DOWNSIZING de Alexander Payne [Critique Ciné]

Downsizing

 

Après The Descendant et Nebraska, Le réalisateur Alexander Payne se lance dans le cinéma d’anticipation avec son nouveau film Downsizing.

 

 

SYNOPSIS : Pour faire face au problème de surpopulation et à ses conséquences sur l’environnement, des scientifiques ont mis au point un procédé de rétrécissement des humains à une taille d’environ douze centimètres. Ceux qui ont tenté cette expérience irréversible ont vu leur train de vie grandement amélioré. Pour Paul Safranek et son épouse cela pourrait être la chance d’oublier leur problèmes financiers mais au dernier moment Audrey ne va pas oser tenter l’expérience laissant Paul seul dans cette nouvelle vie qui l’attend.

 

A la vue de la filmographie d’Alexander Payne, on ne s’attendait certainement pas à le voir un jour s’aventurer dans un film d’anticipation. Pourtant cela fait déjà neuf ans que le réalisateur de The Descendants et Nebraska avait en tête cette idée qu’il n’a cessé de reporter. Il faut dire que cette concept de Downsizing impliquait forcement l’emploi d’effets spéciaux explosant les budgets par rapport à ces précédents films plus intimistes. Mais ce n’est pas parce que le film flirte avec la science fiction qu’il faut attendre à du grand spectacle. Il s’agit en fait d’une jolie petite histoire que l’on suivra avec la plus grande curiosité.

 

Downsizing

 

Il n’est pas tout à fait juste de dire que Downsizing est une comédie car si certaines situations sont effectivement amusantes, les occasions de réellement éclater de rire se feront assez rares. Alexander Payne n’est pas le genre de réalisateur à enchaîner les vannes et les situations cocasses mais plutôt à réussir à nous captiver d’un petit rien. On s’en doutait en voyant la bande annonce, passer son rétrécissement, il ne se passera à vrai dire pas grand chose dans le film ou en tout cas certainement pas à ce qu’on pouvait s’attendre de ce genre d’histoire. Commençant comme une fable écolo, Downsizing prendra très vite une autre tournure car au fond personne n’a vraiment accepté ce changement de taille pour sauver la planète. Rien ne se passe comme prévu pour Paul après son opération et au lieu de la vie de rêve qu’il pensait avoir en s’installant à Leisureland, il va découvrir un tout autre monde où au delà des belles maisons et des vies de loisirs, certaines personnes ont gardé une vie bien misérable et doivent encore accepter un travail ingrat pour vivre.

Downsizing a la particularité de mettre en scène un véritable anti-héros. Ce Paul Safranek qui a du mettre de coté ses ambitions de chirurgien et a fini ergothérapeute dans un abattoir souffre clairement d’un manque de personnalité et de charisme pour se faire respecter. Il subit tout ce qui lui arrive et se laisse en permanence porter par le destin jusqu’à se retrouver dans des situations improbables. C’est ainsi qu’il va se retrouver obligé de travailler pour une femme de ménage cul-de-jatte dont il a casser la prothèse en voulant la réparer ce qui fera bien marrer son voisin qui au contraire à su profiter des opportunités de cette nouvelle vie pour s’enrichir.

 

Downsizing

 

Souvent considéré comme un acteur un  peu fade, ce rôle de Paul Safranek va comme un gant à Matt Damon qui lui apporte toute la naïveté qui le rend attachant malgré le manque de charisme du personnage. C’est avec plaisir que l’on retrouve aussi Christoph Waltz toujours aussi irrésistible dans son numéro habituel qui colle bien à ce voisin insupportable. La révélation du film est l’actrice Hong Chau qui joue une activiste vietnamienne miniaturisée de force que la façon de parler et son fort caractère rend totalement craquante.  En épouse de Paul, Kristen Wiig n’a en fait qu’un petit rôle où elle n’aura pas vraiment le temps de nous faire rire. D’autres acteurs comiques bien connus feront aussi de petites apparitions comme Jason Sudeikis et Neil Patrick Harris.

On se pose beaucoup de question devant Downsizing, à commencer si on serait capable de franchir le pas et de subir cette miniaturisation. Mais on se pose aussi des questions qui n’auront pas forcement de réponses sur la faisabilité de ce genre de projet. Notre planète ne serait elle subitement trop grande si tout le monde acceptait d’être miniaturisé ? Et comment faire face aux catastrophes naturelles à l’échelle de la Terre lorsqu’on ne fait que 12cm ? Alexander Payne a inclus des scènes où le Downsizing est remis en question par des opposants mais ceae n’est malheureusement pas assez poussé. Il y avait là vraiment de quoi faire un tout autre film qui aurait vraiment bien exploité l’idée de base du film car en ne suivant que des personnages miniatures dans la seconde partie du film, on oublierait presque qu’ils sont tout petits.

 

Downsizing

 

Partant d’une très bonne idée de base, Downsizing dérive rapidement sur des chemins inattendus. Loin d’un véritable film d’anticipation, il s’agit plutôt simplement d’une jolie petite histoire que l’on sera curieux de découvrir même si elle ne raconte pas grand chose. Le format série TV aurait peut être permis de mieux développer ce concept original mais on passera déjà un très bon moment divertissant et dépaysant grâce à des acteurs impeccables dont un Matt Damon étonnant et un Christoph Waltz toujours aussi fou.
MON AVIS : 3/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Alexander Payne
  • AVEC : Matt Damon, Kristen Wiig, Christoph Waltz & Hong Chau
  • SCÉNARISTES Alexander Payne et Jim Taylor
  • COMPOSITEUR : Rolfe Kent
  • GENRE : Comédie, Anticipation
  • DURÉE : 2h16
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DISTRIBUTEUR : Paramount Pictures France
  • SITE OFFICIELhttp://seances.downsizing.fr/
  • DATE DE SORTIE : 10 janvier 2018