Critique Ciné : L’HOMME QUI RIT de Jean-Pierre Améris

critiquecin-.jpg

 

http://www.images-host.fr/view.php?img=1357867234.jpg

 

FICHE TECHNIQUE :

 – REALISATEUR : Jean-Pierre Améris

 – AVEC : Marc-André Grondin, Gérard Depardieu et Christa Theret

 – GENRE : Drame, Romance

 – DUREE : 1h33

 – SITE OFFICIELhttp://www.lhommequirit-lefilm.com/

 – DATE DE SORTIE : 26 Décembre 2012

 

 

BANDE ANNONCE :

 

SYNOPSIS : Un jeune garçon à la bouche massacré par un docteur retrouve refuge chez un herbologue ambulant avec une fillette qu’il a
trouvé en chemin. Les affaires n’allant pas fort et pour tromper son ennui le jeune enfant se met a imiter son hôte devant le public qui trouve le spectacle très amusant. Le succès est alors au
rendez-vous et Gwynplaine suscite hilarité et curiosité du public. Le trio pensait ne jamais se séparer quand le passé du jeune homme fini par refaire surface.

 

http://www.images-host.fr/view.php?img=1357868252.jpg

 

CRITIQUE : Oeuvre peu connue de Victor Hugo par manque de succès du roman à l’époque de sa sortie, L’Homme Qui Rit a
pourtant connu déjà deux adaptations cinématographique auparavant. Le personnage a surtout inspiré les créateurs de Batman pour inventer son ennemi juré le Joker. Ce nouveau
portage sur grand écran présente une toute nouvelle vision de l’oeuvre de Victor Hugo qui devrait plaire aux fans de Tim Burton.

Aprés les Emotifs Anonymes, le réalisateur Jean-Pierre Améris change de style radicalement avec l’adaptation de ce classique de la littérature française qu’il a
transformé en conte gothique à l’atmosphère proche du film fantastique. Le metteur en scène prend quelques libertés avec l’histoire originale pour moderniser le film rendant l’esthétique général
plus proche d’un Edward Aux Mains D’Argent, d’un Sleepy Hollow ou bien encore de L’Imaginarium Du Docteur Parnassus ou bien encore The
Crow
et Le Parfum que ce soit dans les images léchées, les costumes, le maquillage et même la bande originale.

Le rôle de L’Homme Qui Rit est interprété par Marc-André Grondin, la révélation quebecoise de C.R.A.Z.Y qui n’a pas eu la chance encore de trouver en France des
rôles à la hauteur de son potentiel. Ce nouveau long métrage pourrait changer la donne car il est une nouvelle fois excellent. On s’étonnera juste de voir que les autres personnages ne soient pas
plus effrayé par cet homme défiguré. Il lui manque un coté inquiétant, un fait certainement voulu par le metteur en scène.

 

http://www.images-host.fr/view.php?img=1357868316.jpg

 

Il forme un trio avec Gérard Depardieu qui malgré ses frasques médiatiques arrive toujours à s’imposer das le rôle d’un personnage bourru mais au grand coeur que seul lui aurait
pu incarner. Le choix de Christa Theret est quand à lui beaucoup plus discutable. La jeune actrice peine à nous faire croire à sa cécité et cela handycape totalement son jeu et
sa fraîcheur. On s’imagine que l’actrice n’a même pas été castée et qu’elle n’est là que grace à Marc-André Grondin avec qui elle avait déjà tourné Mike. Quand à
Emmanuelle Seigner, sa vulgarité la reproche de plus en plus de sa soeur et son rôle d’intrigante n’est pas assez poussé pour la rendre suffisamment détestable. En
revanchel’injustement méconnu Serge Merlin (fidèle de Jean Pierre Jeunet) est excellent dans le rôle du grand chambellan.

On pourra aussi reprocher quelques défauts techniques inhérents peut être a des problèmes de budget. Alors que les costumes et les décors sont magnifiques, il est impossible de dire de même sur
les effets numériques. Seulement commencent par des ciels en matte painting digital totalement raté et qui aura certainement été bien plus convaincant si il avait été peint à la main comme
autrefois. Il en est de même sur tous les autres effets numériques toujours trop cheap pour être convaincant. Enfin il est dommage d’avoir a tourner ce genre de production dans des pays de
l’Europe de L’est plutôt que dans notre pays.

Non exempt de défaut, L’Homme Qui Rit arrive tout de fois à captiver par son intrigue qui donne vraiment envie de se précipiter sur le roman de Victor Hugo.
N’est malheureusement pas Tim Burton qui veut et Jean-Pierre Amèris a encore du chemin à faire pour imposer sa touche personnelle au cinéma français.

 

http://www.images-host.fr/view.php?img=1357868388.jpg

 

 

MON AVIS : 3/5

 

BONUS :

 

A LIRE AUSSI :

 – la critique de LES EMOTIFS ANONYMES de Jean-Pierre Améris :

 – la critique de C.R.A.Z.Y. avec Marc-André Grondin :

 – la critique de BOUQUET FINAL avec Marc-André Grondin : 

 – la critique de FIGHT GAMES avec Marc-André Grondin : http://xav-b.over-blog.com/article-110261509.html

 – la critique de LE BRUIT DES GLACONS avec Christa Theret : 

 – la critique de LE PARFUM :

 – la critque de THE DARK KNIGHT de Christopher Nolan :

 – la critiqe de L’IMAGINARIUM DU DR PARNASSUS de Terry Gilliam :