SLEEPLESS de Baran bo Odar [Critique Ciné]

 

Sleepless

 

Fini la déconne pour Jamie Foxx qui revient avec Sleepless à un polar noir bien plus sérieux, peut être même un peu trop…

 

INTERDIT AUX MOINS DE 12 ANS

 

SYNOPSIS : Flic infiltré cherchant à faire tomber des collègues ripoux, Vincent Downs va commettre une grossière erreur en allant voler à visage découvert un sac de cocaïne appartenant à un puissant trafiquant de drogues. Afin de remettre la main sur cette précieuse marchandise, le gangster va kidnapper son fils. Pour Vincent, il n’est plus question de jouer au bon flic lorsque la vie de sa progéniture est en jeu et il ne faudra mieux pas se mettre sur son chemin.

 

L’histoire de Sleepless vous rappellera peut être un film français avec Tomer Sisley. Cela n’est bien sur pas une coïncidence puisque le nouveau film de Jamie Foxx est effectivement un remake de Nuit Blanche, un polar sorti en 2011 qui avait séduit les producteurs Adam Stone et Alex Foster suite à sa projection au festival de Toronto en 2012. Ils ont choisi d’en confier la réalisation à Baran bo Odar un réalisateur suisse dont le dernier film Who Am I – Kein System Ist Sicher est encore inédit en France malgré son carton au box office allemand. Énorme bide aux Etats Unis, Sleepless a malgré tout le droit à une sortie en grande pompe en France dans les salles de cinéma durant un mois d’août où les distributeurs font généralement les fonds de tiroirs.

 

Sleepless

 

Il faut bien l’avouer la carrière de Jamie Foxx n’a jamais vraiment décollé malgré le succès de Django Unchained. Après avoir joué un méchant très convainquant et à la fois très amusant dans l’injustement décrié The Amazing Spider-Man 2 : Le Destin D’un Héros, l’acteur n’est apparu que dans des seconds rôles amusants mais jamais très gratifiants. Épatant dans le récent Baby Driver d’Edgar Wright, l’acteur avoue ne pas être fier d’avoir tourné dans Sleepless. Il est vrai qu’un rôle pareil dans un long métrage qui aurait eu plus sa place directement en DVD risque bien de lui coûter quelques points de crédibilité.

Au crédit de Sleepless, on doit reconnaître que le film démarre plutôt bien avec un échange nourri de coup de feu auxquels ne s’attendaient pas Vincent Downs (Jamie Foxx) et son partenaire. Sans vraiment prendre le temps de nous expliquer immédiatement qui est ce personnage, ce sont des indices dans le décor qui laisse comprendre que Vincent n’est pas le flic ripoux qu’on pourrait croire. Plutôt intriguant le début de récit le verra pris en étau entre la Police Des Police qui le soupçonne d’avoir pris part à la fusillade et le trafiquant de drogues mécontent de s’être fait voler 25 kilos de Cocaïne et qui va en vengeance kidnapper le fils de Vincent.

 

Sleepless

 

Sur un rythme enlevé, l’intrigue se déroule sans aucun temps morts et ne tarde pas à multiplier les scènes d’actions avec des chorégraphies de combat plutôt bien menées. Là où les choses vont sérieusement se gâter c’est lorsque le film va chercher vraiment à conclure son intrigue. C’est là qu’on se rendra compte que rien ne tient la route que ce soit ce flic infiltré dont aucun autre collègue n’est au courant de la mission (qui est son chef ?) ou ce dépannage étrange de drogues entre deux mafieux qui n’a pas de sens. Le fin frôle carrément le ridicule, lorsque l’épouse de Vincent, simple infirmière va débouler avec son pistolet pour venir l’aider et que dire de cet affrontement final expéditif et franchement ridicule. Peut on d’ailleurs vraiment parler de fin alors que tout est mis en place pour transformer Sleepless en franchise. Au vu des résultats au box office, il y a cependant peu de chance que celle ci voit le jour.

On comprend bien que Jamie Foxx ne soit pas fier du résultat mais les producteurs peuvent cependant lui dire un grand merci car il s’est donné à fond pour ce rôle. Sa seule présence sauve littéralement le long métrage de la catastrophe. L’autre recrue de choix est Michelle Monaghan qu’on a pas l’habitude de voir dans ce genre de film. Elle prouve ici qu’elle est capable d’être plus que la jolie fille avec une scène de combat franchement bien menée. Les autres acteurs ne se démarqueront pas autant tant leur personnages ne sont que des ramassis de clichés typique de ce genre de films.

 

Sleepless

 

Pas aussi catastrophique que l’on aurait pu craindre, Sleepless devrait amplement satisfaire les amateurs de films d’action décérébrés pour ses nombreuses scènes de combat. En revanche, il ne faudra vraiment pas prêter attention à ce scénario qui multiplie les incohérences et les facilités qui lui feront quitter la route à plusieurs reprises. Ce qui rend le film regardable c’est avant tout la présence de Jamie Foxx qui arrive encore à en imposer même dans la pire histoire. Il est bien épaulée par une Michelle Monaghan qui démontrera de vrais capacités au combat. Esthétiquement, Sleepless fait passer son modèle français Nuit Blanche pour un téléfilm mais ce n’est pas ça qui en fait pour autant une véritable réussite.

 

MON AVIS : 2/5

 

 

BONUS : la bande annonce de Nuit Blanche

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Baran bo Odar
  • AVEC : Jamie Foxx, Michelle Monaghan, Dermot Mulroney, David Harbour et Gabrielle Union
  • SCÉNARISTE : Andrea Berloff d’après l’oeuvre de Olivier Douyère, Nicolas Saada & Frédéric Jardin
  • COMPOSITEUR : Michael Kamm
  • GENRE : Polar, Thriller
  • DURÉE : 1h35
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DISTRIBUTEUR : Paramount Pictures France
  • SITE OFFICIELhttp://sleeplessmovie.com/
  • DATE DE SORTIE : 9 août 2017