HIGH LIFE de Claire Denis [Critique Ciné]

 

High Life

 

Claire Denis se lance dans la science fiction  avec High Life en compagnie de Robert Pattinson et Juliette Binoche mais forcement il ne faut pas s’attendre à quelque chose de conventionnel dans le genre.

 

INTERDIT AUX MOINS DE 12 ANS AVEC AVERTISSEMENT

 

SYNOPSIS : Monte est le dernier survivant d’un groupe de criminels envoyés en dehors du système solaire pour devenir les cobayes d’une expérience hors normes au lieu d’être condamnés à mort. Pour lui tenir compagnie, il n’a que Willow un jeune bébé né dans le vaisseau mais l’espoir d’être sauvé un jour semble de plus en plus vain.

Méfiez-vous des apparences car le synopsis officiel fourni par le distributeur Wild Bunch est bien loin de la vérité. Si vous vous attendez à un film de science fiction à la Alien 3, Lock Out ou encore Dante 01 mettant en scène des affrontements violents entre prisonniers mieux vaut passer votre chemin ! La réalisatrice Claire Denis l’avoue elle même High Life n’est pas vraiment un film de science fiction. On peut la croire puisque c’est elle même qui a écrit le scénario ! C’est pourtant comme cela qu’il est vendu au risque de décevoir grand nombre du fan du genre. Il pourrait cependant séduire tous ceux qui aiment cogiter devant tous ces films du genre contemplatifs à la Premier Contact. Ils arriveront sans aucun doute à voir au delà de ce que propose les images pour se faire leur propre film.

 

High Life

 

Une influence majeure évidente semble immédiatement se dégager des premières images de High Life, celle du 2001, L’Odysée De L’Espace. Que ce soit dans l’esthétique du vaisseau qui a un aspect rétro-futuriste dans ses équipements et même dans sa forme loin d’être conventionnelle ou dans ses belles images de trous noirs et de cosmos. Même le rythme très lent du film et le scénario qui nous fera nous poser pas mal de questions sur ce qu’il veut bien nous raconter rappelle le film de Stanley Kubrick. C’est en revanche l’anti-Gravity tant le film ne se voudra jamais spectaculaire. Il suffit de voir la scène de réparation du vaisseau en extérieur bien mollassonne avec absence totale du moindre effet spécial pour s’en rendre compte mais intrigué, on tachera malgré tout de s’accrocher pour découvrir ce que compte bien nous raconter Claire Denis.

Alors que le synopsis parlait d’un groupe de prisonniers, c’est curieusement seul avec un bébé que l’on découvre Monte le héros du film joué par Robert Pattinson. On le verra s’occuper de  la petite Willow, faire son jardin et remplir le journal de bord sous peine de voir les systèmes de survies s’interrompre. Des taches quotidiennes qui ne sont pas sans rappeler le Moon de Duncan Jones ou même Seul Sur Mars de Ridley Scott sans les moyens de ce dernier. Il faudra attendre quelque temps avant de voir réapparaître ses fameux prisonniers lors de flash-backs décousus présentés dans le désordre. Au spectateur de tenter de remettre les pièces du puzzle dans l’ordre de ce film très étrange qui laisse plus de place à l’interprétation de ses images qu’à une franche explication.

 

High Life

 

Il paraît que la première projection au Toronto International Film Festival a provoqué des évanouissements chez certains festivaliers. Si le film est effectivement interdit aux moins de 12 ans, il n’y a pourtant pas de quoi être vraiment choqué. Certes on y voit un peu de sang, de sperme et d’autres fluides corporels de même que quelques affrontements mais il faudra vraiment être sensible pour ressentir le moindre malaise. La scène la plus étrange met en scène Juliette Binoche la scientifique en charge des expérimentations dans une étrange boite pour une longue séquence d’équitation sur un gode pas très loin du film érotique. Le film prête à la rigueur à la polémique en découvrant que le bébé est né d’un double viol des parents et que la fin de l’histoire laisse deviner une relation incestueuse à venir prochainement.

Particulièrement bien peuplé, High Life ne donnera cependant à aucun acteur l’occasion de vraiment se démarquer par sa prestation. Robert Pattinson se traîne et murmure sans provoquer la moindre émotion et les personnages secondaires que ce soit les brillants Mia Goth et André Benjamin ou les autres ne semblent être que des figurants de luxe dont l’histoire ne sera jamais développée. Même si c’est la volonté de la réalisatrice de ne rien dévoiler du passé de ses soi-disant criminels, on n’aura bien du mal  à cause de ça à les voir comme de dangereux individus à l’exception de Lars Eidinger qui montrera sa perversité sur le vaisseau où même tout simplement s’intéresser à eux puisqu’on connait à l’avance le sort qui leur sera reservé.

 

High Life

 

N’est pas Stanley Kubrick qui veut et même si Claire Denis semble beaucoup s’inspirer de 2001, L’Odyssée De L’Espace avec quelques éléments vraiment réussis, son High Life ne deviendra certainement jamais aussi culte. Pour ses bonnes intentions et la curiosité qu’il suscite, ce nouveau long métrage n’est cependant pas totalement dénué d’intérêt mais attention à ne pas vous griller tous les neurones à tenter de tout comprendre alors que la réalisatrice a fait exprès de brouiller toutes les pistes. Autant dire qu’il vaut mieux savoir ce que l’on va voir avant de s’installer devant High Life.

 

MON AVIS : 2/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATRICE : Claire Denis
  • AVEC : Robert Pattinson, Juliette Binoche, Mia Goth, André Benjamin, Jessie Ross, Claire Ran & Lars Eidinger
  • SCÉNARISTES : Claire Denis & Jean-Pol Fargeau
  • COMPOSITEUR : Stuart A. Staples
  • GENRE : Science Fiction
  • DURÉE : 1h51
  • NATIONALITÉ : Français, Allemand, Britannique, Polonais
  • DISTRIBUTEUR : Wild Bunch
  • SITE OFFICIELhttp://highlife-lefilm.com/presse/
  • DATE DE SORTIE : 7 novembre 2018