PARANOÏA de Steven Soderbergh [Critique Ciné]

 

Paranoïa

 

Un an après le film grand public Logan Lucky, le réalisateur Steven Soderbergh expérimente à nouveau avec Paranoïa, un thriller tourné intégralement à l’Iphone 7 Plus pour une nouvelle leçon de cinéma.

 

 

SYNOPSIS : Harcelée depuis deux ans par un homme qu’elle a éconduit, Sawyer Valentini a choisi de partir s’installer à Boston, très loin de son agresseur. Persuadée d’encore le voir partout, la jeune femme va aller consulter une psychiatre mais sans prêter attention elle va signer une autorisation d’être internée sans pouvoir faire machine arrière. C’est là qu’elle va se rendre compte que son harceleur semble avoir  réussi à se faire embaucher dans l’hôpital mais est-ce une réalité ou simplement le fruit de son imagination ?

 

Oubliez les mini-DV, l’avenir du film indépendant passe désormais par le téléphone portable ! Après le  Tangerine  de Sean Baker, c’est au tour de Steven Soderbergh d’utiliser son Iphone 7 pour tourner son nouveau long métrage Paranoïa. Désormais doté de capteurs 4K et d’applications performantes, le smartphone est peut être désormais l’une des meilleure caméra digitale amateur du marché et il faudra vraiment le savoir pour remarquer la différence avec une vraie caméra si l’on n’est pas du métier. Permettant de travailler rapidement et avec beaucoup moins de contrainte qu’une caméra traditionnel, cela permet de réduire drastiquement les budgets. Il n’aura fallu que trois Iphone, un  drone et un budget de 1,2 millions de Dollars pour permettre au réalisateur de faire son film. De quoi lancer de nouvelles vocations !

 

Paranoïa

 

Sans être lié entre eux, Paranoïa fait beaucoup penser au film Effets Secondaires que Steven Soderbergh avait réalisé en 2013. Les deux films traitent en effet tous les deux de la folie et de la dérive de la médecine. La différence est que si l’héroïne d’Effets Secondaires avait vraiment fini par devenir folle à cause des médicaments, le doute plane sur la folie de Sawyer Valentini pendant toute la durée de Paranoïa. Dans ce nouveau long métrage, Steven Soderbergh dénonce l’usage facile de médicaments destinés à calmer les malades et à les maintenir dans leur condition sans vraiment leur venir en aide. C’est aussi une sérieuse attaque contre les assurances maladies américaines et les hôpitaux privés qui en profitent pleinement. Tout comme le montrait déjà le documentaire Sicko de Michael Moore, cela ne donne pas envie de tomber malade aux Etats Unis.

Ce qui rend Paranoïa si inquiétant c’est que cette histoire semble presque pouvoir nous arriver tant son point de départ parait réaliste. Juste fragilisé psychologiquement par deux années d’harcèlement constant d’un homme qu’elle a rencontré en faisant du bénévolat pour venir en aide aux personnes âgées sans lui prêter véritablement attention, Sawyer pensait avoir trouvé une oreille attentive à ses problèmes en la personne d’une psychiatre qui sans lui dire clairement va l’interner de force. A partir de là, on passera une bonne partie du film à se demander si tout ce que l’on voit se passe dans la tête de la jeune femme ou bien si au contraire il s’agit effectivement de la réalité. En plaçant des indices trompeurs, Steven Soderbegh arrive à faire douter en permanence le spectateur qui aura forcement tendance à vouloir prendre la défense de la pauvre Sawyer. Très réaliste dans ses deux premiers actes, le film prendra une tournure encore plus sombre dans une troisième partie plus violente mais qui en devient pour le coup un peu moins réaliste même si elle nous fera encore plus frissonner d’effroi.

 

Paranoïa

 

L’usage de l’Iphone pour tourner le long métrage ne fait qu’améliorer l’aspect froid de Paranoïa. La plupart du temps, le réalisateur n’utilise que de cadrages en plans fixe plus ou moins large en posant son téléphone parfois en hauteur ou par d’autres moment en contre plongé pour accentuer le coté inquiétant des personnages. Il aime aussi parfois filmer son héroïne de très loin et un peu caché comme si il l’on voyait par les yeux de son harceleur. La plupart des échanges entre les protagonistes du film se fond la plus souvent en simple champ / contre champ en très gros plan qui demande une interprétation infaillible de la part des acteurs.

Devenue bien plus célèbre depuis qu’elle incarne la reine Elizabeth II dans la série The Crown sur Netflix, Claire Foy délivre une prestation impeccable dans le rôle de Sawyer Valentini, parfois toute en fragilité et à d’autre moment véritable boule de nerfs. Une révélation qui donne envie de découvrir ce qu’elle donnera dans le rôle de Lisbeth Salander dans le prochain film Millenium. On saluera aussi la prestation d’une Juno Temple vue dans le dernier Woody Allen presque méconnaissable avec ses tresses et sa hargne de malade mentale bien secouée. Certains reconnaîtront peut être Joshue Leonard en prétendu harceleur bien inquiétant qui jouait déjà dans le film d’horreur expérimental Le Projet Blair Witch. Plutôt habitué aux rôles comiques, Jay Pharoah se montrera un allié important pour la pauvre Sawyer. Enfin on vous laisse la surprise de voir l’apparition surprise d’un acteur fétiche de Steven Soderbergh le temps d’un tout petit rôle.

 

Paranoïa

 

Si on pouvait être échaudé par le fait que Paranoïa a été  tourné en utilisant des Iphones, on oubliera très rapidement ce détail pour se focaliser sur l’intrigue bien prenante du nouveau Steven Soderbergh. Claire Foy trouve ici un rôle qui fera certainement date dans sa carrière à la fois fragile mais qui ne manque pas de tempérament. Elle est bien épaulée par des seconds rôles aussi talentueux qu’elles pour semer le trouble et nous faire frissonner. Parce que cette histoire semble presque pouvoir nous arriver, elle en est que plus angoissante et pousse aussi à réfléchir sur les dérives du système de santé américain.

 

MON AVIS : 4/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • TITRE ORIGINAL : Unsane
  • RÉALISATEUR : Steven Soderbergh
  • AVEC : Claire Foy, Joshue Leonard, Juno Temple, Jay Pharoah & Amy Irving
  • SCÉNARISTES : James Greer & Jonathan Bernstein
  • COMPOSITEUR : Thomas Newman
  • GENRE : Thriller
  • DURÉE : 1h38
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DISTRIBUTEUR : Twentieth Century Fox France
  • SITE OFFICIELhttps://bleeckerstreetmedia.com/unsane
  • DATE DE SORTIE : 11 juillet 2018