Critique Ciné : JOSÉPHINE d’Agnès Obadia

critiquecin-.jpg

 

http://www.images-host.fr/view.php?img=1372468137.jpg

 

FICHE TECHNIQUE :

 – REALISATEUR : Agnès Obadia

 – AVEC : Marilou Berry, Bérangère Krief & Amel Chabi

 – GENRE : Comédie Romantique

 – DUREE : 1h28

 – SITE OFFICIELhttps://www.facebook.com/Josephine.lefilm

 – DATE DE SORTIE : 19 juin 2013

 

 

BANDE ANNONCE :

 

 

 

 

SYNOPSIS : Bientôt trentenaire, Joséphine n’a pas encore trouvé l’homme de sa vie. Lorsque sa petite soeur lui annonce
qu’elle va marier, elle invente un faux mariage au Brésil. En quelques minutes, elle se retrouve prise dans une spirale de mensonge qui risque bien de lui faire perdre tout ses amis.

 

http://www.images-host.fr/view.php?img=1372468480.jpg

 

CRITIQUE : Succés de librairie, la bande dessinée Joséphine de Pénélope Bagieu devient un long métrage
réalisé par Agnès Obadia (Romaine par Moins 30). Une nouvelle comédie romantique française qui va tenter de trouver sa place dans les salles obscures après une
rude concurrence qui a déjà laissé récemment plusieurs films du même genre sur le carreau.

Commandé par le magazine Femina, le personnage de Joséphine est le prototype de la parisienne. Toujours bien habillée, maquillée et coiffée elle privilégie
l’apparence au qualités intérieures. Au point comme Joséphine de ne pas se rendre compte des évidences et de passer parfois a coté de belles histoires parce qu’elle aura été trop
exigeante au premiers abords.

Difficile d’adapter la bande annonce de Pénélope Bagieu qui se présente sous forme de gags d’une page sans liens apparents de pages en pages. Certes en trois tomes l’héroïne a
connu une évolution dans sa vie mais cela s’est fait sans récit véritablement construit Le gag primant avant tout pour la parution semaine après semaine. Aussi scénariste du film, Agnès
Obadia
a donc du imaginer de toute pièce une grande aventure pour Joséphine sans même avoir lu les bandes dessinées.

 

http://www.images-host.fr/view.php?img=1372468389.jpg

 

Là ou les fans de la bande dessiné risquent d’être déçu, c’est qu’Agnès Obadia a vu en Joséphine une espece de Bridget Jones à la française. Du
coup son long métrage a plutôt des airs de remake du long métrage avec René Zellwegger que véritable adaptation de la bande dessinée. Il suffit de comparer les synopsis des deux
longs métrages pour voir qu’ils partagent énormément de points communs. Et même si Bridget Jones a peut être été une influence de Pénélope Bagieu, la
dessinatrice avait réussi a y glisser son humour pour faire oublier cette référence.

Initialement le rôle de Joséphine aurait du être tenu par Audrey Lamy. On aurait très bien vu l’actrice de Scènes de Ménage dans ce rôle
malheureusement son emploi du temps n’était pas compatible et c’est finalement Marilou Berry qui se glisse dans les grosses fesses de l’héroïne. Son caractère colle encore au
personnage pour l’humour mais il perd le coté sexy. Marilou Berry nous rappelle beaucoup sa mère Josiane Balasko comme si Joséphine était la
réponse des années 2000 à des longs métrages comme Les Hommes prèférent les Grosses. Bérangère Krief a qui on a confié le rôle de la meilleure amie aurait peut
être été une Joséphine plus proche de l’esprit de la BD.

Joséphine n’est certainement pas la comédie de l’année, mais le film se regarde vraiment avec plaisir. On sourit et on prend en pitié cette jeune femme qui s’embourbe dans ses
mensonges. On aurait aimé cependant que le film garde un peu plus l’esprit décalé de la bande dessinée de Pénélope Bagieu. On en viendrait presque déjà à souhaiter un reboot avec
une autre actrice et un autre réalisateur qui s’en rapprocherait plus.

 

http://images.allocine.fr/pictures/210/032/21003221_20130503174039426.jpg

 

MON AVIS : 2/5

 

 

BONUS : Les premières pages du Tome 1 de la bande
dessinée de Pénélope Bagieu

 

 

A LIRE AUSSI

 – la critique de VILAINE avec Marilou Berryhttp://xav-b.over-blog.com/article-24665787.html

 – la critique de CONFESSION D’UNE ACCRO DU SHOPPINGhttp://xav-b.over-blog.com/article-31954585.html

 – la critique de LOVE (ET SES PETITS DESASTRES)http://xav-b.over-blog.com/article-6567607.html

 – la critique de LE DIABLE S’HABILLE EN PRADAhttp://xav-b.over-blog.com/article-4026774.html