DETROIT : BECOME HUMAN sur Playstation 4 [Test Jeux Vidéo]

 

 

Après avoir réédité Heavy Rain et Beyond Two Souls, Quantic Dream sort enfin avec Detroit : Become Human son premier grand titre exploitant pleinement les capacités de la Playstation 4 pour une nouvelle aventure interactive encore plus bluffante.

 

 

SYNOPSIS : A Détroit en 2038, les androïdes font désormais parti intégrante de la Société. Mais ils sont souvent traités comme des êtres inférieurs et détestés par ceux à qui ils ont pris le travail où tout simplement parce que leur intelligence fait peur. Kara et Marcus sont deux androïdes parfaitement intégrés dans ce monde mais en observant le comportement des humains, ils vont progressivement prendre conscience qu’ils méritent mieux que cette vie et vont partir en quête de liberté. En tant qu’inspecteur de Cyberlife, un troisième androïde Connor va lui se trouver entre deux feux. Doit-il rester loyal auprès des humains qui l’ont créé ou rejoindre ses semblables dans leur combat ?

 

Souvenez-vous c’était en novembre 2015 à la conférence Sony juste avant la Paris Games Week que Quantic Dreams dévoilait la toute première bande annonce de Detroit : Become Human. Après un développement réalisé dans la plus grande discrétion avec tellement peu d’infos que l’on se demandait si le jeu verrait bien le jour, voici enfin cette nouvelle production imaginée par David Cage, le créateur de Nomad Soul, Fahrenheit, Heavy Rain et Beyond Two Souls, qui nous arrive pas moins de deux ans et demi plus tard. Comme bien souvent avec ce studio français, le point de départ de ce nouveau jeu est une vidéo de démonstration technique baptisé Kara que l’on avait pu découvrir en 2012 et qui nous avait déjà sidéré par la beauté de ces graphismes et de son animation. Face à la demande pressante des fans, c’est avec un résultat encore plus bluffant que cette démo a finalement donné naissance au jeu Detroit : Become Human.

 

Detroit : Become Human

 

Tout le monde connait le début de Detroit : Become Human puisque le premier chapitre du jeu est celui que l’on peut trouver en démo sur le Playstation Store. On commence le jeu avec Connor, un détective androïde qui pour sa première mission est chargé de tenter de convaincre un congénère déviant d’abandonner sa prise d’otage. Que vous réussissiez ou non cette première mission, on le retrouvera plus tard devant faire équipe avec un inspecteur humain détestant les androïdes pour enquêter ensemble sur l’inquiétante augmentation du nombre d’agressions causées par des androïdes devenu déviants. Dans le second chapitre nous allons faire la connaissance de la nouvelle Kara, inspirée par celle de la fameuse démo technique. Elle est une androïde domestique que son propriétaire vient rechercher au magasin après une réparation. Ramené dans le foyer de cet homme particulièrement rustre, elle y découvrira une petite fille prénommée Alice qui semble particulièrement terrorisé par lui. Rapidement, Kara voudra prendre sa défense et gagner sa liberté avec elle. Le troisième androïde que l’on dirigera dans le jeu se nomme Marcus, un assistant personnel d’un vieux peintre en fauteuil roulant. Même si ils étaient très proche au point que l’artiste le considère comme son fils, des événements malheureux vont briser cette relation et ouvrir la voie à un autre destin pour lui en tant que leader de la révolution des androïdes. Il y a aussi une autre androïde qui tient une part importante dans le jeu, il s’agit de Chloe qui vous accueille dans le menu principal et qui au fur et a mesure de votre progression va évoluer laissant au joueur une réelle impression d’intelligence artificielle au point que l’on serait presque tenté de lui répondre tant on finira par s’attacher.

Si David Cage a choisi la ville de Detroit comme cadre pour son jeu d’anticipation ce n’est certainement pas par hasard. On a récemment eu la mémoire rafraîchie par le film de Kathryn Bigelow sur l’émeute raciale qui avait secoué la ville à l’été 1967 où les noirs poussés à bout d’être entassé dans des ghettos avaient fini par utiliser la violence pour faire entendre leur ras de bol. Si les androïdes remplacent les noirs, l’histoire est ici bien similaire. Ils sont eux aussi victime de ségrégation avec des zones qui leurs sont réservés au fond des bus et s’occupent bien souvent des basses œuvres que le humains ne veulent plus faire. Le film étant sorti alors que le jeu était déjà en développement, ce n’est pas ici une des influences de David Cage mais on sentira tout le long de cette histoire beaucoup d’influences cinématographiques ou télévisuelles notamment celle de A.I. – Intelligence ArtificielleI Robot, La Planète Des Singes voir même d’Intouchables ou Seven. Si le jeu aura mis le temps à voir le jour, il arrive à une période ou cinéma comme télévision s’intéresse actuellement énormément au sujet des dangers de l’intelligence artificielle avec des films comme Ex-Machina et Zoe ou les séries télé Black Mirror, Real Humans et Westworld.

