Critique Ciné : NIGHT FARE de Julien Seri


 

Night Fare

 

Le financement participatif permet désormais à des réalisateurs qui n’ont pas réussi à convaincre les financiers de mener à bien leur projet. Miser sur le projet d’un réalisateur chevronné, c’est lui donner la chance de nous offrir un nouveau grand film mais lorsque celui ci est moins connu, cela relève du pari audacieux. Sur le papier Night Fare, le nouveau film de Julien Seri avait tout pour séduire les parieurs mais qu’en est il est du résultat final ?

 

INTERDIT AUX MOINS DE 12 ANS

 

SYNOPSIS : Après une longue séparation, deux amis se retrouvent pour passer un week end d’enfer à Paris. En sortant d’une fête, ils prennent un taxi pour se rendre à une after et décide de s’enfuir sans payer la course. Manque de chance pour eux, ils sont tombé sur un chauffeur qui n’est pas prêt à se faire arnaquer et qui va les traquer toute la nuit jusqu’à ce que leur dette soit payée.

 

 

Beaucoup de réalisateurs français aimeraient réaliser un film de genre comme on peut les voir aux Etats Unis mais curieusement nombreux parmi ceux qui s’y frottent n’arrivent pas à atteindre leurs ambitions. Il ne faut pas s’étonner donc qu’on ne trouve plus de producteurs et de distributeurs pour se lancer dans des projets quasi raté d’avance qui auront bien du mal à trouver des salles et donc des spectateurs.

Réalisateur de Les Fils Du Vent et Scorpion, Julien Seri a voulu pour son quatrième film se frotter à l’exercice. Pour son histoire de chauffeur de taxi revanchard, il cite en référence Duel de Steven Spielberg et Collateral de Michael Mann. mais s’inspire aussi clairement de Drive, Vendredi 13 ou même Night Call. Des ambitions clairement au dessus de ses capacités lorsqu’on voit le résultat rempli d’incohérences et de stupidité et en plus particulièrement mal joué. Mais fallait il s’attendre à mieux pour un projet écrit et tourné en seulement trois mois ?

Night Fare

On mettra pas longtemps à réaliser l’ampleur de la catastrophe en découvrant le niveau des acteurs Jonathan Demurger, vu dans un petit rôle dans La Belle Et La Bête de Christophe Gans, et Jonathan Howard, Stagiaire de la stagiaire Kat Dennings dans Thor Le Monde Des Ténèbres. C’est sur ces lignes de leurs CV que s’est monté le financement mais à les voir jouer aussi mal des scènes du quotidien, on se dit que c’est plutôt mal barré pour le reste du film. La pauvre Fanny Valette a du se demander ce qu’elle venait faire dans cette galère dont elle arrive cependant vite à s’échapper. Autre acteur dont on connait la tête mais pas forcement le nom Edouard Montoute vu déjà dans les Taxi mais dont le rôle le plus réussi est dans Astérix : Mission Cléopâtre est ici particulièrement ridicule en policier.

Lorsque l’on fait connaissance de ces deux personnages principaux, on apprend vaguement que l’un d’entre eux a du fuir Paris pour des raisons mystérieuses n’hésitant pas à planter là sa petite amie. On imagine une histoire de braquage qui aurait mal tourné mais la révélation quasiment à la fin du film de cette fuite est en fait totalement irréaliste et prétexte bidon à un « hommage » à Orange Mécanique.

Nightfare

Le reste du film cumule aussi les débilités. On passe son temps à s’étonner de voir le taxi réussir a réapparaître immédiatement au bout de la rue opposée dont un laps de temps où les deux crétins ont juste le temps de tourner la tête. Là encore le spectateur aura l’occasion de trop faire divaguer son esprit, imaginant peut être l’histoire d’une voiture fantôme. Le chauffeur de taxi au physique de champion de MMA semble un tueur implacable et immortel proche d’un Jason Vorhees mais là encore on sera bien déçu. Et que dire de cette bande de dealers et de prostituées se prétendant capable de le tuer et qui se feront découpés dans une scène pompée sur Kick Ass mais particulièrement ratée.

La révélation finale finira de plonger le long métrage dans le grand n’importe quoi avec un dessin animé explicatif qui nous sort une histoire de chevalier à dormir debout. On aura du mal à se retenir d’exploser de rire devant cette explication et la conclusion du film qui laisse malheureusement la porte grande ouverte à une suite qu’on espère ne jamais avoir à subir. Faire un film de genre demande des moyens et surtout beaucoup de talents et ceux qui en sont dénués devraient s’en dispenser.

 

Night Fare

 

 

MON AVIS :

 0/5 

On aurait beaucoup voulu adorer ce Night Fare tant les incursions réussies dans le cinéma de genre se font rares en France. Malheureusement le réalisateur Julien Seri se prend les pieds dans le tapis à cause d’ambitions cinématographiques bien au dessus de ses moyens et de ses médiocres qualités de metteur en scène incapable de diriger comme il le faut ses acteurs. Très mal joué et porté par une histoire qui ne tient pas la route (un comble pour un thriller automobile) Night Fare est malheureusement encore la preuve que il ne suffit pas de vouloir pour pouvoir. Les producteurs français frileux de mettre en chantier ce genre de films pourront le donner en exemple. Dommage !

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Julien Seri
  • AVEC : Jonathan Howard, Jonathan Demurger & Fanny Valette
  • SCÉNARISTE : Cyril Ferment, Pascal Sid et Cyril Ferment
  • MUSIQUE : Alex Cortés
  • GENRE : Thriller
  • DURÉE : 1h20
  • NATIONALITÉ : Française
  • DISTRIBUTEUR : Kanibal Films Distribution
  • SITE OFFICIEL : https://fr.ulule.com/night-fare/
  • DATE DE SORTIE : 13 janvier 2016

 

 

A LIRE AUSSI :

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *