DEMOLITION de Jean-Marc Vallée [Critique Ciné]

 

Demolition

 

Encore trop peu reconnu, Jake Gyllenhaal prouve pourtant de films en films qu’il est l’un des acteurs les plus brillants de sa génération. En jouant sous la direction de Jean-Marc Vallée dans Demolition, l’acteur va pouvoir nous offrir un nouvel aperçu de sa palette la plus dramatique.

 

 

SYNOPSIS : A la mort de sa femme, Davis, brillant banquier d’affaire perd totalement pied. N’ayant personne à qui confier son désarroi, il se livre dans de grandes lettres au service client d’une entreprise de distributeurs automatiques. Ses courriers vont toucher droit au cœur, Karen la chargée des réclamations dans l’entreprise qui va chercher à découvrir qui est cet homme.

 

Jake Gyllenhaal ferait il des films de veufs sa nouvelle spécialité ? Après La Rage Au Ventre où il se retrouvait déjà au fond du trou après avoir perdu sa femme, il enchaîne presque directement avec Demolition qui sur le même point de départ raconte une histoire totalement différente. Car la où le boxeur de La Rage Au Ventre se battait dans tous les sens du terme pour s’en sortir, son personnage dans Demolition sombre dans la dépression.

 

Demolition

 

Vous l’aurez compris, Demolition ne fait dans la franche rigolade. Le réalisateur Jean-Marc Vallée, plutôt spécialisée dans le drame, est allé piocher dans la fameuse Blacklist des meilleurs scénarios d’Hollywood encore disponibles, le script que Bryan Sipe avait écrit en 2007 inspiré par ses déboires à Hollywood.

Davis, le personnage principal de Demolition est particulièrement détestable. Jake Gyllenhaal à la lourde tâche de se glisser dans la peau de ce banquier d’affaires trop obnubilé par son travail pour prêter attention aux autres et aux petits détails de la vie courante. C’est lors d’une énième discorde avec sa femme à ce propos que celle ci perdra la vie par manque d’attention au volant au tout début du film. C’est un homme démoli et incapable de faire transparaître la moindre émotion que l’on suivra pendant tout le film.

 

demolition

 

Il faut avouer que cela est assez insupportable de voir cet homme perdre ainsi pied sans montrer le moindre signe de sursaut. Sans amis a qui se confier et sans la volonté d’en parler avec ses parents, il s’enfonce dans la dépression qu’il tente d’oublier en démontant des objets défectueux, seul passage un peu drôle du film, et va même jusqu’à carrément démolir à coup de masse et de bulldozer sa propre maison. Ce qui fait d’habitude la force de ce genre de film, c’est le rebond du personnage comme dans Un Nouveau Départ de Cameron Crowe, réalisateur dont Jean-Marc Vallée semble un peu s’inspirer avec son gout pour le drame et les bandes sons rock. Ici c’est vraiment la descente qui intéresse le metteur en scène.

Vient tout de même se glisser dans sa vie Karen Moreno jouée par Naomi Watts, la responsable client  de l’entreprise de distributeurs automatiques, qui touchée par ses nombreuses lettres va chercher à le rencontrer. Leur relation est assez étrange, est ce de l’amour, de l’amitié ou simplement de la compassion ? On pourra trouver cependant bizarre qu’un homme puisse s’enticher aussi vite d’une autre femme alors qu’il vient de perdre la sienne. On regrettera d’ailleurs de ne pas assez faire la connaissance de la femme de Davis jouée trop brièvement par Heather Lind et qui semblait bien plus adorable que le personnage jouée par Naomi Watts qu’on aura autant de mal à accepter que les beaux parents de Davis.

 

demolition

 

Mieux vaut ne pas être trop déprimé pour aller voir Demolition. Contrairement aux autres films de genre qui parlent toujours de rebond, Jean-Marc Vallée s’intéresse principalement à la dure épreuve de deuil. Comme anesthésié par le drame, Davis n’exprime aucun sentiment. Le réalisateur nous fait constamment douter de savoir si il est profondément triste ou si la disparition de sa femme ne le touche pas vraiment. Jake Gyllenhaal arrive malgré tout à porter à nouveau le film de manière magistrale en incarnant cet homme au bord de la folie. l’appréciation de ce film par le spectateur dépendra vraiment du jugement qu’il porte sur ce personnage et il sera facile du coup de passer à coté du message que voulait exprimer Jean-Marc Vallée.

 

MON AVIS : 2/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Jean-Marc Vallée
  • AVEC : Jake Gyllenhaal, Naomi Watts, Judah Lewis & Heather Lind
  • SCÉNARISTE : Bryan Sipe
  • GENRE : Drame
  • NATIONALITÉ : Américian
  • DISTRIBUTEUR : 20th Century Fox France
  • SITE OFFICIELhttp://www.foxsearchlight.com/demolition/
  • DATE DE SORTIE : 6 mars 2016

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *