PATTAYA de Franck Gastambide [Critique Ciné]

 

Pattaya

 

Pattaya,  sa plage, ses bars, ses prostitués, ses combats et ses « Kaïra » ! La station balnéaire très célèbre de Thaïlande est devenue depuis quelques temps le paradis sur terre pour tous les jeunes de banlieue. Quoi de plus normal donc que Franck Gastambide en est fait le cadre de sa nouvelle comédie mettant encore en scène un trio de sympathiques galériens des cités.

 

AVERTISSEMENT

DES SCÈNES, DES PROPOS OU DES IMAGES PEUVENT HEURTER LA SENSIBILITÉ DES SPECTATEURS

 

SYNOPSIS : Histoire de changer les esprits à son pote Franky qui ne se remet pas de sa rupture avec sa petite amie,  Krimo le convainc d’utiliser Karim, le nain du bâtiment C qui a toujours voulu être leur ami, pour se faire payer un séjour tout frais payés à Pattaya par les organisateurs d’un combat de nains.  Si cela semblait être une bonne idée à la base, les choses seront au final bien loin de se dérouler comme ils pensaient.

 

Deux héros de taille normale et un nain, cela aurait pu être l’occasion pour Franck Gastambide de réaliser la suite des Kaïra, succès surprise de 2012, que beaucoup attendent ! Pourtant le réalisateur et scénariste avait envie d’aller bien plus loin cette fois ci dans la réalisation et de profiter de la confiance que lui accordaient désormais les producteurs après avoir signé le film le plus rentable de 2012. C’est pourquoi, il a imaginé une toute nouvelle histoire qui pourrait amener ses personnages jusqu’en Thaïlande pour une grande comédie d’aventure exotique qui peut largement rivaliser avec les comédies américaines.

Pattaya

Franck Gastambide s’est cette fois ci imaginé un rôle de fan de Vin Diesel qui rêve de lui ressembler mais qui est aussi un grand romantique désespéré d’avoir perdu Lilia, la femme de sa vie jouée par Sabrina Ouazani . Il traîne la plupart du temps avec son meilleur ami Krimo, joué par l’humoriste Malik Bentalha, qui galère avec les femmes et obligé la plupart du temps de se payer des prostitués. C’est de lui que vient l’idée de partir à Pattaya profiter d’un coût de la vie bien moins important qui leur permettra de tirer leur coup et s’amuser à moindre frais à l’image de son cousin Reaz (Ramzy Bedia) parti s’installer là bas et devenue le roi de la station balnéaire avec son commerce fleurissant de grecs, d’armes et de fringues pour kaïra.

Pattaya réunit aussi un nombre impressionnant de nains dont on se demande où Franck Gastambide a pu en dénicher autant. On n’ avait pas revu cela au cinéma probablement depuis les Ewoks du Retour Du Jedi ou le Willow de Ron Howard. Le troisième héros du film est Anouar Touali dont la petite taille fait de lui le souffre douleur des deux copains qui se jouent de lui en permanence. L’organisateur du tournoi auquel ils se sont engagé à participer est le Marocain, joué par Gad Elmaleh. Lui aussi entouré de dizaines de nains combattants assez impressionnant malgré leur petite taille.

Pattaya

Alors que Pattaya n’est que son second long métrage, on peut déjà dire que Franck Gastambide a tout compris à la comédie moderne. Son nouveau film n’a en effet rien a envier à la trilogie Very Bad Trip dont le second volet se passait lui aussi en Thaïlande et à grand nombre de comédie d’aventures américaines.  Si son budget est certainement moins important, il arrive tout de même à nous proposer des scènes mouvementées très réussies. Mais surtout l’humour très déjanté et parfois même vraiment trash est absolument irrésistible. Comme dans les Kaïra, Franck Gastambide se joue de la culture Kaïra distillant les références dans de petites allusions ou des caméos que seuls les connaisseurs seront à même de déceler.

Pattaya doit beaucoup aussi à ses acteurs parfaitement bien choisi. Généralement lorsque un acteur tient le rôle principal en même temps qu’il réalise et écrit le film, il manque généralement de recul et se plante comme Gad Elmaleh et son Coco par exemple. Ici ce n’est absolument pas le cas. En plus, il faut bien reconnaître qu’il a bien réussi à ressembler à Vin Diesel avec le talent et l’humour en plus. Après Robin Des Bois qui lui avait offert son premier grand rôle au cinéma, Malik Bentalha revient de loin. Il est ici lui aussi très drôle dans un personnage qui lui permet d’explorer le même terrain que ses sketchs sur scène. Dans un rôle pas si éloigné de celui qu’il tenait dans les Kaïra, Ramzy Bedia est à nouveau au top avec de nombreuses répliques appelées à devenir culte. Même si il est aussi amusant, Gad Elmaleh en maître bouddhiste parait en décalage avec le reste de la bande dans un rôle très cartoonesque qui ne manque cependant pas non plus d’excellentes répliques. Il ne faut pas oublier aussi le singe l’orang-outan Nathalie, qui fait écho à l’ancienne carrière de dresseur d’animaux de Franck Gastambide, très amusant aussi et qui semble être un clin d’œil aux films qu’avait fait Clint Eastwood au début des années 80.

 

Pattaya

 

Avec Pattaya,  Franck Gastambide signe probablement la meilleure comédie française depuis bien longtemps. Le réalisateur / scénariste a parfaitement digéré les influences américaines de Todd Phillips, Ben Stiller et Judd Apatow pour signer un film sans limites qui filera probablement des complexes à l’équipe de Baby-Sitting. Un pur régal de vannes non stop et de clins d’œil référencés à la culture des banlieues. Probablement moins grand public que le réussi Les Tuches 2, Pattaya mérite cependant largement le même succès.

 

MON AVIS : 4/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Franck Gastambide
  • AVEC : Franck Gastambide, Malik Bentalha Anouar Toubali
  • SCÉNARISTES : Franck Gastambide et Stéphane Kazandjian
  • MUSIQUE : Éric Neveux & Kore
  • GENRE : Comédie
  • DURÉE : 1h37
  • NATIONALITÉ : Française
  • DISTRIBUTEUR : Gaumont Distribution
  • SITE OFFICIELhttps://www.facebook.com/Pattaya.LeFilm/
  • DATE DE SORTIE : 24 février 2016

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *