HIBOU de Ramzy Bedia [Critique Ciné]

 

Hibou

 

Huit ans après Seuls Two, Ramzy Bedia choisi de repasser derrière la caméra pour la première fois en solo pour réaliser Hibou. Une comédie absurde et décalée comme il en a le secret mais qui révèle aussi une touche poétique et touchante qu’on ne soupçonnait pas forcement chez lui.

 

 

SYNOPSIS : Rocky passe tout le temps inaperçu à son travail ou dans la rue comme si il était invisible. Un jour au réveil, il découvre q’un grand duc s’est incrusté dans son salon. En trouvant un costume d’Hibou à son travail, il a le déclic. Pour se faire voir, il va désormais se promener déguisé. Cela n’a malheureusement aucun résultat jusqu’au jour où il fera la rencontre d’une jeune femme déguisée en Panda.

 

La rencontre entre Eric & Ramzy et le réalisateur Quentin Dupieux pour Steak n’était probablement pas le fruit du hasard tant les trois hommes semblent partager le même goût pour l’absurde. Si par la suite, Eric Judor a continué d’apparaître dans les films suivants du réalisateur, Ramzy Bedia semblait avoir pris ses distances pour jouer dans des comédies à l’humour plus conventionnel. Pourtant en voyant Hibou, son premier long métrage réalisé en solo, on découvre qu’il reste encore très proche du style totalement absurde de Quentin Dupieux, le roi du non-sens.

 

 

Hibou

 

Hibou commence sur un registre très poétique et un brin lunaire. Rocky le personnage qu’incarne à l’écran Ramzy souffre de n’être jamais ni vu ni écouté par ses collègues et les gens qu’il peut croiser dans la journée. Même lorsque toutes les boites à lettres de sa résidence se font toutes défoncées, la sienne est la seule à rester intacte. On est forcement touché par la solitude de cet homme qui rappelle un peu celle du héros de Une Belle Fin. Ces deux personnages ont d’ailleurs le même régime alimentaire à base de boite de thon. On est amusé et touché par son coté empoté et mal dans sa peau.

Lorsque Rocky enfile son costume de Hibou, le long métrage perd malheureusement un peu de poésie car ce grand costume efface toutes les expressions physiques qui rendait son personnage attachant. On a un peu l’impression de se retrouver subitement devant un sketch de Rémi Gaillard ou un épisode des Teletubbies. On comprends alors a quel point Ramzy Bedia a du lutter pour financer cette idée folle. Passé la surprise de ce costume, on fini par accrocher à la jolie histoire d’amour improbable entre cet Hibou et son Panda qui se découvre progressivement.

 

Hibou

 

Ce n’est pas le Ramzy volontairement débile ou cinglé de Pattaya et La Tour 2 Contrôle Infernale que l’on retrouve ici mais plutôt le Ramzy sensible de Je Suis A Vous Tout De Suite avec un petit coté lunaire et maladroit à la Pierre Richard. Habituée à apparaître à poil dans la plupart de ses films, Elodie Bouchez se cachera cette fois ci sous ceux d’un Panda pendant quasiment tout le film. Comme Scarlett Johansson dans Her, c’est uniquement grâce à sa voix  toute en fragilité qu’elle nous fera craquer ici.

Les seconds rôles non costumés aideront grandement à porter l’histoire. À commencer par Etienne Chicot en responsable d’une animalerie toujours plein de bons conseils, Philippe Catherine quasiment dans son propre rôle en Monsieur Banane qui souffre d’une audition trop développée. Il y a aussi Guy Marchand dans le rôle du père de Rocky dans une sous intrigue qui ne semble curieusement pas coller au reste du récit. Il ne faut pas oublier bien sur Eric Judor en employé du café où Rocky à ses habitudes.

 

Hibou

 

On est  immédiatement emballé par l’histoire de Hibou, un film original et décalé proche des univers de Quentin Dupieux et Michel Gondry. Malheureusement le scénario et le montage sont par moment un peu trop décousus et laissent des zones d’ombre dans cette histoire qui sans gâcher le film pour autant lui donne une impression d’inachevée. C’est dommage car nous ne sommes pas passé loin d’une très grande comédie. Que cela ne vous empêche pas d’aller découvrir cette première réalisation solo de Ramzy Bedia qui mérite d’être encouragé pour son goût du risque et sa folie.

 

MON AVIS : 3/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Ramzy Bedia
  • AVEC : Ramzy Bedia, Elodie Bouchez, Etienne Chicot et Philippe Catherine
  • SCÉNARISTES : Ramzy Bedia, Fadette Drouard, François Uzan & François Reczulski
  • COMPOSITEURS : Ulysse Cottin, Arthur Simonini & Louis Sommer
  • GENRE : Comédie, Romance
  • DURÉE : 1h23
  • NATIONALITÉ : Français
  • DISTRIBUTEUR : Gaumont
  • SITE OFFICIEL :
  • DATE DE SORTIE : 6 juillet 2016

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *