LES AVENTURES DE SPIROU ET FANTASIO de Alexandre Coffre [Critique Ciné]

 

 Les Aventures De Spirou et Fantasio

 

Après Sur Les Traces du Marsupilami et Le Petit Spirou, c’est au tour des Aventures de Spirou et Fantasio d’être enfin porté sur grand écran 80 ans après leur création.

 

 

SYNOPSIS : Alors qu’il était en train de dépouiller les clients d’un hôtel de luxe déguisé en groom, Spirou va faire par hasard la rencontre du reporter Fantasio en quête de scoops. En tombant sur Seccotine, il est persuadé qu’il y a ici une piste à suivre. Celle ci est en effet sur les traces des hommes de mains de l’ignoble Zorglub qui vient de faire enlever le Comte de Champignac. Bien décidé à le sauver Spirou et Fantasio vont s’engager dans leur première aventure ensemble.

 

Dans le déluge récent d’adaptation de bandes dessinées franco-belge de ces dernières années, nous sommes encore en attente d’une bonne surprise tant pour le moment elles se sont toutes montrés de grosses déceptions. En portant sur grand écran les mythiques Aventures de Spirou et Fantasio, nous aurions du avoir le droit à un incroyable long métrage au budget digne de la réputation de la bande dessinée popularisée par Franquin. Sans aucun rapport avec l’adaptation du Petit Spirou sorti en septembre 2017 ni même avec Sur Les Traces Du Masurpilami d’Alain Chabat, Les Aventures De Spirou Et Fantasio est le nouveau film d’Alexandre Coffre connu principalement pour Eyjafjallajökull engagé probablement pour son sens de l’aventure. Et pourtant loin de la réussite que l’on était légitimement en droit d’attendre, le film représente certainement ce que la comédie française peut faire de pire.

 

 Les Aventures De Spirou et Fantasio

 

Dans ces deux premières minutes, on aurait pu croire que Les Aventures De Spirou et Fantasio allait jouer sur un humour décalé proche du Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre d’Alain Chabat. Cette introduction qui se déroule au repaire de l’infâme Zorglub voit Mr Poulpe en modeste employé chantonner le thème principal du film que l’on entend qu’en sourdine via son casque de walkman et la première apparition de Ramzy Bedia en grand méchant semblait promettre un petit coté Dr Evil d’Austin Powers. Mais en passant ensuite sur les personnages de Spirou et Fantasio, on comprend vite qu’au lieu d’être vraiment décalé, l’humour est en fait totalement à coté de la plaque. Même sans être un grand fan des bandes dessinées, on aura bien du mal à accepter les premières idées de cette « Origin Story ». On découvre qu’ici Spirou n’est pas un vrai groom mais un voleur qui va utiliser ce déguisement pour dépouiller les clients d’un hôtel ce qui est déjà dur à avaler. Quand à Fantasio, il aura fallu un café renversé pour qu’on lui prête le célèbre costume et le nœud papillon qu’on lui connait dans les bandes dessinés.

Passé cette introduction qui aura certainement déjà fait décrocher grand nombre de spectateurs, que reste t-il à découvrir ? Et bien pas grand chose ! C’est sans intérêt particulier que l’on suivra une course poursuite mollassonne en split screen façon case de B.D. avant de voir nos héros s’envoler vers le repaire de, Zorglub dans le désert. Leur traversé paraîtra bien longue tant le film ne repose sans cesse que sur les disputes incessantes entre le duo ou entre Fantasio et son ex d’un soir Seccotine. Rien de nouveau, rien d’original et surtout rien de drôle. Et ce n’est pas la dernière partie à l’intérieur du repaire qui fera rebondir l’action tant il ne se passe rien. Tout le potentiel d’une bonne parodie de James Bond à la OSS 117 où à la Austin Powers n’est absolument pas exploité. Si les scénaristes étaient à ce point en manque d’idée, ils auraient mieux fait d’adapter à la lettre un des nombreux volumes de la bande dessinée que de tenter d’inventer leur propre histoire.

 

 Les Aventures De Spirou et Fantasio

 

Contrairement aux Comic Books de Marvel qui semblent avoir toujours été taillés pour devenir des film, c’est toujours difficile de vouloir porter la bande dessinée franco belge à l’écran sans paraître tout de suite ridicule. On sent clairement un manque d’ambition dans la mise en scène et un manque de budget pour assurer le grand spectacle que devrait être un film d’aventure. Au niveau de l’humour, ça vole vraiment très bas comme si le film n’était destiné qu’aux plus petits alors que les bandes dessinées sont généralement plutôt lues par des adultes. Avec ce genre de comédies débiles uniquement motivées par l’appât du gain, on comprend mieux pourquoi cette catégorie de films est toujours boudé aux Césars tant ils représentent la honte du cinéma français. Si les producteurs comptent vraiment créer une franchise, il va vraiment falloir s’offrir de vrais scénaristes imaginatifs et doté d’un bon sens de l’humour et un réalisateur capable d’exploiter le potentiel graphique d’une bande dessinée.

Seul qualité que l’on pourra reconnaître aux Aventures de Spirou Et Fantasio, c’est le choix des acteurs principaux. Thomas Solivérès fait un bon Spirou dynamique et jeune tandis qu’Alex Lutz incarne bien le coté plus coincé et mature de Fantasio même si on ne peut s’empêcher parfois de penser à son rôle de Catherine sur Canal +. Dans le rôle de Zorglub, Ramzy Bedia manquera de temps à l’écran pour développer convenablement un personnage qui aurait encore être bien plus délirant. On aura en revanche bien du mal à supporter Géraldine Nakache dans le rôle jamais drôle de Seccotine. Quand à Christian Clavier en Comte de Champignac, nous sommes clairement pas dans le bon choix tant le style de jeu de l’acteur ne correspond pas au caractère qu’on imaginait pour le personnage. Le regretté Jean Rochefort aurait certainement fait un bien meilleur comte. Charlotte Gabris et Vincent Desagnat qui ne se quittent plus depuis Baby-Sitting jouent des jumeaux inventés exprès pour le film plutôt amusants bien qu’au fond assez inutiles.

 

Les Aventures De Spirou et Fantasio

 

A la vue du ratage qu’était l’adaptation du Petit Spirou, on espérait que Les Aventures De Spirou et Fantasio remonte le niveau avec le potentiel laissé par les nombreux duos qui ont développé la bande dessinée au fi de ces 80 ans. Malheureusement le film d’Alexandre Coffre est encore pire que celui de Nicolas Bary tant il manque clairement d’ambition et de dépaysement. Un comble pour un film d’aventure qui ne nous en mettra jamais plein la vue et nous fera que très rarement rire tant l’humour semble être destiné pour les plus jeunes. Quel est l’intérêt d’aller fâcher les fans de la bande dessinée en prenant de grandes libertés avec l’histoire originelle si ce n’est pas au mois pour faire mieux ?

 

MON AVIS : 1/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Alexandre Coffre
  • AVEC : Alex Lutz, Thomas Solivérès, Géraldine Nakache, Ramzy Bedia et Christian Clavier
  • SCÉNARISTEJuliette Sales, Fabien Suarez et Alexandre Coffre d’après les personnages crées par Franquin.
  • COMPOSITEUR : Eric Neveux
  • GENRE : Comédie, Aventures
  • DURÉE : 1h29
  • NATIONALITÉ : Français
  • DISTRIBUTEUR : Sony Pictures Releasing France
  • SITE OFFICIELhttp://www.spirou.com/album/index.php
  • DATE DE SORTIE : 21 février 2018