Critique Ciné : LE VOYAGE D’ARLO de Peter Sohn


 

Le Voyage D'Arlo

 

Fait exceptionnel, pour la première fois Pixar nous offre cette année deux longs métrages inédits. Après Vice Versa, sorti au mois de juin, Le Voyage d’Arlo sort ce 25 novembre en guise de grand classique de fin d’année. Ce dernier se sera fait particulièrement attendre car il devait initialement sortir l’année dernière avant de connaitre de gros problèmes de développement. Alors cette année de production supplémentaire aura t’il permis à Pixar de sortir un long métrage dans la lignée de ses plus gros succès ?

A PARTIR DE 3 ANS

Dans un monde où les dinosaures n’ont jamais disparus de notre planète, Arlo un jeune apatosaure pas très courageux se retrouve loin de chez lui après avoir voulu chasser un petit humain sauvage qui volait les récoltes de sa famille.

Parmi les différents projets de Pixar, il y a en a qui donne immédiatement envie de les voir comme la saga Toy Story ou la majorité des premiers films du studio et d’autres parmi les plus récents comme Cars ou Rebelle qu’on est au premier abord un peu réticent à les découvrir avant de changer bien vite d’avis une fois devant. C’est le cas de ce Voyage d’Arlo et son histoire de dinosaures qui semble dépourvue d’originalité et dont le développement a été tellement chaotique qu’il y a de quoi légitimement s’inquiéter.

Le Voyage d'Arlo

Il aura fallu pas moins de cinq scénaristes pour réussir à pondre un scénario qui tienne la route pour ce Voyage d’Arlo initié en 2009. Confié un premier temps à Bob Peterson, co-réalisateur de Là-Haut, c’est finalement a Peter Sohn qui a récupéré le projet qui était sur le point de finir à la corbeille. Fidèle de Pixar, le réalisateur était pour l’instant connu pour le court métrage très réussi Passages Nuageux. Autant dire que l’histoire a beaucoup changé entre sa première annonce et le résultat final que Pixar a caché pendant très longtemps avant sa sortie.

Il ne faut pas chercher la moindre once de réalisme dans Le Voyage D’Arlo qui part déjà du principe que les dinosaures n’ont jamais été éradiqués. Ils dominent même désormais notre planète où ils se sont transformés en cultivateur ou éleveur de bétail en fonction de leur régime alimentaire et habitent même dans des maisons. Les premiers hommes se font encore très discrets et se comportent curieusement plus comme des loups ou des chiens que du singe dont ils sont censé pourtant descendre. Cela donne du coup un petit air de Mowgli à Spot, le jeune humain qui partage l’aventure d’Arlo.

Le Voyage d'Arlo

Avec ce nouveau long métrage, Pixar vise clairement un public très jeune et délaisse le second degrés à l’attention du public adulte qui devra cette fois ci se contenter de la poésie de ce voyage initiatique. Une fois de plus ce sont les personnages secondaires qui font tout le succès du film. Tout d’abord Spot le jeune garçon sauvage bien plus mignon et attachant qu’Arlo mais aussi la galerie de dinosaures que les deux héros croiseront qui ont tous un grain de folie plus ou moins grave comme ce tricératops collectionneur d’animaux de compagnie où les délirants ptérodactyles un brin psychopathes.

L’esthétique du Voyage d’Arlo est assez particulier avec un mélange entre des décors quasi photo-réalistes absolument magnifiques et des dinosaures très cartoon qui portent bien le style Pixar. C’est probablement pour se démarquer du décevant Dinosaures de Disney mais le résultant n’est pas toujours très réussi. Le plus gros problème concerne d’ailleurs Arlo et sa famille d’apatosaures qui ne ressemblent à rien. Trop fluo et trop lisse, ils ne donnent vraiment pas l’impression d’être des dinosaures. C’est d’autant plus dommage que les autres espèces sont pour le coup plus réussies graphiquement à l’exception des T-Rex qui ressemblent a un croisement entre le Rex de Toy Story et les requins du Monde De Nemo.

Le Voyage D'Arlo

 

MON AVIS

 4/5 

Pixar a beau avoir tenté de sauver les choses en repoussant la sortie du film d’un an, on ressent encore beaucoup d’imperfection dans Le Voyage d’Arlo à commencer par son personnage principal pas assez attachant. On finira cependant à s’habituer au choix graphique de Peter Sohn pour se laisser porter par ce voyage initiatique plein de poésie à la Studio Ghibli qui s’offre aussi une petite parenthèse western. A trop se disperser entre les films Pixar et DisneyJohn Lasseter n’a pas su déceler à temps les failles de ce nouveau film réussi mais clairement pas à la hauteur des plus grands films du studio à la lampe.

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • TITRE ORIGINAL : The Good Dinosaur
  • RÉALISATEUR : Peter Sohn
  • AVEC LES VOIX DE : Raymond Ochoa, Frances McDormand & Jeffrey Wright
  • SCÉNARISTES : Meg LeFauve, Peter Sohn, Erik Benson, Kelsey Mann et Bob Peterson
  • MUSIQUE : Mychael & Jeff Danna
  • GENRE : Animation
  • DURÉE : 1h34
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DISTRIBUTEUR : The Walt Disney Company France
  • SITE OFFICIELhttp://movies.disney.com/the-good-dinosaur
  • DATE DE SORTIE : 25 novembre 2015

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *