NOLA CIRCUS de Luc Annest [Critique Ciné]

 

Nola Circus

 

Pour son premier film Nola Circus, le réalisateur français Luc Annest a choisi de marcher sur les traces de Quentin Tarantino et Spike Lee pour un black movie original et plein d’humour entre Jackie Brown et Do The Right Thing .

 

 

SYNOPSIS : Will vit une histoire d’amour avec la belle Nola sans oser l’avouer au demi-frère très protecteur et colérique de celle-ci de peur de se faire casser la figure. Afin de brouiller les cartes, il l’a mis sur la piste d’un livreur de pizzas mais le patron du restaurant qui s’est fait gratuitement réglé son compte va faire venir un tueur pour se venger. De l’autre coté de la rue Marvin, le barbier concurrent de Will en a marre de ses discours sur le courage de Rosa Parks et compte bien lui faire une grosse frayeur.

 

Lorsqu’on est un réalisateur français, trouver le financement pour faire un film qui sort de l’ordinaire  relève toujours du parcours du combattant. Le réalisateur Luc Annest en a encore récemment fait les frais pour son premier film Nola Circus sur lequel aucun producteur n’a voulu miser. Afin de pouvoir mettre en scène ce projet il a du faire appel à un collectif de sportifs célèbres qui se font appeler The Illicit Producers qui comptent sur leur notoriété pour attirer leurs fans en salles.

 

Nola Circus

 

Que ceux que cela pourrait effrayer soit rassuré, ce n’est pas pour autant que Nola Circus a un quelconque rapport avec le sport. C’est en fait une pure black comedy qui suit les habitants d’un quartier de La Nouvelle Orléans. On ne sait pas trop ce qui plane dans l’air mais ils semble tous avoir un grain de folie plus ou moins en sommeil. Des personnages hauts en couleur avec un barbier activiste mais pas très courageux, une jolie fille qui se prend pour une gangster, son demi frère protecteur et ultra violent, un patron de pizza maltraité en quête de vengeance, un barbier concurrent obsédé sexuel, une dealeuse colérique, un bègue chanteur d’opéra et on en oublie…

Difficile de résumer vraiment l’histoire de Nola Circus tant elle part dans tous les sens. Ce n’est cependant pas bien grave tant chaque scène est un pur régal avec des situations rocambolesques et des  tunnels de dialogues souvent très drôles et clairement inspirés par les films de Quentin Tarantino, Spike Lee voir peut être même de Kevin Smith. Des images énigmatiques glissées ici et là ne sont pas sans rappeler non plus les scènes de pré-générique de Breaking Bad. Le réalisateur Luc Annest avoue aussi s’être inspiré de cinéastes italiens pour des références que seuls les plus cinéphiles des spectateurs reconnaîtront.

 

Nola Circus

 

Doté d’un budget d’à peine 1,5 million de Dollars, Nola Circus a du être tourné dans l’urgence en seulement 21 jours. Cela se ressent parfois dans les images du film pas franchement toujours très esthétiques mais le réalisateur arrive cependant à nous offrir par moment des plans vraiment réussis. On pourra aussi lui reprocher quelques failles scénaristique ou un petit problème de montage mais rien qui ne gâchera cependant pas notre plaisir.

Le casting de Nola Circus se compose de l’actrice française Jessica Morali encore inconnue et d’une brochette d’acteurs local un peu plus connu comme Martin Bradford (NCIS Nouvelle Orléans) dans le rôle principal masculin, Reginal Varice (Treme) dans celui du demi frère colérique, Vas Blackwood (Arnaques, Crimes et Botanique) est le concurrent Marvin, Ricky Wayne (The Walking Dead) est Guiseppe le patron de pizzeria. Peu importe leur niveau de célèbrité, ils se montrent tous vraiment très drôle et portent sans peine le long métrage de Luc Annest.

 

Nola Circus

 

Qu’un réalisateur français ose se frotter à l’univers de Quentin Tarantino, Spike Lee ou Martin Scorsese, cela est déjà assez couillu mais qu’en plus le résultat soit vraiment réussi est réellement une très bonne surprise. Le plus dur reste cependant à convaincre un public français généralement assez peu curieux de la drôlerie et de l’originalité du film de Luc Annest. Si vous voulez prouver aux producteurs français que le film de genre peut fonctionner en France, Nola Circus est le film à défendre en cette rentrée 2016.

 

MON AVIS : 4/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Luc Annest
  • AVEC : Jessica Morali, Martin Bradford, Reginal Varice & Vas Blackwood
  • SCÉNARISTE : Luc Annest
  • COMPOSITEUR : Polérik Rouvière
  • GENRE : Comédie
  • DURÉE : 1h25
  • NATIONALITÉ : Français, Américain
  • DISTRIBUTEUR : Destiny Films
  • SITE OFFICIELhttp://www.nolacircus.com/
  • DATE DE SORTIE : 28 septembre 2016

 

 

Une pensée sur “NOLA CIRCUS de Luc Annest [Critique Ciné]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *