JURASSIC WORLD : FALLEN KINGDOM de Juan Antonia Bayona [Critique Ciné]

 

 

Trois ans après avoir été remis sur les rails avec un grand succès, la franchise Jurassic Park se poursuit avec Jurassic World : Fallen Kingdom, second volet d’une nouvelle trilogie aux allures de soft reboot à destination des nostalgiques et des fans de dinosaures.

 

 

SYNOPSIS : Cela fait trois ans maintenant que les dinosaures du nouveau parc Jurassic World sont livrées à eux même suite à la catastrophe qui a causé la fermeture du lieu. Alors que le réveil d’un volcan sur l’île d‘Isla Nublar pourrait causer une nouvelle extinction, Claire Dearing et Owen Grady vont être appelés à la rescousse pour aider au transfert des dinosaures vers un nouveau sanctuaire. Du moins, c’est ce qu’ils croyaient…

 

Alors que la saga Jurassic Park fête cette année ses vingt cinq ans, le studio Universal Pictures célèbre cet événement avec la sortie de Jurassic World : Fallen Kingdom. Si il y a dix sept ans, on ne donnait plus très cher de la franchise après la sortie d’un troisième épisode guère inspiré, le premier Jurassic World avait su nous redonner foi dans la saga en jouant plus sur la carte de la nostalgie que sur celle de l’originalité. Un temps attaché à l’écriture et à la réalisation de l’Episode IX de la nouvelle trilogie Star Wars dont il a finalement été limogé, Colin Trevorrow cède la main pour cette suite à Juan Antonia Bayona, le réalisateur de Quelques Minutes Après Minuit mais reste encore en poste en tant que scénariste assurant ainsi la continuité de la saga. Mais y a-t-il vraiment encore quelque chose de neuf à raconter au bout de cinq films ?

 

Jurassic World : Fallen Kingdom

 

Il ne faudra pas s’attendre à un grand bouleversement en découvrant Jurassic World : Fallen Kingdom. Un peu comme la nouvelle trilogie  Star Wars qui colle à la trilogie originelle en apportant quelques idées et personnages originaux, la trilogie Jurassic World semble suivre le même chemin. Là où le premier film il y a trois ans nous racontait la création d’un nouveau parc à la différence qu’il avait cette fois ci réussi à ouvrir ses portes, ce nouveau film rappelle par certains points Jurassic Park : Le Monde Perdu notamment dans le groupe de mercenaires chargés de capturer les dinosaures afin de s’en servir comme machines de guerre ou dans sa seconde partie qui délaisse la jungle pour un univers plus civilisé. Pour jouer aussi sur la carte de la nostalgie, on ne comptera pas les nombreux « Easter Eggs » tant ils se bousculent à l’écran entre la présence d’accessoires jusqu’au retour du personnage du mathématicien Ian Malcolm toujours joué par un Jeff Goldblum clairement venu pour le clin d’œil tant son rôle est ici totalement anecdotique.

Jurassic World : Fallen Kingdom donne l’impression de deux films en un. Il commence en effet comme un véritable film catastrophe alors que Claire et Owen, les héros du premier film, acceptent de revenir sur Isla Nublar trois ans après avoir risqué leurs vies pour tenter de sauver celles des dinosaures auxquels ils s’étaient pourtant attaché malgré le danger qu’ils représentent. Cette première partie est l’occasion d’un véritable défilé de dinosaures dans des scènes de grandes tensions. Mais un autre danger tout aussi mortel menace, un volcan que l’on pensait éteint et qui va se réveiller avec perte et fracas. Pas le temps de s’ennuyer dans cette première partie qui enchaîne les scènes d’action mouvementées et les moments de tension. Dans sa seconde partie, le film devient une sorte de huis clos en se déroulant dans une immense demeure où certaines scènes feront carrément penser à un film d’horreur. Que ce soit dans la catastrophe ou l’horreur, nous sommes de toute façon dans les genres de prédilection du réalisateur Juan Antonia Bayona qui avait su nous faire frissonner avec L’Orphelinat et s’était montré un as du film catastrophe avec The Impossible. On ressent parfaitement cette maîtrise des genres dans ce nouveau long métrage qui semble avoir été taillé pour lui où dont il a su complètement s’emparer.

 

Jurassic World : Fallen Kingdom

 

De tous les personnages installés dans le premier Jurassic World, seulement deux font leur retour dans Jurassic World : Fallen Kingdom. La première est Claire Dearing, l’ancienne responsable du parc, toujours brillamment incarnée par Bryce Dallas Howard. Le film semble s’amuser des reproches que les spectateurs avaient fait sur le personnage en se moquant du fait qu’elle portaient toujours des talons hauts en nous montrant cette fois ci ses changements de chaussures. Elle reste avec plaisir le même personnage plein de courage et très amusante. L’autre personnage à faire son come-back est Owen Grady, le héros très sur de lui incarné par Chris Pratt qui rappelle beaucoup son personnage des Gardiens De La Galaxie, séducteur et courageux mais ici moins crétin. Pour les anciens employés du parc comme Omar Sy et pour les enfants stars du premier film, on n’en entendra plus parler. Ils sont remplacés par deux nouveaux collègues bien sympathiques Franklin joué par Justice Smith pour le coté comique et Zia, une militante qui ne se laisse pas faire jouée par Daniella Pineda qui mériterait bien son spin of. Il y a bien sur toujours l’enfant de service, le mercenaire cruel et l’homme d’affaires peu scrupuleux.

Si le grand spectacle est bien assuré, il faut avouer que Jurassic World : Fallen Kingdom manque malgré tout d’originalité. Nous sommes ici en terrain bien connu et le film manque clairement de scènes vraiment marquantes comparé au premier épisode de Steven Spielberg. A moins d’être un spécialiste des dinosaures, on se perdra un peu dans toutes cette surenchère de races d’autant plus que beaucoup se ressemblent. Il y avait largement de quoi faire pour ne pas avoir à nous inventer un nouveau dinosaure créé de toute pièce en manipulant la génétique tant il ne semble pas vraiment représenter une plus grande menace que les autres. Enfin, il faudra encore fermer les yeux sur ce qui peut paraître comme assez improbable lorsque certains dinosaures viendront toujours sauver nos héros lorsqu’ils semblent pris au piège. Un défaut qui plombait la fin du précédent film et qui n’est toujours pas corrigé ici.

 

Jurassic World : Fallen Kingdom

 

Très efficace, Jurassic World : Fallen Kingdom devrait sans peine séduire tous les fans de la franchise a condition de ne pas être trop regardant.  Pour un cinquième épisode, le film manque clairement d’originalité et donne une sérieuse impression de déjà-vu dénuée de véritables surprises. On ne pourra s’empêcher cependant d’être encore emballé par cet univers notamment grâce à ses scènes d’actions spectaculaires,  ses personnages attachants et aux nombreux clins d’œil au film de Steven Spielberg. C’est désormais avec la plus grande impatience que l’on attend de découvrir ce que nous réservera le troisième et dernier volet de cette nouvelle trilogie.

 

MON AVIS : 4/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Juan Antonia Bayona
  • AVEC : Bryce Dallas Howard, Chris Pratt, Daniella Pineda, Justice Smith & Rafe Spall
  • SCENARISTES : Colin Trevorrow & Derek Connolly
  • COMPOSITEUR : Michael Giacchino
  • GENRE : Science Fiction, Aventure
  • DUREE : 2h08
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DISTRIBUTEUR : Universal Pictures France
  • SITE OFFICIELhttp://www.jurassicworld-lefilm.com/
  • DATE DE SORTIE : 6 juin 2018