 

Detroit : Become Human

 

Ceux qui ont déjà joué aux précédents jeux de Quantic Dream retrouveront rapidement leurs marques car le gameplay est très similaire. Plus film interactif que véritable jeu vidéo, le joueur est amené à pouvoir interagir dans la scène en faisant un arc de cercle avec le joystick droit ou en appuyant simplement sur la touche indiquée à l’écran. Le plus gros challenge étant parfois de combiner trois touches à la fois ou d’arriver à appuyer à temps dans certaines phases chronométrées. On pourrait s’étonner de retrouver encore ce même type de gameplay qui se justifiait par l’utilisation du PS Move sur Playstation 3 mais qui aurait pu être amélioré pour être plus immersif sur Playstation 4. On reconnaîtra tout de fois un effort pour les prendre moins prise de tête même si certaines reconnaissances de mouvement du gyroscope ou du pavé tactile laisse parfois à désirer.

Ce n’est pas dans la gestion de la manette que viendra la difficulté de Detroit : Become Human mais par les choix que le joueur pourra effectuer dans le jeu qui pourront avoir des conséquences aussi bien sur le court terme que parfois sur le long terme dans le reste de l’aventure. Avec son script de plus de 1000 pages, les embranchements sont très nombreux et même si il est possible d’accéder à l’arborescence de chaque niveau, il sera parfois difficile d’arriver à faire prendre l’embranchement vraiment voulu à nos héros tant cela semble parfois se jouer à la seconde près. Vous l’aurez compris, comme les précédents jeux de Quantic Dream, Detroit : Become Human n’est pas le genre de jeu auquel on ne joue qu’une fois avant de le remiser sur un étagère. Il faudra au minimum y jouer deux fois pour tenter de voir un maximum d’embranchement possible. Impossible de savoir vraiment combien de fois il faudrait jouer au jeu pour les voir tous mais heureusement, il sera possible de revenir sur certains points de sauvegarde pour tenter de nouveaux choix. Bien sur il est conseillé de faire cela uniquement après avoir fini le jeu au moins une fois pour laisser le jeu suivre vraiment son chemin jusqu’au bout avec vos choix initiaux. Une orientation pacifique vous laissera plus de liberté pour voir la vraie happy end du jeu tandis qu’une voie de conflits et de violence rendra plus difficile une heureuse conclusion. Il faut faire bien attention car certains choix peuvent parfois mener la mort d’un de vos trois héros bien avant la fin du jeu.

 

Detroit : Become Human

 

Graphiquement Detroit : Become Human est vraiment très beau mais n’arrivera pas à nous enchanter autant qu’un Uncharted : A Thief’s End ou qu’un Horizon Zero Dawn de part son univers très urbain et aseptisé pour paraître plus futuriste. Ce sont surtout les personnages qui sont les plus réussis avec un traitement de la peau, des mouvements de visages particulièrement réaliste avec une grande fidélité aux acteurs humains qui leur ont prêté leur traits et qui ont tourné intégralement chaque scène avec un procédé de motion capture comme pour le film Avatar utilisé aujourd’hui dans énormément de jeux. Par manque de liberté, on a rarement l’occasion d’admirer vraiment les paysages même si ceux dans lesquels on peut prendre du temps sont vraiment réussis. On trouvera cependant curieux l’utilisation occasionnelles de véritables photos d’humains dans le jeu au lieu de dessins plus proches des graphismes du jeu.

Detroit : Become Human se montre comme la version la plus techniquement aboutie du travail de David Cage depuis Fahrenheit.  Nous sommes ici très proche d’un Heavy Rain mais il faut reconnaître cependant que le scénario n’est pas aussi bon. En dehors de Kara et Alice qui sont les plus émouvants et les plus difficiles à sauver, on aura plus de mal à être embarqué par l’histoire de Markus pas très charismatique pour un futur leader et Connor en agent de Cyberlife dénué d’émotions car restant le plus une machine dans cette histoire. Quand au sac à vin d’inspecteur qui l’accompagne on serait plus tenté de faire tout pour l’énerver plutôt que chercher à devenir son ami. On comptera aussi quelques incohérences dans le scénario, on s’étonnera notamment d’un certain twist autour du personnage d’Alice difficilement crédible et il parait étrange que les humains n’arrivent parfois pas à distinguer un humain d’un Androïde alors qu’ils font pourtant tous parti de différentes séries aux visages identiques.

 

Detroit : Become Human

 

Avec Detroit : Become Human, David Cage et Quantic Dream font encore des prouesses en terme de jeu d’aventure. Mais avec son coté film interactif où l’on a au final pas grand chose à faire à part observer et orienter les dialogues, il y aurait de la marge pour faire un bien meilleur jeu vidéo. Les fans d’Heavy Rain devraient cependant largement trouver leur compte avec cette aventure futuriste qui fait réfléchir non seulement sur l’intelligence artificielle mais aussi sur le vivre ensemble. A se demander si David Cage ne serait-il pas mieux au cinéma ou à la commande d’une série télé plutôt qu’en tant que concepteur de jeu vidéo.

 

MON AVIS : 4/5

GRAPHISMES : 5/5
SON : 5/5
JOUABILITÉ : 5/5
DURÉE DE VIE : 5/5
INTÉRÊT :4/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • NOMBRE DE JOUEURS : 1
  • GENRE : Aventure
  • DEVELOPPEUR : Quantic Dream
  • REALISATEUR : David Cage
  • EDITEUR : Sony Interactive Entertainment Europe
  • NATIONALITE : Français
  • DISPONIBLE SUR : Playstation 4
  • SITE OFFICIELhttps://www.playstation.com/fr-fr/games/detroit-ps4/
  • DATE DE SORTIE : 25 mai 2018