Critique Ciné : LUCY de Luc Besson

CritiqueCiné2014

http://nsm08.casimages.com/img/2014/08/12/14081202340817742612447517.jpg

2014 est vraiment l’année de Scarlett Johansson ! Récompensée d’un César d’honneur au mois de février, l’actrice a depuis été à l’affiche de quatre long métrages sortis sur ces huit premiers mois. Après Captain America 2, Her et Under The Skin la voici en tête d’affiche de Lucy, le nouveau film de Luc Besson. Comme Natalie Portman, elle n’a visiblement pas voulu qu’on l’oublie avant de partir en congés maternité !

AVERTISSEMENT
DES SCENES, DES PROPOS OU DES IMAGES PEUVENT HEURTER LA SENSIBILITE DES SPECTATEURS 

Contrainte de livrer une mallette à un mafieux coréen, Lucy se retrouve transformée en mule avec un sac de drogue dans le ventre. Tabassée par ses kidnappeurs, le sachet se perce et commence à lui donner de nouvelles capacités intellectuelles. Au lieu d’utiliser comme tout le monde 10% de ses capacités mentales, la jeune femme va voir ses capacités multipliées. 

C’est toujours avec l’espoir de retrouver le Luc Besson des débuts que l’on peut s’empêcher d’aller à chaque fois voir ce que nous a pondu le réalisateur qui n’a rien fait de bon depuis qu’il avait déclaré vouloir prendre sa retraite. D’ailleurs si Scarlett Johansson a accepté le rôle, c’est aussi en partie grâce à cette aura qui a malheureusement disparue depuis plus de quinze ans. Le réalisateur semblant maintenant préférer les oeuvres bas du plafond pour un public ne souhaitant pas réfléchir quand il va au cinéma.

http://nsm08.casimages.com/img/2014/08/12/14081202341017742612447518.jpg

Marvel tardant à donner un film complet à Black Widow, Luc Besson semble avoir voulu leur couper l’herbe sous le pied en offrant le rôle de Lucy à Scarlett Johansson. Un nouveau personnage de femmes fortes à l’image de ses héroines Matilda, Leeloo ou Nikita mais Lucy c’est aussi et surtout un honteux pompage de Limitless et Transcendance avec un peu du jeu vidéo Watch_Dogs. Un nouveau scénario bâclé, sans réelle intrigue hormis celle mal exploitée de voir le cerveau de l’héroïne se développer. Calibré à tout juste 1h30, le film ne semble présenter aucune véritable intrigue avec des méchants coréens en carton et aucun véritable enjeu.

Assez curieusement Luc Besson semble aussi avoir emprunté au cinéma d’Ed Wood le gout pour les Stock Shots au point d’en coller partout dans son film. Cela commence pour imager Lucy en train de se faire piéger avec des images de fauve dans la savane prêt à fondre sur sa proie comme si le spectateur ne pouvait pas comprendre tout seul ce qui était en train de se passer à l’écran. Le réalisateur poursuit avec des explications illustrées totalement ennuyeuses du professeur joué par Morgan Freeman dont la conférence s’entremêle aux mésaventures de Lucy en nuisant au rythme de la scène. Vouloir rivaliser avec « le pire réalisateur de tous les temps » est un drôle de challenge.

http://nsm08.casimages.com/img/2014/08/12/14081202341217742612447519.jpg

Par moment, le réalisateur apporte une belle réflexion sur ce que l’homme pourrait faire de telles facultés mais cela ne dure jamais assez longtemps. Pour chaque fulgurance, le réalisateur enchaîne avec trois conneries qui font définitivement plonger le long métrage vers le grand n’importe quoi. Une succession de scènes sans véritables enjeux qui conduit Lucy de Séoul à Paris en passant par New York. On passe son temps à se demander mais pourquoi ??? Pourquoi se désintègre t’elle dans l’avion ? pourquoi se retrouve t’elle à Times Square ? Sans parler encore de l’image pitoyable de la police française que le réalisateur va encore montrer dans le monde entier.

Même dans ce naufrage, Scarlett Johansson arrive encore à exceller. Si elle n’était pas là pour donner un corps à Lucy, le film mériterait certainement un beau zéro pointé. Le César d’honneur décernée à l’actrice pourra servir d’excuses nationales pour l’avoir fait jouer dans un telle bouse. Embauché pour jouer encore un scientifique, Morgan Freeman semble en pilotage automatique tellement habitué à ce genre de rôle qui ne le quitte plus qu’il ne devait même pas savoir où il était. On a pitié aussi pour Min-Sik Choi, acteur principal d’Old Boy de devoir jouer un mafieux si cliché. En fait tous les acteurs un peu connus de la distribution sont tous sous exploités y compris Annaleigh Tipton et même Frédéric Chau. Heureusement les trois quarts de la distribution sont des inconnus qui le resteront certainement avec ce film.

 

http://nsm08.casimages.com/img/2014/08/12/14081202341317742612447520.jpg

 

MON AVIS :

1/5

L’idée de l’utilisation de toutes ses facultés intellectuelles avait de quoi faire un très bon film si elle avait été confiée à un scénariste digne de ce nom. On aimerait pouvoir s’asseoir au banc de montage avec Luc Besson pour l’aider à supprimer toutes les scènes ridicules de son film mais il n’en resterait au final plus grand chose. Heureusement que Scarlett est là pour apporter la seule chose positive à ce nouveau naufrage du réalisateur. L’heure de la retraite a définitivement sonnée !

 

 

FICHE TECHNIQUE :

 – REALISATEUR : Luc Besson

 – AVEC : Scarlett Johansson, Morgan Freeman & Annaleigh Tipton

 – SCENARISTE : Luc Besson

 – GENRE : Science Fiction

 – DUREE : 1h30

 – MUSIQUE : Eric Serra

 – SITE OFFICIEL : http://www.lucymovieintl.com/ww/

 – DATE DE SORTIE : 06 Août 2014

A LIRE AUSSI :

 – la critique de MALAVITAhttp://xav-b.over-blog.com/article-120770368.html

 – la critique de ADELE BLANC-SEChttp://xav-b.over-blog.com/article-49390852.html

 – la critique de ARTHUR ET LES MINIMOYShttp://xav-b.over-blog.com/article-4951197.html

 – la critique de TRANSCENDANCEhttp://xav-b.over-blog.com/article-124001927.html

 – la critique de LIMITLESShttp://xav-b.over-blog.com/article-76351432.html

 – la critique de CAPTAIN AMERICA, LE SOLDAT DE L’HIVER http://xav-b.over-blog.com/article-123114641.html

 – la critique de UNDER THE SKINhttp://xav-b.over-blog.com/article-124058924.html