Critique Ciné : HACKER de Michael Mann

 

Hacker

 

Le succès des films Marvel permet à Chris Hemworth d’intéresser les plus grands réalisateurs entre deux films de super héros. Après Ron Howard avec le très réussi Rush, c’est avec Michael Mann que l’acteur à la chance de montrer à nouveau ce qu’il vaut sans son costume de Dieu Nordique dans un registre très différent.

 

 

 

Un piratage informatique provoque l’explosion d’un réacteur d’une une centrale atomique à Hong Kong, rapidement les autorités chinoise découvre que le code utilisé pour provoquer la surchauffe est adaptée d’une version développée par Nicholas Hathaway, pirate américain incarcéré pour quelques magouilles financières. Seul lui sera capable de déchiffrer le malware utilisé et tenter de bloquer de nouvelles attaques plus meurtrières.

Habitué aux polars (Le Sixième Sens, Miami Vice) mais surtout aux films de gangsters (Heat, Public Enemies, Collateral), le réalisateur Michael Mann a choisi de intéresser cette fois ci aux monde des pirates informatiques. Il s’inspire de faits réels et de personnages existant pour imaginer la préparation d’une attaque informatique d’ample envergure pour lequel il est allé chercher les conseils d’expert dans le domaine pour tenter de donner de la profondeur à son scénario. Le résultat n’est cependant pas à la hauteur de ce qu’on pouvait attendre du réalisateur.

Hacker

Hacker commence déjà très mal avec trois minutes d’images de synthèse au cœur d’un réseau informatique pour nous montrer de l’intérieur la première attaque. Des couches et des couches de micro circuits poussiéreux qui nous ferait croire à un nouvel épisode de Tron. C’est moche et raté et d’autant plus consternant que l’on y aura le droit encore une seconde fois un peu plus tard dans le film laissant déjà craindre le pire. Le reste du film va nous balader incessamment de Hong Kong à Jakarta en passant par Chicago.

On ne peut s’empêcher de penser que Michael Mann a voulu plonger le spectateur dans la perplexité en noyant les dialogues de termes informatiques pointus. On sent vraiment que cela est artificiel et franchement pas naturel, un peu comme cela se pratique dans les séries médicales. Mais ce n’est pas le seul défaut de ce long métrage dans lequel on ne comprendra jamais vraiment la motivation des pirates informatiques. Le film se traîne en longueur accumulant les clichés et les scènes aberrantes ou téléphonées comme avoir accès à Internet dans une zone totalement isolée d’Indonésie ou cet inutile allusion aux attentats du 11 Septembre 2001. Michael Mann s’obstine à faire des films de 2h15 là où il pourrait largement tailler dans le gras et supprimer pas mal de scènes inutiles.

Hacker

Alors que Public Ennemies souffrait d’une image trop lisse à cause de l’utilisation inadaptée de caméra numérique, l’image de Hacker est au contraire absolument dégueulasse. On a l’impression que le film est tourné au caméscope avec certaines scènes involontairement proche du procédé « Found Footage »du Projet Blair Witch ou Cloverfield. Les scènes en intérieurs sont sombres, pleines de grain et tournée caméra à l’épaule par un parkinsonien et les scènes de poursuites deviennent par moment presque floues. Un résultat absolument catastrophique qui plombe encore plus le film.

Difficile d’imaginer le costaud Chris Hemsworth en pirate informatique. L’acteur n’a heureusement que peu de scène derrière un ordinateur et plus souvent l’occasion de se castagner. L’histoire explique qu’en prison, le personnage n’avait que la musculation pour s’occuper. Rien n’explique cependant pourquoi on le traite comme une brute dangereuse alors qu’il n’a fait que bidouiller que quelques comptes avec son ordinateur. Le reste du casting est constitué d’acteurs chinois inconnus donne l’impression que le film a été tourné principalement pour le marché asiatique. Ceci explique peut être pourquoi le film s’est totalement vautré au box office américain.

 

Hacker

 

 

 MON AVIS

 0/5 

Hacker donne l’impression d’être le film de vacances de Michael Mann tant l’image façon caméscope et l’utilisation d’acteurs locaux donne l’impression d’une petite production locale. Pourtant le film a bénéficié d’un budget hallucinant de 70 millions de Dollars que l’on ne voit pas à l’écran. A croire que Chris Hemsworth et les billets d’avion ont bouffé tout le budget. Si le réalisateur était déjà tombé bien bas avec Public Ennemies, il touche carrément ici le fond avec ce long métrage trop long et sans intérêt qui manque d’un véritable scénario et d’une réalisation digne de ce nom. Heureusement pour Chris Hemsworth, il ne tardera pas à se relever avec le prochain épisode des Avengers.

 

FICHE TECHNIQUE :

  • TITRE ORIGINAL : Blackhat
  • REALISATEUR : Michael Mann
  • AVEC : Chris Hemsworth, Tang Wei & Leehom Wang
  • SCENARISTES : Michael Mann & Morgan Davis Foehl
  • MUSIQUE : Harry Gregson-Williams & Atticus Ross
  • GENRE : Thriller
  • DUREE : 2h13
  • NATIONALITE : Américain
  • DISTRIBUTEUR : Universal Pictures International France
  • PAGE FACEBOOK : https://www.facebook.com/BlackhatMovie
  • DATE DE SORTIE : 18 mars 2015

 

 

A LIRE AUSSI :