  •  – SCENARISTE : Gary Dauberman
  •  – GENRE : Horreur
  •  – DUREE : 1h38
  •  – MUSIQUE : Joseph Bishara
  •  – SITE OFFICIELhttp://annabellemovie.com/
  •  – DATE DE SORTIE : 08 Octobre 2014

BONUS : Plongez dans l’ambiance d’Annabelle avec des extraits de la bande originale 

A LIRE AUSSI :

 – la critique de CONJURING, LES DOSSIERS WARRENhttp://xav-b.over-blog.com/article-119353926.html

 – la critique de INSIDIOUS, CHAPITRE IIhttp://xav-b.over-blog.com/article-120386254.html

 – la critique de INSIDIOUShttp://xav-b.over-blog.com/article-77028929.html

 – la critique de MISTER BABADOOKhttp://xav-b.over-blog.com/article-124281448.html