Critique Ciné : LE SEPTIEME FILS de Sergey Bodrov

CritiqueCiné2014

 Le Septième Fils

Trois ans après son tournage et de multiples reports, Universal choisi de programmer Le Septième Fils à peine une semaine après la sortie du dernier volet de la trilogie du Hobbit de Peter Jackson. On verra à la fin des vacances si ce choix était pertinent et intéressons nous pour le moment à la qualité même de ce long métrage dont on avait fini par ne plus croire en la sortie.

 

 

A la mort de son dernier apprenti, l’épouvanteur Gregory doit vite retrouver un nouveau Septième Fils pour le former à la chasse aux sorcières car une grande menace est de retour. Des années après avoir étés enfermée, Malkin la reine des Sorcières a réussie à s’échapper et s’apprête à réunir ses troupes. Le jeune fermier Tom Ward est le nouvel élu qui pourrait prendre la succession de Gregory mais il n’aura à peine une semaine pour se former.

Réalisateur remarqué du film Mongol, Sergey Bodrov n’a pas résisté aux sirènes d’Hollywood pour venir porter sur grand écran le premier tome de la saga L’Epouvanteur. Une série de romans écrit par Joseph Delaney que Legendary Picture semble traiter avec le minimum de respect en ne gardant même pas le titre original de cette franchise  et en imaginant une histoire quasiment intégralement inédite s’inspirant d’assez loin du film. Non seulement cette histoire aura du mal à convaincre le néophytes mais elle décevra avant tout les fans des livres qui étaient pourtant les seuls à attendre vraiment cette adaptation.

 Le Septième Fils

Si ce n’est pas pour miser sur le succès en librairie de cette saga littéraire, on a du mal à croire que ce soit pour son histoire qu’ont été porté sur grand écran les premiers pas de Tom Ward, le dernier Septième Fils du Septième Fils. Une énième histoire de chasse aux sorcières qui rappelle immanquablement Le Dernier Des Templiers et Hansel & Gretel, Witch Hunters sortis récemment. Même à quatre, les scénaristes n’ont pas réussi à trouver la moindre once d’originalité mais semblent plutôt avoir cherché à compiler ce qui s’étaient déjà fait ailleurs et pas forcement le meilleur.

Au bénéfice du film, il faut reconnaître que les effets spéciaux du film sont quasiment le seul et unique point fort. Quoi de plus normal de la part de Legendary Pictures, spécialisé dans les blockbusters et capable du pire (Dracula Untold, Godzilla) comme du meilleur (Interstellar, 300 La Naissance d’un Empire). Ces effets spéciaux font passer la pilule de cette histoire pour le moins indigeste où les rebondissements sont téléphonés et assurent au moins le divertissement dans les trop rares scènes d’action.

 Le Septième Fils

Déjà Prince Caspian dans l’adaptation de la saga du Monde De Narnia, Ben Barnes a fini par décrocher le rôle principal du Septième Fils après le désistement de nombreux comédiens. L’acteur qui devrait être habitué à ce genre de rôle ne dégage aucun charisme. Impossible de s’attacher à ce personnage et se soucier de son sort. Jeff Bridges joue encore le rôle de mentor comme il l’a déjà fait il y a quelques semaines dans The Giver. Au final seul l’époque change et le comédien s’est choisi un accent particulièrement énervant et ridicule. En Reine des Sorcières, Julianne Moore gâche son talent comme dans Hunger Games, à croire qu’on ne lui propose plus aucun bon rôles.

La jolie Alicia Vikander récolte le rôle judicieusement abandonné par Jennifer Lawrence, celui d’Alice une jeune sorcière qui va faire tourner la tête du Septième Fils. Les fans de Kit Harrington n’ont pas intérêt à rater les dix premières minutes du film si il veulent le voir. Il y a trois ans, l’acteur star de Game Of Thrones n’avait pas encore cette réputation et tient donc que le rôle du précédent assistant de l’Epouvanteur pour une apparition très brève. Olivia Williams joue la mère du héros et Djimon  Hounsou a le droit à un personnage spécialement créé pour le film. 

Le Septième Fils

MON AVIS :

1/5

Généralement lorsqu’un film dort des années dans un placard, il y a de quoi craindre le pire. Cela se confirme avec ce Septième Fils, énième long métrage adapté d’un roman pour adulescents qui n’a rien à proposer de nouveaux. Une histoire déjà vu et des acteurs qui cachetonnent pour un résultat qui désespérera les fans et n’emballera certainement pas les fans de films d’Heroïc Fantasy qui ont déjà bien mieux à se mettre sous les yeux parmis les classiques du genre. Avec un tel ratage, on peut être certain que cette saga ne dépassera pas le premier épisode et que Sergey Bodrov à déjà gagné son billet retour pour sa Russie natale. 

 

FICHE TECHNIQUE :

  •  – TITRE ORIGINAL : The Seventh Son
  •  – REALISATEUR : Sergey Bodrov
  •  – AVEC : Ben Barnes, Jeff Bridges & Julianne Moore
  •  – SCENARISTES : Charles Leavitt, Steven Knight, Max Borenstein & Matthew Greenberg
  •  – GENRE : Heroïc Fantasy
  •  – MUSIQUE : Marco Beltrami
  •  – NATIONALITE : Américain, Britannique
  •  – DISTRIBUTEUR : Universal
  •  – SITE OFFICIELhttp://www.leseptiemefils-lefilm.com/
  •  – DATE DE SORTIE : 17 Décembre 2014

A LIRE AUSSI :