PASSENGERS de Morten Tyldum [Critique Ciné]

 

Passengers

 

Après le très sérieux Imitation Game, le réalisateur Morten Tyldum envoie Chris Pratt et Jennifer Lawrence dans les étoiles pour le space opera Passengers.

 

 

SYNOPSIS : Parti pour un voyage en hibernation de 120 ans à destination de la planète Homestead II dans un vaisseau comprenant 5000 passagers, Jim Preston sera le seul à être réveillé suite à une panne de son caisson au bout de seulement trente ans de voyage. N’ayant pas de possibilité de se remettre en hibernation il se sait désormais condamné à passer le restant de sa vie sur le vaisseau. Pour tromper sa solitude, il décide de réveiller Aurora. Ils découvriront que leur réveil est une bonne chose car la panne du vaisseau pourrait bien coûter leur vie à l’ensemble des passagers.

 

Il s’est fait attendre ce Passengers !  Il faut dire qu’entre le moment où il a été annoncé en 2013 et sa sortie véritable, Sony Pictures a mis du temps à nous révéler les premières images du Space Opera. A tel point qu’on aurait pu croire que ce projet imaginé par le scénariste de Prometheus était mort dans l’œuf et qu’on ne le verrait probablement jamais. Le voici finalement à peine deux semaines après Rogue One : A Star Wars Story et quatre mois avant de retrouver Chris Pratt dans Les Gardiens De La Galaxie.

 

Passengers

 

Ce n’est pas la première fois qu’un film de science fiction nous raconte l’histoire d’un homme livré à lui même. Passengers rappelle entre autre Seul Sur Mars, Moon voir même Gravity et aussi par d’autres aspect Wall-E et Sunshine pour l’immensité de ce vaisseau spatial. Ce n’est pas pour autant qu’on ne sera pas emballé par le début du film car au fond nous sommes nombreux à rêver de pouvoir vivre une aventure spatiale de ce type. On prendra donc beaucoup de plaisir à suivre le héros de cette histoire après son réveil alors qu’il explore de fond en comble ce vaisseau à la recherche d’une solution à son problème.

Le premier coup de mou de cette histoire viendra au moment où Jim décide de réveiller Aurora pour qu’elle lui tienne compagnie dans son calvaire. Tout le monde aura remarqué au passage le clin d’œil à La Belle Au Bois Dormant dans le prénom de l’héroïne. A vouloir à son tour découvrir tout le vaisseau, le film donne déjà l’impression de se répéter. S’en suivra le début de la romance entre Jim et Aurora qui n’a rien de franchement romantique et n’apportera donc rien au récit. D’autant plus que le film aurait pu pousser à la réflexion sur cette sorte de suicide social accepté par tous les passagers qui ne verront plus jamais les gens qu’ils ont quitté sur Terre après ce voyage de 120 ans dans l’espace

 

Passengers

 

Au bout d’un moment on attendra plus qu’une chose c’est l’action promise par la bande annonce arrive enfin . Avec l’accroche de l’affiche qui annonce qu' »ils ne se sont pas réveillés par hasard », on s’attend à un renversement de situation digne d’un grand film de science fiction. . On se rendra finalement compte qu’on nous a une nouvelle fois trompé en découvrant la maigre scène d’action loin d’être aussi spectaculaire et angoissante qui clôture cette histoire là où il y aurait clairement de quoi offrir une dernière partie beaucoup plus intelligente. On sera définitivement déçu par une conclusion expéditive qui aurait mérité d’être étoffée.

Dans le rôle de Jim Preston, Chris Pratt est toujours aussi « cool » et plaisant à suivre. C’est lui qui apporte une touche d’humour face à une Jennifer Lawrence que l’on a connu plus inspirée lorsqu’elle tourne pour David O. Russell. On comprend mieux du coup pourquoi elle n’a rien à dire en interview comme cela a pu lui être reproché, ce n’est clairement pas dans les blockbusters qu’elle donne son meilleur. Le troisième rôle du film est celui d’un barman androïde et confident rappelant le film Shining joué avec beaucoup d’humour par Michael Sheen. Deux autres acteurs bien connus feront une brève apparition à peine justifiée que vous découvrirez par vous même.

 

Passengers

 

On aurait beaucoup aimé pouvoir adorer Passengers qui sur le papier avait tout pour nous convaincre. Mais malgré un duo d’acteurs impeccable et attachant, des décors et des effets spéciaux très réussis, le film de Mortem Tyldum est cependant une déception tant son scénario n’exploite pas suffisamment son véritable potentiel pour s’attarder uniquement sur la relation amoureuse comme une sorte de Space Titanic avec un final qui manque clairement d’ambition.

 

MON AVIS : 3/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Mortem Tyldum
  • AVEC : Chris Pratt, Jennifer Lawrence et Michael Sheen
  • SCÉNARISTE : Jon Spaihts
  • COMPOSITEUR : Thomans Newman
  • GENRE : Science Fiction, Romance, Action
  • DURÉE : 1h57
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DISTRIBUTEUR : Sony Pictures Releasing France
  • SITE OFFICIELhttp://www.passengersmovie.com/
  • DATE DE SORTIE : 28 décembre 2016