OUIJA : LES ORIGINES de Mike Flanagan [Critique Ciné]

 

Ouija Les Origines

 

Face au succès surprise du premier film, les producteurs Michael Bay et Jason Blum n’ont pas tardé pour proposer un second volet sous forme de prequel  baptisé Ouija : Les Origines.

 

INTERDIT AUX MOINS DE 12 ANS

 

SYNOPSIS : A Los Angeles en 1965, Alice Zander, se fait passer pour une médium avec la complicité de ses deux filles. Histoire d’améliorer leur prestation, elle décide d’acheter une planche de Ouija. Mais celle ci va pour de vrai ouvrir un chemin aux esprits qui hantaient leur maison et s’emparer de la plus jeune des filles.

 

Ce n’est pas du genre de Jason Blum et Michael Bay de passer à coté de l’aubaine de créer une franchise. Des films sur le Ouija, il y en a déjà eu des tonnes mais pourtant le film produit par les deux hommes a étrangement cartonné aux Etats Unis alors qu’il n’avait pourtant rien d’exceptionnel. Visiblement les producteurs étaient bien conscient que le film n’était pas une grande réussite puisque ce prequel change de réalisateur. le débutant Stiles White laisse ici la place au plus confirmé Mike Flanagan, réalisateur de The Mirror.

 

Ouija Les Origines

 

Ouija Les Origines veut se faire passer pour un film tourné dans les années 60. Cela commence avec le vieux logo d’époque d’Universal et avec l’apparition de temps en temps du petit signe qui indique un changement de bobine alors que les projections sont désormais toutes en numérique. En revanche rien à l’écran ne nous donnera vraiment l’impression d’un vrai film d’époque. Les costumes, les décors sont là mais il manque l’ambiance et la patine pour y croire. Dommage notamment d’avoir utilisé des effets spéciaux numériques pour les esprits alors qu’un bon maquillage aurait paru bien plus crédible.

Le développement du premier Ouija avait été particulièrement calamiteux et l’histoire avait même du être amélioré dans des reshoots pour essayer de tenir la route. Ce prequel semble à nouveau vouloir corriger l’histoire en modifiant certains faits. Le film nous raconte l’histoire des deux sœurs et de leur mère dont nous parlait le premier film mais alors qu’il mettait la cause des problèmes sur cette mère décrite comme doué en médiumnité qui se servait de sa fille comme portail, le prequel nous montre au contraire qu’elle était très gentille et totalement dénuée de véritable talent de médium. C’est parce que la jeune fille est la seule à véritablement croire aux esprits qu’elle devient le vecteur des esprits.

 

Ouija Les Origines

 

En fait autant oublier le premier film et ne garder que celui-ci car l’histoire tient bien mieux la route. C’est cependant tout de même toujours un film d’horreur très aseptisé qui suit le cahier de charges d’Hasbro, l’éditeur du jeu Ouija, comme le précédent. Pas de sang, très peu de meurtres, juste quelques Jump Scare assez réussis mais guère dérangeants. On est bien loin d’un Conjuring qui a lui beaucoup mieux réussi à nous replonger dans les années 70. Même si Jason Blum est derrière les deux franchises, le budget et ici quatre fois moins important et cela se ressent vraiment.

Ouija Les Origines nous permet de retrouver Annalise Basso, l’une des héroïnes de Captain Fantastic, elle tient ici le rôle de la grande sœur Line plus intéressé par les garçons que par les esprits mais soucieuse de voir sa petite sœur changer à cause des séances. Celle ci est jouée par l’épatante Lulu Wilson que l’on a déjà hâte de retrouver dans Annabelle 2. Le rôle de la mère inconsciente du danger qu’elle encourage est jouée par Elizabeth Reaser vue dans la saga Twilight. A noter aussi la présence d’Henry Thomas, le jeune héros de E.T. qui joue ici le Père Tom Hogan, le principal du collège des deux jeunes filles. La seule actrice présente dans les deux films est Lin Shaye  qui apparaît seulement après le générique de fin.

 

Ouija Les Origines

 

Plus réussi que le précédent épisode, Ouija Les Origines n’est cependant pas un grand film d’horreur. Il manque cruellement de tension pour nous scotcher à notre fauteuil et se montre trop aseptisé pour convaincre les vrais fans du genre.Il reste, comme le premier, un film d’horreur pour adolescents plus destiné à vendre plus de planches de Ouija que de marquer les annales du cinéma fantastique. Il mérite cependant d’être vu malgré tout rien que pour ses deux jeunes actrices à surveiller de près.

 

MON AVIS : 2/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • TITRE ORIGINAL : Ouija : Origin Of Evil
  • RÉALISATEUR : Mike Flanagan
  • AVEC : Annalise Basso, Elizabeth Reaser, Lulu Wilson & Henry Thomas
  • SCÉNARISTES : Mike Flanagan & Jeff Howard
  • COMPOSITEUR : The Newton Brothers
  • GENRE : Horreur, Epouvante
  • DURÉE : 1h30
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DISTRIBUTEUR : Universal Pictures France
  • SITE OFFICIELhttp://ouijamovie.com/
  • DATE DE SORTIE : 2 novembre 2016

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *