MARIE STUART, REINE D’ÉCOSSE de Josie Rourke [Critique Ciné]

 

Marie Stuart, Reine D'Écosse

 

L’histoire déjà bien connue des reines Marie Stuart et Elizabeth donne à Saoirse Ronan et Margot Robbie deux rôles taillés pour les Oscars si il n’y avait pas eu The Favorite pour tout leur piquer.

 

 

SYNOPSIS : A la mort du roi de France François II, sa reine Marie Stuart revient en Ecosse pour en reprendre le trône. Légitime héritière du trône d’Angleterre, son retour inquiète la Reine Elizabeth. Toutes les deux à la tête de pays dirigés par les hommes, elle doivent tenter de s’imposer en trouvant le bon époux capable de leur offrir une descendance pour prendre les rênes du pays et changer le cours de l’Histoire.

 

Avec déjà cinq longs métrages  sortis entre 1936 et  2014 y avait-il vraiment encore besoin d’un nouveau film sur la vie de Marie Stuart ? A en croire les producteurs Debra Hayward et Shekhar Kapur qui avaient déjà abordé le sujet dans Elizabeth, L’Âge d’Or, il semblerait que oui. Là où la souveraine n’était qu’un personnage secondaire dans le film de Shekhar Kapur, elle est cette fois ci l’héroïne de ce Marie Stuart, Reine d’Écosse qui compte apporter un nouvel éclairage sur ce personnage historique en s’appuyant cette fois ci sur le livre Queen Of Scots : The True Life Of Mary Stuart écrit par John Guy qui remet en cause ce que l’on pensait savoir de la Reine. 

 

Marie Stuart, Reine D'Écosse

 

Il ne faut pas s’attendre à une grande fresque historique avec ce Marie Stuart, Reine d’Ecosse. Le film écrit par le scénariste Beau Willimon, qui travaillait avant sur la série House Of Cards, utilise la rivalité entre Marie Stuart et sa cousine Elizabeth pour faire un film féministe qui voudrait s’inscrire dans l’ère du temps. Alors que l’on découvre encore partout dans le monde les inégalités entre hommes et femmes dans le monde du travail. Les deux reines étaient en avance sur leur temps en dirigeant ces deux pays menés par les hommes. Plus que les faits historiques, c’est la manière dont elle ont imposé leur point de vue sur leur cours qui intéresse la réalisatrice Josie Rourke. Mais si sur le papier l’intention était louable, le résultat final est bien loin de ce qu’on pouvait attendre d’un film historique.

Lorsqu’on parle de guerres des trônes, on ne peut plus ne pas tout de suite faire la comparaison avec la série Game Of Thrones. Il est en effet là aussi affaire de tractation secrète à base de complots, assassinats et traîtrise en tout genre avec aussi son lot de batailles comme dans l’oeuvre de George R.R. Martin. Mais ce qui déçoit très rapidement dans Marie, Reine D’Écosse c’est qu’au lieu de retracer fidèlement toute la vie de la Reine, le film ne semble intéresser qu’à ces relations avec les hommes. Toutes les scènes, tous les dialogues ne parlent principalement que de ça donnant l’impression qu’au lieu d’être des femmes fortes capable de mener leur pays d’une main de fer, Marie Stuart et Elizabeth n’étaient que le jouet des hommes. A force de tourner autour de cet unique sujet le film en devient rapidement ennuyeux.

 

Marie Stuart, Reine D'Écosse

 

L’autre gros problème du film, c’est le manque de repères historiques dans ce récit. Si on sait que cette histoire commence en 1561 au moment où Marie Stuart revient en Écosse, on ne verra jamais les autres dates s’afficher. Vu que les personnages ne semblent pas vieillir, on a du coup l’impression que tout se passe en l’espace de quelques mois alors qu’il s’écoule en réalité vingt six ans. Le film se permet d’ailleurs de faire l’impasse sur certains événements marquants de la vie de la Reine d’Écosse. Mais le pire est d’oser inventer une rencontre entre les deux femmes qui n’a jamais existé juste pour satisfaire les spectateurs pas forcement calé en Histoire qui n’attendaient que ça à la vue de l’affiche. On sort du film avec la déception de ne pas avoir vraiment appris grand chose de cette période historique.

Le principal intérêt de Marie Stuart, Reine D’Écosse repose sur son duo d’actrices forcement prometteur. C’est Saoirse Ronan, révélée par le film Lovely Bones, qui incarne une Marie Stuart qui rappelle parfois la Marie Antoinette de Sofia Coppola dans ses jeux avec ses servantes et qui s’exprime ici aussi bien en Français qu’en Anglais. Adepte des transformations, Margot Robbie, la révélation du Loup De Wall Street, n’a pas hésité à s’enlaidir pour jouer Elizabeth. A leur coté, on retiendra surtout Guy Pearce en conseiller d’Elizabeth. On aura plus de mal en revanche à voir des acteurs asiatiques comme Gemma Chan ou noirs à la cours des deux reines à une époque où cela n’était clairement pas possible.

 

Marie Stuart, Reine D'Écosse

 

Si on pouvait s’étonner de l’intérêt d’un nouveau film sur Marie Stuart, le résultat nous prouve que ce n’était franchement pas la peine. A vouloir transformer la grande Histoire pour en faire un pamphlet féministe mou du genou, le film n’a  effectivement plus aucun intérêt historique ni même militant. La pauvreté de ce scénario n’aidera clairement pas Saoirse Ronan et Margot Robbie à briller malgré toutes leurs bonnes volontés surtout après avoir vu The Favourite bien plus réussi en terme de mise en scène et d’écriture.

 

MON AVIS : 1/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • TITRE ORIGINAL : Mary, Queen Of Scots
  • RÉALISATRICE : Josie Rourke
  • AVEC : Saoirse Ronan, Margot Robbie, Guy Pearce, Jack Lowden, Joe Alwyn, Gemma Chan & Eileen O’Higgins
  • SCÉNARISTE : Beau Willimon d’après l’oeuvre de John Guy
  • COMPOSITEUR : Max Richter
  • GENRE : Historique, Drame
  • DURÉE : 2h04
  • NATIONALITÉ : Américain, Britannique
  • DISTRIBUTEUR : Universal Pictures France
  • SITE OFFICIEL : http://focusfeatures.com/mary-queen-of-scots
  • DATE DE SORTIE : 27 février 2019