OSIRIS : LA 9ème PLANÈTE de Shane Abbess [Critique Blu-Ray]

 

Osiris : La 9ème Planète

 

Parce qu’il surfe sur le revival du Space Opera, Osiris : La 9ème Planète, le troisième film de Shane Abbess, se voit offrir une très belle édition en boitier steelbook pour sa sortie directe en Blu-Ray et DVD le  9 août 2017 pour les collectionneurs et les fans de science fiction.

 

 

SYNOPSIS : Muté dans la prison qui survole la planète Osiris suite à l’échec d’une  importante mission, le lieutenant Kane Sommerville découvre que l’entreprise Exor qui gère la prison se sert des détenus pour les transformer en créatures mutantes pour aller conquérir de nouvelles planètes. Pour faire face à l’évasion de ces créatures sur la surface d’Osiris, la Général Lynex est prête à détruire la planète. Faisant équipe avec Sy, un détenu qui a réussi à s’échapper, Kane qui a fait venir sa fille chez lui n’aura qu’une vingtaine d’heure pour tenter de la rejoindre avant la catastrophe.

 

Le cinéma australien est définitivement plein de surprises ! Si on connait tous George Miller et Baz Luhrmann, il ne manque pas de jeunes réalisateurs qui ne demandent qu’à se faire connaître. Rien que cette année nous avons déjà pu découvrir Fantastic Birthday, Love Hunters et maintenant Osiris : La 9ème Planète, trois films très différents mais qui prouvent la richesse de ce cinéma capable de faire des merveilles avec un budget limité. Si les deux premiers sont sortis au cinéma, Osiris : La 9ème Planète sort lui directement en Blu-Ray et DVD alors que ce Space Opera aurait largement pu profiter d’une sortie sur grand écran.

 

Osiris : La 9ème Planète

 

Cela fait déjà dix ans que Shane Abbess, le réalisateur d’Osiris : La Neuvième Planète, tente de s’imposer dans le milieu avec des films de science fiction à petits budgets qui ne manquent pourtant pas d’ambition. Après Gabriel et Infini sorti chez nous en VOD ou DVD, ce troisième long métrage semble vouloir aller encore plus loin, son titre original Science Fiction Volume One : The Osiris Child laissant présager le début d’une grande saga sans que cela ne soit pour le moment confirmé. Là où Luc Besson a besoin de 100 millions d’Euros pour adapter Valérian, il n’aura fallu que 800 000 dollars à Shane Abbess pour inventer de toute pièce l’univers d’Osiris.

Il y a clairement un potentiel digne de Neil Blomkamp, le réalisateur de District 9 et Chappie, chez Shane Abbess pour réussir à développer pareil univers avec trois fois rien. Il est en effet parti simplent de son imagination et de nombreuses influences pour créer de toute pièce les décors, véhicules, costumes et tout ce qui constitue ce nouveau univers. Si son précédent film s’inspirait des œuvres de science fiction, celui-ci est clairement inspiré par George Lucas. Cela est flagrant dans les costumes des gardiens de prison inspirés par les guerriers japonais mais aussi dans la volonté de créer des monstres mutants en animatronique proches des meilleures créations de Jim Henson.

 

Osiris : La 9ème Planète

 

La lumière, la réalisation, les effets spéciaux tout est maîtrisé de main de maître à la fâcheuse exception du scénario, énorme point faible d’Osiris : La 9ème Planète au point de vraiment gâcher notre enthousiasme. Le film se découpe en chapitre qui au lieu de nous faire progresser dans l’histoire préfère en général nous faire remonter dans le temps pour révéler le passé des personnages. Résultat le film perd beaucoup plus de temps à installer ses personnages qu’à véritablement faire progresser cette course contre la montre. On a du coup l’impression permanente d’être victime de faux semblants qu’il ne cesse de corriger Lorsque enfin  il veut vraiment avancer dans l’intrigue, il sera obligé de bâcler toute la fin. Comme si il avait coupé un gros passage, nos héros arrivent subitement  à leur destination sans que l’on sachent les dangers qu’ils ont du affronter. Le film manque clairement de scènes de frissons et d’affrontements avec les monstres mutants au cœur de l’intrigue. Mais le plus surprenant est certainement la conclusion ultra expéditive qui élimine sans émotions certains personnages et qui aurait largement mérité d’être prolongée un peu plus. Mais peut être le réalisateur se réserve pour une suite ?

