SIMETIERRE de Kevin Kölsch & Denis Widmyer [Critique Ciné]

 

Simetierre

 

Trente ans après une première adaptation Simetierre, le roman culte de Stephen King, s’offre une nouvelle version pour coller à l’air du temps mais était-ce vraiment nécessaire ?

 

Attention : la bande annonce comprends de très nombreux spoilers

 

SYNOPSIS : Souhaitant échapper au rythme trépident de Boston, le Docteur Louis Creed décide de partir vivre dans une région rurale du Maine avec son épouse Rachel et leurs deux enfants Ellie et Gage. En achetant leur nouvelle maison, il ne savait pas que son terrain cachait un mystérieux cimetière pour animaux où les enfants de la région aiment enterrer les animaux écrasés sur la route dans une sorte d’étrange rituel. Lorsque le chat de la famille va se faire écraser, Louis va apprendre de son voisin Jud Crandall le secret de cet endroit. Un dangereux pouvoir qui n’est pas sans conséquences.

 

Alors que nous pourrons voir en septembre la suite tant attendue du reboot de Ça, le revival des adaptations de Stephen King semble reprendre de plus belle cette année comme en 2017 avec de nouvelles saisons pour les séries Castle Rock et Mr Mercedes et le film Docteur Sleep. Avant cela, c’est avec une nouvelle adaptation du roman Simetierre que commence les festivités. Si la première version est sortie il y a déjà trente ans, le film de Mary Lambert reste un véritable classique de l’horreur, cependant Paramount Pictures pense qu’il est grand temps d’en proposer un remake pour séduire une nouvelle génération. Confié aux quasi inconnus Kevin Kölsch & Dennis Widmyer, réalisateurs du remarquable Starry Eyes, cette nouvelle version se voudrait plus moderne et pourtant une impression de déjà-vu domine.

 

Simetierre

 

Dès les premières images de Simetierre, on reconnait bien les décors traditionnels des œuvres de Stephen King, ces images de forêts et de petites villes traditionnelles du Maine où se déroulent la majorité des romans du maître de l’horreur. Un panneau indiquant que la ville de Derry, où se déroule l’intrigue de Ça est seulement à 20 miles nous le confirmera d’ailleurs. Cela fait parti des nombreux détails que les réalisateurs prendront un temps fou à installer. Il faudra une bonne heure pour nous présenter en détail les membres de la famille Creed qui pour des raisons différentes redoutent tous la mort. Le père car il est docteur, la mère à cause d’un deuil douloureux et la jeune Ellie pour l’inconnu que cela représente. Il faut aussi nous montrer ce mystérieux « Simetierre » pour animaux écrit avec deux fautes parce que tenu par des enfants. On fera aussi la connaissance de leur étrange mais au fond bien gentil vieux voisin Jud Crandall.

Le premier élément horrifique arrivera bien plus tard par un étudiant accidenté qui s’adressera au Docteur Creed et lui fera faire d’étranges cauchemar. C’est d’abord un chat ressuscité qui est censé nous donner nos premiers frissons mais il n’y aura franchement pas de quoi sauter au plafond malgré les tentatives de « jumpscare » vraiment inefficaces. Que vous ayez lu le livre,  vu la version précédente ou tout simplement vu la bande annonce, vous savez ce qu’il va se passer dans les dernières vingt minutes. Les choses sérieuses devraient alors commencer mais comment imaginer cela possible ? On voit mal comment de adultes pourraient en effet être réellement en danger face à cette menace haute comme trois pommes et ne pesant pas plus de trente kilos. Si par moment nous aurons le droit à quelques plans un peu gore, l’ensemble reste cependant bien trop sage et aura certainement du mal à satisfaire les plus grands fans de films d’horreur tant le film manque d’innovation dans le genre.

 

Simetierre

 

Les meilleures adaptations des romans de Stephen King étant bien souvent les moins fidèles, les scénaristes Jeff Buhler et Matt Greenberg ne se sont pas gênes pour prendre de larges libertés avec le roman d’origine en donnant une autre importance à l’un des membres de la famille et en changeant complètement la fin, histoire peut être de laisser une chance à une suite. On retrouvera tout de même la plupart des scènes les plus marquantes de l’histoire mais pas forcement reproduite tout aussi fidèlement. Toutes ces modifications paraissent assez artificielles. Elles sont là avant tout pour surprendre les fans de Stephen King mais passeront totalement inaperçus pour tout ceux qui n’aurait pas lu le livre ou vu la précédente version. Rien n’arrivera cependant à justifier l’intérêt de ce remake.

Le casting de Simetierre avait pourtant toutes les qualités pour rendre le long métrage intéressant. Jason Clarke joue un père de famille traumatisé vraiment impeccable et la petite Jeté Laurence impressionne dans son double rôle pour son jeune age. En voisin mystérieux, John Lightgow délivre une prestation inhabituelle. Seule Amy Seimetz en mère de famille semble ne pas avoir été aussi bien servie par le scénario et passe trop pour une victime durant tout le film.

 

Simetierre

 

Par rapport au remake de Ça, on ne peut être que déçus du manque d’originalité de cette nouvelle adaptation de Simetierre. Rien dans la réalisation ni dans les tentatives de nous effrayer ne justifie ce remake bien trop sage pour tout bon fans d’horreur qui se respectent. Si le talent de Stephen King en tant que romancier n’est plus à prouver, tenter d’adapter ses œuvres au cinéma n’est pas à la portée de tous et ce nouveau Simetierre rejoint le rang des nombreuses adaptations ratées qui ne resteront pas longtemps dans les mémoires.

 

MON AVIS : 1/5

 

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • TITRE ORIGINAL : Pet Sematary
  • RÉALISATEURS : Kevin Kölsch & Dennis Widmyer
  • AVEC : Jason Clarke, Amy Seimetz, John Lightgow & Jeté Laurence
  • SCÉNARISTES : Jeff Buhler et Matt Greenberg d’après l’oeuvre de Stephen King
  • COMPOSITEUR : Christopher Young
  • GENRE : Épouvante / Horreur
  • DURÉE : 1h41
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DISTRIBUTEUR : Paramount Pictures France
  • DATE DE SORTIE : 10 avril 2019