ROULEZ JEUNESSE de Julien Guetta [Critique Ciné]

 

Roulez Jeunesse

 

Eric Judor se frotte à la comédie dramatique dans Roulez Jeunesse, le premier film de Julien Guetta mais était-ce vraiment une bonne idée ?

 

 

SYNOPSIS : Dépanneur travaillant dans l’entreprise familial, Alex va prendre en charge une jeune femme qui va l’entraîner chez elle pour y passer la nuit. Mais au réveil, la jeune femme a disparu et Alex va découvrir dans la maison le jeune Kurt et son petit frère Otis livrés à eux mêmes. Pour cet homme de 43 ans encore célibataire et insoucieux, c’est la tuile car il ne veut pas laisser ces enfants tous seuls mais il aura toutes les peines du monde à trouver de l’aide pour régler cette situation.

 

Si Eric Judor s’était déjà frotté à un exercice un peu différent avec sa série Platane, il a jusque là surtout exceller dans le registre de la comédie la plus absurde possible que ce soit dans ses propres films avec Ramzy ou ses collaborations avec Quentin Dupieux. Cette fois ci, c’est à un genre d’exercice totalement inédit auquel il s’essaye avec Roulez Jeunesse, le premier film écrit et réalisé par Julien Guetta qui s’était illustré auparavant grâce à des courts métrages. Nous sommes ici dans une comédie bien maladroite flirtant avec le mélodramatique avec de bons cotés et d’autres qui laissent franchement à désirer montrant encore l’inexpérience du réalisateur avec un Eric Judor qui tente malgré tout tant de bien de mal de faire de son mieux pour sauver les meubles.

 

Roulez Jeunesse

 

Honnêtement, Roulez Jeunesse débutait franchement bien en laissant à Eric Judor champ libre pour ce qui s’annonçait une franche comédie. En tant que dépanneur, il va accueillir dans son véhicule tout un tas de clients haut en couleurs pour des échanges très amusants. Jusqu’à sa rencontre avec la sexy Prune qui va l’entraîner chez elle et la découverte des enfants qu’il va tenter tant bien que mal de refourguer à l’école ou à la police, les occasions de rire se font alors nombreuses. Mais en voyant à quel point son personnage peine à se faire aider dans cette galère, notre bonne humeur est vite remplacé par de l’incompréhension. Alors que ce personnage nous paraissait totalement sympathique, on découvre subitement que tout son entourage semble le détester sans que l’on comprenne vraiment pourquoi alors que ses collègues sont une brochette de bras cassés qui semblent beaucoup moins efficace au travail que lui et que c’est sa mère qui tient la société de dépannage.

On a franchement l’impression d’avoir raté un épisode en voyant qu’Alex ne peut même pas expliquer en deux minutes à sa mère la galère dans lequel il se retrouve avec les enfants sur les bras. On se dit que l’on saura peut être plus tard mais non, la relation avec cette mère autoritaire qui aurait du lui laisser la direction de l’entreprise depuis longtemps mais qui semble avoir bien du mal à décrocher sera bancale du début à la fin. Alors qu’il ne le parait pas comme ça non plus, on découvrira aussi qu’il semble être un séducteur qui n’a que faire de ses conquêtes le lendemain et que toutes les filles de la région semblent l’avoir en grippe à cause de cela. Manque de peau c’est le cas de l’assistante sociale qui aurait du prendre en charge les enfants. Cette accumulation d’embûches improbables parait rapidement assez peu crédibles et finiront par vraiment gacher le plaisir que l’on avait eu à découvrir le début du film.

 

Roulez Jeunesse

 

Mais ce qui plombera vraiment Roulez Jeunesse, c’est sa dernière partie qui voudrait devenir dramatique sans vraiment nous surprendre puisqu’on s’attendait déjà à cette découverte rien qu’en voyant la bande annonce. Julien Guetta voudrait raconter sa version de l’histoire d’un mec immature qui au contact des enfants va gagner en responsabilité et s’attacher de plus en plus à eux. C’est tellement du réchauffé que l’on n’arrivera jamais à être ému tant on a déjà vu ce genre d’histoire en bien mieux raconté. Face à tant de mièvrerie, on a vraiment l’impression de se retrouver dans un téléfilm de TF1 et ce n’est pas la réalisation très plate du jeune réalisateur qui justifiera le prix d’une place de cinéma pour découvrir pareil histoire.

Il faut avouer que sans Eric Judor, Roulez Jeunesse aurait été certainement encore plus raté. L’acteur arrive toujours à nous faire décrocher un éclat de rire ou parfois même un sourire alors qu’il n’est entouré que d’acteurs vraiment peu attachants. En revanche sa tentative pour nous émouvoir tombera complètement à plat tant elle est très mal amenée. Le choix des enfants est particulièrement catastrophique avec le jeune Ilan Debrarant qui ne sachant pas lire a du apprendre ses dialogues par cœur et n’arrivera jamais à les sortir correctement. Il ne donne jamais l’impression d’être à fond dans le film comme si il ne savait pas vraiment ce qu’il faisait là. Dans le rôle de la grande sœur, Louise Labeque joue l’ado rebelle complètement clichée et sans aucun intérêt. Au fond c’est le bébé qui s’en sort le mieux des trois sans avoir rien à faire. Seul le trio de mécanos où l’on trouvera l’excellent Philippe Duquesne arrivera eux aussi à nous faire rire alors que les autres acteurs adultes sont juste tout simplement insupportables. Quelle idée d’avoir tenter de faire ressembler la pauvre Laure Calamary à une espèce de Valérie Mairesse sortie tout droit des années 80 ?

 

Roulez Jeunesse

 

Si Eric Judor tenait absolument à son tour jouer son « Tchao Pantin« , il aurait bien mieux fait de s’écrire son propre film plutôt que d’accepter de jouer dans Roulez Jeunesse. Si son humour sera le seul intérêt du premier film de Julien Guetta, le fait qu’il ait été bridé dans son jeu par le réalisateur fait de ce long métrage une comédie qui fini par ne plus nous faire rire tant l’accumulation de rebondissements improbables et le jeu pitoyable de la plupart des acteurs plombent le film minute après minute. A moins d’être particulièrement friands des mélodrames diffusés le soir sur TF1, mieux vaudra passer son chemin et attendre un nouveau grand rôle d’Eric Judor pour aller le revoir au cinéma.

 

MON AVIS : 1/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Julien Guetta
  • AVEC : Eric Judor, Laure Calamy, Brigitte Roüan, Ilan Debrabant et Louise Labeque
  • SCÉNARISTES : Julien Guetta & Dominique Baumard
  • COMPOSITEUR : Thomas Krameyer
  • GENRE : Comédie Dramatique
  • DURÉE : 1h24
  • NATIONALITÉ : Français
  • DISTRIBUTEUR : Le Pacte
  • SITE OFFICIELhttp://www.le-pacte.com/france/prochainement/detail/roulez-jeunesse/
  • DATE DE SORTIE : 25 juillet 2018