KONG : SKULL ISLAND de Jordan Vogt-Robert [Critique Ciné]

 

Kong : Skull Island

 

Avec l’excellente version de Peter Jackson en 2005, on pensait ne plus avoir besoin de revoir King Kong sur grand écran. Ce n’est visiblement pas l’avis de Legendary Pictures et Warner Bros qui ont de grands projets pour le primate dont ils ont choisi de nous présenter les origines dans Kong : Skull Island.

 

 

SYNOPSIS : Après la Guerre Du Vietnam, Bill Randa arrive à convaincre l’armée américaine de conduire une expédition sur Skull Island, une île vierge récemment découverte par des photos satellites qui pourrait cacher des merveilles. En arrivant sur place, ce qu’ils vont découvrir dépassent tout ce qu’ils pouvaient imaginer. Un gorille géant est le roi de cet île qu’il protège contre toutes attaques et il verra d’un mauvais œil l’arrivée de ces envahisseurs.

Avec le succès au box office du remake de Godzilla par Gareth Edwards il y a deux ans, Legendary Pictures et Warner Bros ont choisi de reprendre tous les grands monstres du cinéma pour les réunir à la manière du Cinematic Universe de Marvel. C’est ainsi qu’ils ont utilisé les droits du livre Kong : King Of Skull Island acquis en 2009 pour faire une suite/prequel au film de Peter Jackson pour imaginer l’Origin Story de King Kong avec pour but ultime de faire s’affronter Godzilla et King Kong dans un film déjà prévu dans quelques années. Kong : Skull Island n’est donc plus la suite du film de Peter Jackson mais une toute nouvelle histoire qui se déroule principalement en 1973 au lieu des années 30.

 

Kong : Skull Island

 

Dès les premières images de Kong : Skull Island, on sent déjà que ce nouveau film est mal parti. On voit deux pilotes de la seconde guerre mondiale un américain et un japonais s’écraser sur une plage dans un décor vide et une scène ridicule jusqu’à la première apparition de Kong. On fait ensuite un saut dans le temps et là encore on constate que la reconstitution des années 70 est incroyablement cheap. Le malaise est là pendant le premier quart d’heure mais il faut reconnaître que les choses finissent par s’arranger vraiment lorsque le film rentre dans le vif du sujet.

C’est à un parfait inconnu qu’a curieusement été confié la réalisation de Kong : Skull Island. Jordan Vogt-Robert s’est clairement inspiré de nombreux films de guerre pour cet origin story. Le clin d’œil à Apocalypse Now est flagrant et on pense aussi à Predator ou au Aliens pour le coté bas de plafond des militaires. Kong : Skull Island se révèle très rapidement être un film bourrin qui ne fait pas franchement de place à la réflexion et au dépaysement. Ce réflexe de vouloir immédiatement tuer Kong dès qu’ils l’aperçoivent pour la première semble particulièrement stupide de la part d’une équipe qui était parti chercher les merveilles de l’île.

 

Kong : Skull Island

 

Il ne faudra pas longtemps pour se rendre compte que le scénario de Kong : Skull Island pédale dans le vide. A quoi sert-il d’engager Tom Hidleston, Brie Larson, Samuel L. Jackson, John C. Reilly, John Goodman et Toby Kebbell si c’est pour les faire jouer des personnages aussi creux ? On ne s’attachera pas à un seul d’entre eux faute de scènes vraiment marquantes. C’est un véritable gâchis d’avoir une telle distribution juste pour leur faire faire un tour dans la jungle et en faire mourir certains d’une manière si expéditive. Brie Larson en photographe n’est là que pour reproduire la romance présente dans les précédentes versions entre la Belle et la Bête mais elle ne parait ici totalement pas crédible. Tom Hidleston en connaisseur de la jungle est censé être le héros de cette histoire mais il est totalement impuissant face aux menaces de l’île. Quand à Samuel L. Jackson en militaire bien décidé à faire la peau à Kong, il perd tout son cool habituel pour lequel on l’apprécie. Après Tarzan, on peut vraiment dire que la jungle ne lui réussit pas.

Ce qui sauvera Kong : Skull Island du naufrage c’est tout de même ses effets spéciaux pour la plupart réussis avec quelques scènes vraiment spectaculaires. Pour pouvoir affronter Godzilla, Kong a du être vraiment agrandi par rapport aux film précédents pour désormais être carrément de la taille de l’Empire State Building. On pourrait s’étonner qu’avec cette taille impressionnante ils puissent encore prêter attention à de minuscules humains. La grosse déception du film est cependant les autres monstres de Skull Island. La grande menace est une sorte de lézard bipède très moche dont le grand affrontement final n’arrivera pas à la cheville du combat entre King Kong et le T-Rex dans le film de Peter Jackson. On a l’impression assez ridicule que Kong est transformé dans ce film en une sorte de super héros bien loin de l’histoire d’origine que tout le monde connait et difficilement crédible. De quoi craindre le pire pour la suite…

 

Kong : Skull Island

 

Après le naufrage du Godzilla de Gareth Edwards, ce Kong : Skull Island ne vole pas franchement plus haut. La faute à un scénario  totalement creux qui ne sert que d’excuse pour introduire le personnage avant de vraiment le voir à l’action dans les prochains films de la franchise. La plus grosse déception est l’immense impression de gâchis de voir une telle brochette d’acteurs si talentueux être tous totalement sous exploités. Reste des effets spéciaux dans l’ensemble réussi surtout pour Kong et les paysages qui assureront un peu de depaysement mais c’est trop peu pour faire un bon film.

 

MON AVIS : 2/5

 

P.S. : Restez bien jusqu’à la toute fin du générique pour une scène supplémentaire préparant la suite.

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Jordan Vogt-Robert
  • AVEC : Tom Hiddleston, Brie Larson, Samuel L. Jackson, John C. Reilly & John Goodman
  • SCÉNARISTES : Max Borenstein, Dan Gilroy & Derek Connolly
  • COMPOSITEUR :
  • GENRE : Action, Fantastique
  • DURÉE : Henry Jackman
  • NATIONALITÉ : Américain, Vietnamien
  • DISTRIBUTEUR : Warner Bros Pictures France
  • SITE OFFICIELhttp://kongskullislandmovie.com/
  • DATE DE SORTIE : 8 mars 2017