Critique Ciné : MAGGIE de Henry Hobson

 

Maggie

 

Avant de reprendre son rôle de Terminator pour la quatrième fois, Arnold Schwarzenegger s’offre une parenthèse dans sa carrière d’Action Hero pour jouer dans Maggie, un drame sensible visiblement inspiré par la série The Walking Dead , première oeuvre du réalisateur Henry Hobson qui ne semble pas franchement attiré vers l’horreur. Un regard différent sur le genre pour spectateurs bien conscient de ce qui les attend.

 

AVERTISSEMENT

DES SCENES, DES PROPOS OU DES IMAGES PEUVENT HEURTER LA SENSIBILITE DES SPECTATEURS

 

 

Alors que l’épidémie qui a transformé une bonne partie de la population humaine en morts vivants semble toucher à sa fin, la jeune Maggie choisi de fuguer pour passer un bon moment en ville avec ses amis. Quinze jours plus tard son père fini par la retrouver à l’hôpital. A son tour contaminée la jeune fille obtient l’autorisation de passer quelques semaines chez elle avant de rejoindre la zone de quarantaine. A l’heure de la séparation la famille va devoir faire un choix douloureux…

Attention, si vous vous attendez à voir des hordes de zombies attaquer d’innocents survivants, vous vous êtes trompé de film. L’histoire de Maggie s’intéresse avant tout aux derniers survivants comme la série The Walking Dead en supprimant tout ce qui pouvait y apporter de la tension. Ici l’épidémie touche à sa fin et c’est à peine si l’on verra cinq créatures de tout le long métrage. Un long métrage que l’on peut difficilement qualifié d’horrifique et qui n’est d’ailleurs accompagné que d’un simple avertissement, ce qui veux tout dire.

Maggie

La seule chose emprunté des films de George A. Romero c’est le fait qu’on ne nous expliquera rien de l’épidémie qui a touché le monde. Coupé du monde dans leur petit patelin américain, Wade et sa petite famille recomposé pense avant tout à eux. Il n’y a même pas besoin de sortir armé ou se barricader tant le danger semble désormais presque écarté. Ce qui a conduit au drame la pauvre Maggie qui en adolescente écervelée à voulu vivre une vie normale dans un monde qui ne le permettait plus.

En réalité les zombies ne sont qu’une excuse pour attirer en salles un public auquel au final le film ne s’adresse pas vraiment. On aurait très bien pu imaginer la même histoire avec une véritable maladie contagieuse en phase terminale. Le long métrage y aurait gagné en réalisme et en compassion. Les fans de films d’horreur attendent forcement avec impatience que Maggie se transforme là où le réalisateur voudrait qu’on s’émeut sur son sort en laissant traîner la transformation sur des semaines. Henry Hobson se plante sur toute la ligne et n’arrivera pas à nous faire verser une larme sur le sort de la pauvre Maggie.

Maggie

Que dire des effets spéciaux lamentables du long métrage, la transformation progressive de Maggie en zombie est drôlement sommaire. Quelques veines qui noircissent et des yeux qui changent de couleur, on est très loin du splendide travail de KNB sur la série The Walking Dead. Même les morts vivants complètement transformés ne sont pas à la hauteur et ne font du coup vraiment pas peur.

Découverte dans Little Miss Sunshine, l’actrice Abigail Breslin avait réussi à échapper aux morts vivants il y a quelques année de cela dans l’excellent Bienvenue à Zombieland. Elle a eu moins de chance ce coup ci puisque c’est elle qui incarne Maggie, l’héroïne du premier film réalisé par Henry Hobson. Alors qu’on aurait pu craindre le pire, Arnold Schwarzenegger se montre vraiment étonnant dans ce rôle sensible qui lui va plutôt bien. L’ex-Mr Univers devrait sérieusement songer à se réorienter dans ce registre plutôt que de vouloir réincarner tous les personnages qui ont fait sa gloire.

 

Maggie

 

 

 

MON AVIS :

 2/5 

Est-ce parce qu’il s’agit d’une co-production américaine et suisse que le film est si lent ? L’histoire de Maggie se traîne vraiment en longueur pour ne rien raconter. Mais le pire c’est que le scénario n’avait clairement pas besoin de morts vivants pour un tel sujet car cela aurait pu être bien plus émouvant avec une maladie réaliste. Henry Hobson cherche à rivaliser avec The Walking Dead avec encore moins de moyen qu’un épisode de la série. Les fans du genre risquent d’être très déçus comme ceux d’Arnold Schwarzenegger qui ne s’attendront pas à le voir jouer les papa gateaux au lieu de se castagner avec des morts vivants.

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • REALISATEUR : Henry Hobson
  • AVEC : Arnold Schwarzenegger, Abigail Breslin & Joely Richardson
  • SCENARISTE : Scott Ill John
  • GENRE : Drame / Horreur
  • DUREE : 1h35
  • MUSIQUE : David Wingo
  • NATIONALITE : Américain, Suisse
  • DISTRIBUTEUR : Metropolitan FilmExport
  • SITE OFFICIEL : http://www.maggiethefilm.com/
  • DATE DE SORTIE : 27 mai 2015

 

 

A LIRE AUSSI :