HIRUNE HIME, RÊVES ÉVEILLÉS de Kenji Kamiyama [Critique Ciné]

 

Hirune Hime : Rêves Eveillés

 

Après le très beau succès de Your Name., le distributeur Eurozoom a trouvé en Hirune Hime : Rêves Eveillés, une nouvelle merveille de l’animation japonaise qui devrait elle aussi séduire tous les fans du genre.

 

 

SYNOPSIS : Toutes les nuits, Kokone Morikawa fait des rêves étranges où elle s’imagine Princesse rebelle dans un monde fantastique attaqué par des démons géants. Alors que son père a été arrêté à quelque jours des jours Olympique, la jeune fille va reconnaître d’étranges similitudes entre ses rêves et le mystère qui entoure sa famille…

 

Avec la décision des Studios Ghibli de freiner la production de long métrages, on pouvait craindre de voir disparaître les quelques dessins animés japonais enchanteurs que l’on pouvait voir arriver par moment dans les salles de cinéma françaises. Mais en fait c’est tout l’inverse qui semble se profiler car de nouveaux studios semblent profiter de cette absence pour révéler des talents dont le travail n’était connu que des Otakus les mieux renseignés. C’est ainsi qu’après Your Name. en fin d’année 2016, on peut maintenant découvrir Hirune Hime, Rêves Eveillés, une nouvelle fable enchanteuse qui devrait sans peine réjouir tous les fans des films d’Hayao Miyazaki, Isao Takahata ou bien encore Mamoru Hosada.

 

Hirune Hime : Rêves Eveillés

 

Hirune Hime, Rêves Eveillés est le nouveau film de Kenji Kamiyama,un proche collaborateur de Mamoru Oshii au sein de Production I.G. qui a débuté sur Jin-Roh puis sur l’adaptation de Blood : The Last Vampire avant de réaliser la série anime Ghost In The Shell : Stand Alone Complex et sa suite. Plus récemment, on lui doit aussi les films et la série Eden Of The East. Très proche visuellement de cette dernière, Hirune Hime : Rêves Eveillées semble être cependant le plus poétique et fantasmagorique de tous ses films.

L’influence du Studio Ghibli  sur Hirune Hime, Rêves Eveillés est flagrante. Cela commence par le choix d’une héroïne mignonne,  intrépide, forte et courageuse telle que Hayao Miyaki les affectionne tant. Mais aussi dans ce monde entre rêve et réalité.  Cela s’entend aussi dans le thème musical récurrent avec son piano  tout en légèreté composé par Yoko Shimomura que les fans du jeu vidéo Kingdom Hearts connaissent bien. Impossible aussi de ne pas voir le clin d’œil au robot dans le jardin de Le Chateau Dans Le Ciel avec ce robot scooter. Une influence plus que légitime puisque Kenji Kamiyama avait travaillé sur les décors de Kiki, La Petite Sorcière.

 

Hirune Hime : Rêves Eveillés

 

Il ne faudra à peine que quelques secondes pour être totalement embarqué par l’ambiance qui se dégage de Hirune Hime, Rêves Eveillés. C’est avec un mélange de curiosité et d’enchantement que l’on se plongera dans l’intrigue imaginée par Kenji Kamiyama. Entre ses rêves d’un monde fantastique et étrange et le mystère qui entoure sa famille, on a forcement envie de suivre les aventures de la jeune Kokone.  On pourrait même avoir l’impression que le réalisateur prend tout sont temps pour développer son intrigue afin d’être sur de nous tenir en haleine.  La beauté des décors et la galerie de personnages sympathiques nous aideront  à rester accroché tout du long.

Malheureusement, il semblerait que le réalisateur ait eu du mal à trouver une véritable conclusion à son histoire. Alors que pendant tous le film l’équilibre entre les scènes de rêves dans le monde magique d‘Heartland et le monde réel se faisait en toute logique, les personnages du réel influençant inconsciemment les rêves de la jeune Kokone un peu comme dans Le Magicien d’Oz, la grande scène finale reste assez inexplicable. Dans celle ci le monde du rêve prend sans véritable raison le dessus sur le réel et sera loin d’apporter les réponses que l’on espérait durant tout le film. Curieusement certains des mystères seront expliqués durant le générique de fin comme si le réalisateur n’avait pas su où les placer dans le film. La déception de cette fin un peu curieuse sera cependant le seul défaut du film.

 

Hirune Hime : Rêves Eveillés

 

Avec sa première tentative de signer un film plus familial que ses précédentes œuvres, le réalisateur et scénariste Kenji Kamiyama ne passe pas loin du chef d’oeuvre. Entre son héroïne attachante et ses graphismes très réussis, Hirune Hime : Rêves Eveillés est un véritable enchantement de chaque instant. Dommage cependant qu’il n’ait pas su trouver une fin vraiment satisfaisante à une intrigue qui avait réussi à  nous captiver sans aucune difficulté pendant près de deux heures. Nul doute qu’il saura se rattraper pour son prochain film que l’on attend déjà avec impatience.

 

MON AVIS : 4/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • TITRE ORIGINAL : Hirune Hime : Shirani Watashi no Monogatari
  • RÉALISATEUR : Kenji Kamiyama
  • AVEC LES VOIX DE : Yosuke Eguchi, Shinnosuke Mitsushima & Tomoya Maeno
  • SCÉNARISTE  : Kenji Kamiyama
  • COMPOSITEUR : Yoko Shimomura
  • GENRE : Japanimation
  • DURÉE : 1h50
  • NATIONALITÉ : Japonais
  • DISTRIBUTEUR : Eurozoom
  • SITE OFFICIELhttp://wwws.warnerbros.co.jp/hirunehime/
  • DATE DE SORTIE : 12 juillet 2017