Critique Ciné : NEAR DEATH EXPERIENCE de Benoît Delépine et Gustave Kervern

CritiqueCiné2014

 http://nsm08.casimages.com/img/2014/09/15//14091502312017742612522828.jpg

Ceux qui ont vu les précédents films de Benoît Delépine et Gustave Kerven savent que les deux réalisateurs ont un univers bien particulier. Trash, punk, déjanté avec toujours un petit coté art et essai très référencé, ce n’est clairement pas un cinéma tout public. Après Le Grand Soir, probablement leur film le plus accessible grâce à la présence de Benoît Poelvoorde et Albert Dupontel, ils reviennent avec un nouvel Objet Filmé Non Identifié avec Michel Houellebecq comme seul et unique acteur visible à l’écran.

 

 

Lassé de vivre, Paul décide sur un coup de tête de partir dans la montagne pour se suicider. Arrivé sur place, il n’a cependant pas le courage de franchir le pas. Il traîne alors dans la nature bien décidé à ne plus jamais retourner chez lui.

Encensé par certains et décrié par d’autres, l’écrivain Michel Houellebecq ne laisse clairement pas indifférent. Un brin lunaire mais extrêmement talentueux, il colle typiquement au genre de personnages qu’affectionnent tout particulièrement les réalisateurs Benoît Delépine et Gustave Kervern. On pense notamment à Yolande Moreau (héroïne de Louise-Michel) ou à Brigitte Fontaine (mère des deux héros dans Le Grand Soir). L’auteur ne donne pas l’air d’avoir eu vraiment à se forcer pour devenir ce nouveau personnage.

 http://nsm08.casimages.com/img/2014/09/15//14091502311817742612522827.jpg

Il semble en tout cas avoir été une bonne source d’inspiration pour le sixième film du duo Grolandais. Après avoir vogué chacun de leur coté, Benoît Delépine avec le scénario d’Ablations et Gustave Kervern excellent dans le rôle de concierge de Dans La Cour, ils se retrouvent pour signer pour la première fois un drame. On sent dans les dialogues du film ou plutôt les monologues de Michel Houellebecq que l’écrivain leur a donné source à une réfléxion sur le sens de la vie vraiment bien observée.

La « Near Death Experience » (expérience de mort imminente) du film n’est pas exactement telle qu’elle est normalement vécue. Ici la N.D.E de Paul s’est le fait de frôler la mort sans jamais l’atteindre simplement parce qu’il n’ose pas faire le pas fatal pous se jeter dans le vide. Il traîne du coup sa dépression à la manière du personnage inspiré par Kurt Cobain dans Last Days de Gus Van Sant mais au lieu de marmonner dans sa barbe, il nous raconte sa lassitude de la vie.

 http://nsm08.casimages.com/img/2014/09/15//14091502311717742612522826.jpg

Le style de Benoît Delépine et Gustave Kervern est toujours le même : des plans souvent fixes, un peu flous où l’action principale n’est pas forcement au centre du cadrage. Un façon de filmer très peu dynamique couplé à la déprime de leur personnage principal qui pourrait certainement faire fuire les spectateurs non initiés. Cependant, il se dégage beaucoup de poésie des certaines séquences du film accompagnées par moment de morceaux de musique classique ou de titres du groupe de hard rock Black Sabbath.

On pouvait être un peu suspicieux sur les premiers pas au cinéma du romancier Michel Houellebecq, pourtant il faut reconnaître qu’il arrive à rendre son personnage attachant malgré la dépression. Comme une sorte de Droopy, sa mélancolie et son air bougon le rendent parfois vraiment drôle même si le film est avant tout réellement dramatique. Il marche dans la nature en réflechissant à la vie et les spectateurs peuvent entendre ses penseés comme une sorte de voix off sur les images de déambulation. Si il croise par moment d’autres personnages, ceux ci sont bien souvent à peine visible, laissant l’acteur la plupart du temps seul à l’écran.

 

 http://nsm08.casimages.com/img/2014/09/15//14091502311717742612522825.jpg

 

MON AVIS

4/5

On ira pas forcémment jusqu’a donner un César à Michel Houellebecq pour sa prestation dans Near Death Experience mais il faut reconnaître qu’il est bien meilleur que ce que l’on aurait pu craindre. Si au premier abord Near Death Experience pourrait paraître déprimant, il faut bien prêter attention aux réflexions du personnage qui sont au contraire très positives pour justement ne pas subir les mêmes désillusions que lui. Encore une très grande réussite pour Benoît Delépine et Gustave Kervern.

 

FICHE TECHNIQUE :

  •  – REALISATEUR : Benoît Delépine & Gustave Kervern
  •  – AVEC : Michel Houellebecq
  •  – SCENARISTES :  Benoît Delépine & Gustave Kervern
  •  – GENRE : Drame
  •  – DUREE : 1h27
  •  – DATE DE SORTIE : 10 Juillet 2014

A LIRE AUSSI :