Même si on ne le voit pas sur le boîtier du Blu-Ray, le vrai héros du film est joué par Daniel MacPherson connu pour son rôle dans la série Les Chroniques de Shannara et déjà rôle principal d’Infini. Un choix difficilement compréhensible tant il semble être le pire comédien de toute la distribution. L’affiche préfère mettre en avant Kellan Lutz car l’acteur est bien plus connu comme héros du catastrophique La Légende d’Hercule vu avant cela dansla saga Twilight. Il est bien plus convaincant dans le rôle de Syn, un ancien détenu en cavale dont toute l’histoire nous sera révélée à coup de flashbacks. La jeune Teagan Cross est aussi prometteuse dans le rôle de la fille du héros et narratrice de cette histoire mais son rôle reste malgré tout assez anecdotique. Ils croiseront à un moment un couple de barjots joué par la très belle Isabel Lucas vue dans Transformers 2 et Daybreakers qui a du s’enlaidir avec une coupe improbable et des tatouages pour être plus crédible et le quasi inconnu Luke Ford vu dans La Momie 3 qui n’auront que trop peu de temps pour développer ces personnages intéressants. Pour la caution culte, le réalisateur à fait appel à Temuera Morisson, célèbre Jango Fett de Star Wars : L’Attaque Des Clones pour jouer le sévère directeur de la prison.

 

Osiris : La 9ème Planète

 

Osiris : La 9ème Planète avait un énorme potentiel jouissif malheureusement gâché par un scénario qui a du mal à tenir la route et un montage catastrophique. A trop vouloir nous révéler le passé de ses personnages, le réalisateur Shane Abbess ne semble plus avoir eu le temps de développer vraiment sa course contre la montre qui s’attarde inutilement sur des moments anecdotiques et nous sert du coup une fin expéditive plutôt décevante qui aurait mérité un meilleur développement. Digne du travail d’un Neil Blomkamp pour pouvoir faire des miracles avec de petits budget, l’univers très riche d’Osiris créé de toute pièce par le réalisateur / scénariste mérite cependant à lui seul de découvrir ce long métrage.

 

MON AVIS : 3/5

 

 

LE BLU-RAY : C’est une bien belle édition que nous propose l’éditeur Wild Side avec un combo steelbook collector. Le blu-ray permet de profiter pleinement du grand spectacle proposé par Shane Abbess avec un excellent rendu de l’image et du son. A cause de son format 2.40:1 qui fait de grandes bandes noires en haut et en bas de l’écran, il sera préférable de le voir sur un écran de bonne taille. Question Bonus, l’éditeur a produit lui même un making of très promotionnel avec des interviews du réalisateur et des acteurs qui n’arrêtent pas de se complimenter les uns les autres. Les images de la conception du film y sont malheureusement trop rares pour le rendre vraiment intéressant.

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • TITRE ORIGINAL : Science Fiction Volume One : The Osiris Child
  • RÉALISATEUR : Shane Abbess
  • AVEC : Daniel MacPherson, Kellan Lutz, Isabel Lucas, Luke Ford & Teagan Croft
  • SCÉNARISTE : Shane Abbess & Brian Cachia
  • COMPOSITEUR : Brian Cachia
  • GENRE : Science Fiction
  • DURÉE : 1h38
  • NATIONALITÉ : Australien
  • ÉDITEUR : Wild Side
  • SITE OFFICIELhttp://theosirischild.com/
  • DATE DE SORTIE : 9 août 2017
  • BONUS : Making Of, Bande Annonce
  • SPÉCIFICITÉS : 1080p AVC -16/9 – 2.40:1 – Couleur – BD 50 – DTS-HD Master Audio 5.1 Français ou Anglais – Sous titre français.