Critique Ciné : MALEFIQUE de Robert Stromberg

CritiqueCiné2014

http://nsm08.casimages.com/img/2014/05/30/14053001151017207912276480.jpg

Dans cette folie des reboots, séquelles et préquelles qui déboulent à la pelle sur nos grands écrans sort cette semaine Maléfique. Une nouvelle tentative de Disney de ré-exploiter l’un de leur grand classique animé La Belle Au Bois Dormant sous la forme d’un reboot qui cherche à démystifier une de leur plus grande méchante qui a terrorisé tant de générations.

Maléfique était une jeune fée qui vivait paisiblement dans un univers fantastique peuplée de créatures magiques. Un jour un petit humain ose pénétrer dans cette univers, entre les deux va se développer une belle histoire d’amitié qui va même tourner à l’amour. Cependant l’ambition de ce jeune homme devenu grand va progressivement éloigner les deux amants. Jusqu’au jour où il va commettre le pire pour devenir roi. Bien décidé à se venger, Maléfique va jeter un sort sur son bébé.

Tout le monde connait l’histoire de La Belle Au Bois Dormant que ce soit le conte de Charles Perrault ou bien le dessin animé de Walt Disney sorti en 1950. En faire une nouvelle adaptation live offrant un nouveau regard par le biais de la méchante fée Maléfique avait donc tout de la bonne idée. Cela s’est régulièrement fait ces derniers temps avec un résultat surprenant mais souvent réussi. Il fallait bien cependant un jour une exception à la règle est celle ci s’appelle Maléfique.

 http://nsm08.casimages.com/img/2014/05/30/14053001151417207912276481.jpg

Nous ne sommes plus ici dans la relecture mais carrément dans la réécriture totale de cette histoire bien connue. Difficile de ne pas s’étouffer en voyant ce récit sans queue ni tête qui fait de Maléfique une bonne Fée trahie par les humains. Une version qui ne tient vraiment pas la route dès les premières minutes puisqu’on ne voit pas pourquoi une gentille Fée aurait pu être prénommée Maléfique. Impossible de tout dévoiler mais sachez que toute cette histoire risque de faire bondir dans leurs fauteuils, tous ceux qui gardent en mémoire l’histoire originale. On nous avait promis un film plus adulte mais le résultat est particulièrement cucul.

Ce film ne repose uniquement sur des effets spéciaux particulièrement réussis. Chef décorateur sur Avatar, le réalisateur Robert Stromberg semble avoir ramené avec lui des créatures du film de James Cameron. Tellement d’image de synthèse qu’on a même pas vraiment l’impression de voir un véritable film live mais plutôt un dessin animé avec des acteurs incrustés. Si l’ensemble est très beau à voir à l’exception des trois bonnes fées trop artificielles, cela ne compense pas les lacunes du scénario.

http://nsm08.casimages.com/img/2014/05/30/14053001151617207912276482.jpg

Angelina Jolie avait tout pour faire une très bonne Maléfique si les scénaristes n’avaient pas tenu absolument à en faire une gentille fée. Sexy en diable et capable réellement d’être vraiment inquiétante dans les meilleurs scènes du film, son personnage se retrouve malheureusement trop édulcoré pour la transformer en héroïne. Elle Fanning est encore moins bien servie par les scénariste en Princesse Aurore totalement nunuche sans aucune scène pour montrer son talent. Certainement le pire rôle que cette jeune et talentueuse actrice ait pu incarner à ce jour.

Des choix étonnants complètent le casting comme Sharlto Copley (District 9) en Roi Stéphane, Sam Riley (Control) joue le corbeau Diaval et Juno Temple (Killer Joe) en bonne fée. Des acteurs plutôt habitués aux films indépendants qui viennent se perdre dans ce blockbuster trop commercial. Le jeune acteur Brendon Thwaites qui sera bientôt à l’affiche de plusieurs films attendus démarre très mal sa carrière en Prince Charmant trop cliché dont le rôle a sacrement été raboté au profit de Maléfique.

 

http://nsm08.casimages.com/img/2014/05/30/14053001152517207912276483.jpg

MON AVIS

1/5

Walt Disney a du se retourner dans sa tombe en voyant comment ses descendants ont pût ainsi massacrer son héritage. Dire que les plus jeunes risquent de découvrir cette nouvelle version avant le dessin animé culte est une véritable honte. Un long métrage uniquement fait pour l’argent qui laisse craindre le pire pour les prochains épisodes de Star Wars si ils sont traités de la même façon. A boycotter d’urgence !

 

FICHE TECHNIQUE :

 – TITRE ORIGINAL : Maleficient

 – REALISATEUR : Robert Stromberg

 – AVEC : Angelina Jolie, Elle Fanning & Sharlto Copley

 – SCENARISTES : Linda Woolverton & John Lee Hancock

 – DUREE : 1h37

 – GENRE : Fantastique

 – MUSIQUE : James Newton Howard

 – SITE OFFICIELhttp://movies.disney.com/maleficent

 – DATE DE SORTIE : 28 mai 2014

A LIRE AUSSI :

 – la critique de BLANCHE NEIGE ET LE CHASSEURhttp://xav-b.over-blog.com/article-107275415.html

 – la critique de ALICE AU PAYS DES MERVEILLEShttp://xav-b.over-blog.com/article-47026836.html

 – la critique de LE MONDE FANTASTIQUE D’OZhttp://xav-b.over-blog.com/article-116346639.html

 – la critique de LA BELLE ET LA BETE de Christophe Ganshttp://xav-b.over-blog.com/article-122531394.html

 – la critique de AVATARhttp://xav-b.over-blog.com/article-41426929.html

  • Fitnesstory

    Au contraire, le conte revit une seconde jeunesse. C’est une relecture totale de l’histoire originale mais elle en devient plus adulte. Il y a quelques incohérences, comme le fait qu’une gentille
    fée soit nommée Maléfique mais j’ai trouvé que le film était de qualité. Sur le plan visuel, le film est une franche réussite, les acteurs sont bons ( en particulier Angelina Jolie, excellente
    dans son rôle ) et les personnages ont perdu en miévrerie ( exceptées les marraines d’Aurore qui sont insupportables ). J’ai aussi beaucoup aimé la fin : au lieu d’avoir le traditionnel baiser
    d’amour du prince qui réveille sa belle, nous assistons à un belle séquence dans laquelle l’amour filial s’avère être plus fort que tout. 

    Maléfique et La Belle et la Bête sont deux adaptations de contes de fées qui sont sorties à des dates proches l’une de l’autre. Or, j’ai largement préféré le premier au second parce qu’il y avait
    plus d’action et d’émotion.