IN THE FADE de Fatih Akin [Critique Ciné]

 

In THe Fade

 

C’est fort du prix d’interprétation féminine au Festival de Cannes et du Golden Globe du meilleur film étranger que In The Fade arrive enfin dans les salles de cinéma françaises.

 

 

Attention : pour parler du film, cette critique va contenir de gros spoilers.

 

SYNOPSIS : Quand Katja va laisser son fils Rocco à son mari Nuri pour la journée, elle ne se doute pas que sa vie va tourner au drame en allant les rechercher au soir. Un attentat vient d’être commis la privant à jamais des deux hommes de sa vie. Si rapidement, les coupables vont être retrouvés, le verdict du tribunal ne laissera pas d’autre choix à Katja que de faire justice par elle même.

 

Il en aura fallu du temps pour pouvoir enfin découvrir In The Fade qui était en compétition au Festival de Cannes, il y a déjà huit mois en mai 2017. C’est en effet avec beaucoup de curiosité que l’on avait envie de voir  ce que donnait le nouveau film de Fatih Akin après The Cut en 2015 qui le voit se frotter au « Revenge Movie ». Mais si le film commence par une explosion dramatique comme le récent The Foreigner avec Jackie Chan, il ne faut pas s’attendre ici à un film d’action mais plutôt à la version art et essai du genre pour un résultat pas aussi époustouflant que ce qu’on a voulu nous faire croire.

 

In The Fade

 

C’est un peu pour se venger à sa manière des attentats réellement commis en Allemagne par des néo-nazis envers la communauté turque que le réalisateur Fatih Akin a eu l’envie d’écrire l’histoire de In The Fade. Il ne s’agit pas cependant de l’adaptation de la véritable histoire mais un récit imaginé par le metteur en scène. Comme un film de Quentin Tarantino, In The Fade est composé en chapitres. Le premier commence par des images du passé du mariage entre Katja et Nuri puis enchaîne par la journée de l’attentat avant de montrer le travail de deuil de cette mère et tout le courage qu’il lui faut pour supporter l’enquête de police. Le second chapitre est consacré au procès des terroristes et le troisième chapitre est vraiment celui de la revanche.

Si en France on connait bien Diane Kruger pour les films qu’elle a pu tourner chez nous comme Mon Idole mais aussi pour les productions américaines auxquelles elle a eu l’opportunité de participer comme Troie ou Inglourious Basterds, l’actrice d’origine  allemande n’avait jamais encore eu l’occasion de jouer dans sa langue natale mais In The Fade est surtout le premier film qu’elle porte entièrement sur ses épaules. Si effectivement elle se donne à fond pour ce rôle de veuve bien souvent émouvant pour lequel elle n’a pas volé son pris d’interprétation féminine, le scénario dans le fond très banal du film et guère original ne lui donne pas vraiment matière à vraiment percer l’écran.

 

In The Fade

 

Après une première partie forcement émouvante, la seconde partie consacré au procès se traîne un peu en longueur par son manque  d’ambiance. Même si quelques réparties entres avocats sont bien écrites nous sommes loin des grands film de procès, la faute peut être au procédure allemande moins spectaculaire que les salles d’audience américaines. Si on sait déjà dans la bande annonce que le verdict du tribunal sera pour le moins surprenant, il parait cependant vraiment pas crédible tant les preuves accumulées sont pourtant accablantes.

Mais au fond c’est la dernière partie consacrée à la vengeance qui est la plus décevante. Avec une héroïne tatouée de partout et au look de rockeuse, on était en droit de s’attendre à une revanche bien féroce. Au lieu de cela, nous aurons le droit a un gros quart d’heure bien mou et qui parait assez incohérent. Alors qu’ils ont été relaxés, les terroristes sont allés se réfugier on ne sait trop pourquoi dans un mobile home en Grèce que notre héroïne n’aura aucune peine à retrouver. On sera aussi surpris de la voir fabriquer une bombe sans même avoir l’air d’avoir eu besoin de consulter des plans sur Internet. De toutes cette dernière partie, on retiendra surtout les toutes dernières minutes fortes et émouvantes.

 

In The Fade

 

C’est probablement plus parce qu’il parle d’attentats que In The Fade a remporté le Golden Globe du Meilleur Film en langue étrangère car au fond, le nouveau film de Fatih Akin n’est qu’une version art et essai du revenge movie qui privilégie l’émotion à l’action. Alors oui, Diane Kruger sait se montrer émouvante dans la souffrance de cette mère mais  le rôle en lui-même n’a rien de vraiment transcendant ni de franchement original. Les nombreuses incohérences dans les seconde et troisième partie finiront de nous décevoir.

 

MON AVIS : 2/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • TITRE ORIGINAL : Aus Dem Nichts
  • RÉALISATEUR : Fatih Akin
  • AVEC : Diane Kruger, Denis Moschitto, Numan Acar, Samia Muriel Chancrin & Hanna Hilsdorf
  • SCÉNARISTES : Fatih Akin & Hark Bohm
  • MUSIQUE : Josh Homme
  • GENRE : Drame, Thriller
  • DURÉE : 1h46
  • NATIONALITÉ : Allemand, Français
  • DISTRIBUTEUR : Pathé
  • SITE OFFICIELhttp://www.inthefadefilm.com/
  • DATE DE SORTIE : 17 janvier 2018