NERVE de Ariel Schulman & Henry Joost [Critique Ciné]

 

Nerve

 

Même si il se déroule dans un futur proche, Nerve semble déjà dangereusement bien ancré dans notre réalité. Quand on voit la folie que suscite déjà Pokemon Go, on ose imaginer ce que pourrait causer pour de vrai cette application. Nerve est il un film dangereux ?

 

 

SYNOPSIS : Pour se venger de sa meilleure amie Sydney qui l’a affiché devant le garçon qu’elle aimait en secret, Vee accepte de participer au jeu en ligne Nerve au succès viral. Pour prouver qu’elle n’est pas la fille effacée que tout le monde imagine, elle va accepter une série de défis de plus en plus dangereux en compagnie de Ian, un autre joueur sur lequel elle ne sait pas grand chose.

 

Vous souvenez-vous qu’à l’époque de la sortie du premier film Jackass en 2002 celui ci avait été interdit en salles de peur que les jeunes reproduisent ce qu’ils voient ? Visiblement quatorze ans plus tard cette inquiétude ne semble plus être de mise car Nerve sort maintenant sur grand écran sans le moindre  avertissement ou une limite d’age. Très librement inspiré du roman Addict de Jeanne Ryan, c’est surtout de l’expérience en tant que réalisateur du documentaire Catfish sur le manque de confidentialité sur Internet que s’est nourri cette version cinématographique. Le scénario signé par Jessica Sharzer a opéré une sorte de mise à jour sur le roman de Jeanne Ryan en transformant ce qui était un jeu télévisé sur le web en une application qui rappelle Periscope avec un coté ludique en plus.

 

Nerve

 

La première scène de Nerve nous donne l’impression de se retrouver à nouveau devant Unfriended car elle se passe entièrement sur l’écran du Mac de Vee. Fort heureusement ce n’était que l’introduction et le reste du film se déroule bien dans un monde réel dicté cependant par les relations virtuelles. Le jeu Nerve divise les individus entre Player et Watcher. Les premiers doivent réaliser différents défis du plus innocent au plus dangereux dicté par les seconds qui payent pour pouvoir regarder. Chaque défi rapporte à celui qui le tente une somme d’argent mais si il se défile en cours de partie il perdra tout. Ce scénario n’est pas sans rappeler le récent thriller horrifique Cheap Thrills où un riche défiait deux mecs en manque d’argent à des jeux de plus en plus dangereux. On pense aussi forcement à The Game de David Fincher qui faisait basculer la vie du personnage joué par Michael Douglas dans un véritable enfer après s’être inscrit à un jeu.

Nerve est un peu la version pour adolescents de ces deux films, plus propre et moins inquiétant mais pas forcement moins réussi. Si on ferme les yeux sur le background plein de pathos et assez ridicule de la vie de l’héroïne du film, il faut avouer que les moments de tensions se font nombreux alors que les challenges gagnent en intensité. Le film mérite aussi d’être vu pour son esthétique très fluo et pleine de néon trés réussie. Réalisateurs de Paranormal Activity 2 et 3, Ariel Schulman et Henry Joost montrent ici qu’ils sont capable de bien mieux.

 

Nerve

 

Nerve permet enfin de revoir sur grand écran, l’actrice Emma Roberts découverte dans Scream 4 et revue dans Les Miller, Une Famille En Herbe et Palo Alto. Aujourd’hui c’est plus souvent sur le petit écran que l’on peut la voir dans les séries American Horror Story et Scream Girls de Ryan Murphy tandis que la majorité de ses films restent inédits en France ou dispo seulement sur Netflix. Excellente quand elle joue les pestes sexy, elle montre ici qu’elle peut aussi jouer les gentilles filles avec le même talent. Elle fait équipe ici avec Dave Franco, le frère de James avec qui elle avait tourné Palo Alto, célèbre de son coté pour la franchise Insaisissables même si il y est toujours mis sur le coté. Ici il a vraiment le rôle principal masculin ce qui réjouira certainement les spectatrices venues spécialement pour lui.

Il est plutôt étonnant de trouver ici l’actrice Juliette Lewis dans le rôle de la mère autoritaire mais dépassée de l’héroïne. Cela sent le rôle alimentaire à plein nez tant on est bien loin de ses habituels rôles bien plus punk et malsain dans les remarquables Une Nuit En Enfer ou Natural Born Killer. Sydney, la meilleure amie de Vee est jouée par Emily Meade, encore peu connue même si elle a joué récemment dans Money Monster. Elle est l’autre atout sexy du film et met la barre bien haut peu de temps après le début du film. Miles Heizer, de la série Parenthood, joue son autre meilleur ami tandis que le rapper Machine Gun Kelly joue un concurrent sérieux de Nerve. Peut être reconnaitrez-vous aussi certaines stars de YouTube qui viennent faire de brèves apparitions dans le film.

 

Nerve

 

Même si il veut effrayer sur les dangers du net et dénonce la fausse popularité que l’on peut obtenir et perdre aussi vite sur Internet, Nerve est probablement trop fun pour que le message s’imprime vraiment dans la tête des adolescents, cible privilégié de ce long métrage. Même si on constate déjà pas mal de dérives sur Periscope ou Snapchat, le film pourrait en pousser certains à prendre des risques inconsidérés. Il ne faudrait pas oublier qu’il s’agit avant tout d’un long métrage a vocation avant tout distrayante et dont la fin laisse à penser qu’il se verrait bien devenir une franchise tant la conclusion reste ouverte.

 

MON AVIS : 3/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEURS : Ariel Schulman & Henry Joost
  • AVEC : Emma Roberts, Dave Franco, Emily Meade et Miles Heizer
  • SCÉNARISTES : Jessica Sharzer et Jeanne Ryan
  • COMPOSITEUR : Rob Simonsen
  • GENRE : Thriller
  • DURÉE : 1h37
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DISTRIBUTEUR : Metropolitan Filmexport
  • SITE OFFICIELhttp://www.playnerve.com/
  • DATE DE SORTIE : 24 août 2016

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *