Critique E-Cinéma : THE GREEN INFERNO d’Eli Roth


 

The Green Inferno

 

Attendu de longue date, The Green Inferno a bien failli ne pas sortir suite à la faillite de son producteur. C’est finalement avec un an de retard que l’on va pouvoir découvrir le nouveau film d’horreur d’Eli Roth. Alors que son dernier film Knock Knock vient de sortir au cinéma probablement grâce à la présence de Keanu Reeves, The Green Inferno sortira lui malheureusement qu’en E-Cinéma. Il faut dire que pour son grand retour après huit ans d’absence, Eli Roth a mis le paquet question gore, causant l’évanouissement d’un spectateur à l’avant première de Deauville. Êtes-vous prêt à vous engouffrer avec lui dans la forêt Amazonienne ?

INTERDIT AUX MOINS DE 16 ANS

De jeunes étudiants activistes décident de partir au Pérou afin d’empêcher la déforestation et la destruction d’un village. De retour de mission, leur avion va s’écraser dans la jungle, ils vont alors faire la rencontre du peuple qu’ils ont voulu sauver et vont cruellement le regretter…

Après huit ans d’absence où il s’est consacré à la production et à faire l’acteur pour des amis, le réalisateur Eli Roth fait son grand retour derrière la caméra pour un hommage revendiqué aux films d’horreurs italiens des années 70 sur le cannibalisme. Le plus connu d’entre eux reste sans aucun doute le cultissime Cannibal Holocaust, un film tellement sauvage que certains ont cru que les acteurs avaient réellement étés sacrifiés. Peut être parce qu’il a aussi était le premier à utiliser le procédé du « Found Footage » tant plébiscité aujourd’hui.

The Green Inferno

Fort heureusement, Eli Roth nous épargne l’image au camescope tremblant pour une véritable réalisation digne de ce nom malgré un budget très limité. The Green Inferno s’inscrit dans la lignée d’Aftershock, l’Enfer Sur Terre auquel il a participé en tant que scénariste, producteur et acteur et qui semble lui avoir permis de former une véritable bande qu’on retrouve ici. C’est en effet le même trio qui a écrit The Green Inferno, le réalisateur Nicolas Lopez et le scénariste Guillermo Amoedo. On pourrait presque y voir une sorte de diptyque horrifique se déroulant en Amérique du sud même si Aftershock est plutôt un film catastrophe poussant sur le gore tandis qu’avec The Green Inferno nous sommes vraiment dans l’horreur viscérale.

On retrouve dans The Green Inferno tout l’humour et le mordant d’Eli Roth. Un film qu’il ne faut clairement pas prendre au sérieux même si au fond le réalisateur fait passer plusieurs messages et se moque bien de tous ses soi disant bénévoles au grand cœur pas tous aussi bien intentionnés qu’ils ne veulent le paraître. A commencer par Justine, le personnage principal de cette histoire qui rejoint le groupe pour les beaux yeux de son chef. Ce bal des faux culs donnera lieu a de nombreux rebondissement qui pimenteront bien cette histoire.

The Green Inferno

Eli Roth prend bien le temps de présenter tous ses personnages avant de les plonger dans l’enfer de la forêt Amazonienne. Ce n’est que progressivement que l’intrigue prend une tournure de plus en plus dramatique. Il faudra donc être un peu patient pour découvrir les scènes traumatisantes que nous avait promis le réalisateur mais quand elles sont enfin là, on en a clairement pour son argent. Cela faisait bien longtemps qu’on n’avait pas vu de scènes aussi gores et dérangeantes dans un film d’horreur. Elles vont même jusqu’à dépasser en intensité les scènes de torture de la saga Hostel. Seul petit bémol, on ne retrouve pas la touche sexy qu’il avait glissé dans tous ses films malgré un casting féminin très alléchant. Cela ne gâche en rien le plaisir coupable que l’on prend devant ce film gore à souhait qui risque de sérieusement perturber les âmes sensibles.

The Green Inferno réunit de nombreux acteurs d’Aftershock. Vue en cruelle tentatrice dans Knock Knock il y a à peine quinze jours, Lorenza Izzo (épouse d’Eli Roth) est Justine l’héroïne de cette histoire. Cela fait bizarre de la retrouver en gentille étudiante après l’avoir détesté pour ce qu’elle faisait subir à Keanu Reeves. Ariel Levy, le chef des activistes, Nicolas Martinez et Ignacia Allamand figurait également dans Aftershock. Cette dernière est aussi la femme de Keanu Reeves dans Knock Knock. A signaler également la présence de la chanteuse Sky Ferreira en meilleure amie de Justine pour son second rôle au cinéma.

The Green Inferno

MON AVIS :

 4/5 

L’attente de ce Green Inferno n’a pas été vaine et le nouveau long métrage d’Eli Roth ne déçoit franchement pas. Même après huit ans d’absence, le réalisateur n’a clairement pas perdu la main et confirme son statut de nouveau maître de l’horreur avec qui il faut compter. Même si cela est désolant, on comprend que les nombreuses scènes chocs rendent le film difficilement exploitable en salles même si les américains ne se sont pourtant pas privés de le faire. Nos exploitants seraient ils devenus trop frileux ? Ce sont encore les fans d’horreurs qui payent les pots cassés mais il serait franchement dommage de passer à coté de ce long métrage à louer de toutes urgences sur les plateformes de VOD dès le 16 octobre 2015.

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Eli Roth
  • AVEC : Lorenza Izzo, Ariel Levy, Nicolas Martinez & Sky Ferreira
  • SCÉNARISTES : Eli Roth, Nicolas Lopez & Guillermo Amoedo
  • MUSIQUE : Manuel Riveiro
  • GENRE : Horreur
  • DURÉE : 1h40
  • NATIONALITÉ : Américain, Chilien
  • DISTRIBUTEUR : Wild Side
  • SITE OFFICIEL : http://greeninfernomovie.tumblr.com/
  • DATE DE SORTIE : 16 octobre 2015

 

 

BONUS : Le film culte Cannibal Holocaust qui a inspiré The Green Inferno

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *