THE BYE BYE MAN de Stacy Title [Critique Blu-Ray]

 

The Bye Bye Man

 

Initialement prévu pour une sortie en salles en octobre 2016, c’est finalement directement en Blu-Ray et DVD que les fans d’horreur pourront découvrir The Bye Bye Man le 23 juin 2017,  une nouvelle histoire de croquemitaine qui ressemble beaucoup à ce qui se faisait dans les années 90.

 

 

SYNOPSIS : Elliot vient de trouver la maison parfaite pour loger près de l’université avec sa petite amie Sasha et son meilleur ami John. Mais dans les meubles laissés par les anciens occupants, il sera surpris de découvrir de mystérieuses inscriptions dans le tiroir de la chambre de nuit qui mettent en garde contre le Bye Bye Man. Mais pour eux il est en fait déjà trop tard car le monstre est déjà là à leur donner d’étranges visions qui vont déclencher les plus basses pulsions.

 

The Bye Bye Man c’est une histoire de Croquemitaine mais c’est aussi celle d’une revenante. Ce nouveau film d’horreur est en effet signé par la réalisatrice Stacy Title révélée par son premier film  L’Ultime Souper sorti il y a déjà vingt deux ans et qui fait son retour dix ans après son dernier film Snoop Dog’s Hood Of Horror jamais sorti en France. Comme si elle sortait d’une longue phase d’hibernation, elle signe ici un film qui ressemble beaucoup à ce qu’on pouvait faire en terme d’horreur il y a vingt ans dans la lignée d’un Candyman, Whishmaster ou Urban Legends. Certes pas l’age d’or du cinéma horrifique mais une période cependant prolifique et qui contrairement à maintenant avait encore sa place sur le grand écran.

 

The Bye Bye Man

 

L’histoire de The Bye Bye Man commence par un flash back d’un homme qui va abattre aveuglement  des connaissances en lui dans leurs maisons sans que l’on comprenne trop pourquoi. Ce n’est que bien plus tard que l’on comprendra le lien entre cette scène et le reste de l’histoire. Car les véritables personnages principaux de The Bye Bye Man sont trois étudiants, Elliot et Sasha un couple et leur meilleur ami qui se connaissent depuis longtemps mais n’avaient encore jamais vécu ensemble, passé les premiers doutes sur cette colocation, ils vont bien rapidement avoir des soucis bien plus graves lorsqu’ils vont être victimes chacun de divers symptômes différents. Elliot, qui n’était pas du genre jaloux va commencer à avoir des doutes sur l’honnêteté de John vis à vis de sa copine. Tandis que John verra des choses étranges sur Kim, la fille avec laquelle il espérait conclure. Quand à Sasha, elle n’arrête plus de tousser et de frissonner. Mais que leur arrive t’il ?

L’idée de départ de The Bye Bye Man serait tirée d’une histoire vraie vécue par un ami de Robert Damon Schneck, un spécialiste du surnaturel qui l’avait retranscrit dans la nouvelle The Bridge To Body Island. Trois étudiants seraient entrés en contact avec l’aide d’une planche de ouija avec un esprit se faisant appeler The Bye Bye Man, un albinos sur le point de devenir aveugle qui tuait afin de se fabriquer une sorte de chien à base d’organes humains et qui se déplaçait en train pour aller tuer. De ce récit, le scénariste Jonathan Penner n’a en fait que gardé que quelques éléments pour imaginer une toute autre histoire. Le monstre ressemble bien a celui décrit : un grand albinos encapuchonné et son chien d’aveugle maléfique. Visuellement magnifique ce nouveau croquemitaine ne fera malheureusement que trop peu d’apparition dans le film.

 

The Bye Bye Man

 

Cela explique en fait les failles du nouveau long métrage de Stacy Title. Car si le début de The Bye Bye Man se montre bien inquiétant, on finira cependant par déchanter tout d’abord par rapport au manque de surprise de ce long métrage qui repose encore sur les habituels « jumpscares » pour tenter de faire frissonner le spectateur. Même dans sa version non censurée, le film semble être vraiment édulcoré pour être certains de toucher un plus large public. Mais ce qui est le plus décevant, c’est l’impression que le film ne fait que survoler son sujet comme une guise d’introduction au début d’une éventuelle franchise. Beaucoup de questions resteront en effet sans réponses à la fin du film comme si la réalisatrice était déjà sur de pouvoir faire une suite, ce qui n’est pas encore garanti. Cela poussera peut être certains à vouloir lire la nouvelle qui explique notamment pourquoi on voit régulièrement des images d’un train.

Encore peu connu, le trio qui mène le film joue l’habituel « chair à slasher » sans réelle démonstration de talents. La preuve que ce premier film n’est qu’un prequel au début d’une franchise c’est la brève apparition de l’actrice Carrie-Anne Moss en inspectrice de police qui ne gagne en présence que vers la fin du film comme si elle pourrait être l’héroïne de la suite. On sera aussi surpris de découvrir l’immense Faye Dunaway dans un simple rôle de grand mère le temps d’une scène qui frise le ridicule. Quand au Bye Bye Man, il est incarné par Doug Jones, un spécialiste des créatures étranges notamment dans les films de Guillermo Del Toro.

 

The Bye Bye Man

 

Si il était sorti il y a vingt ans avant tous les autres long métrages auxquels il ressemble, The Bye Bye Man aurait pu nous convaincre plus. Mais en l’état il aura du mal à séduire les vrais amateurs de films d’horreur. La faute à une intrigue qui préfère ne pas répondre aux mystères qu’elle soulève comme si une suite était déjà certains de voir le jour ce qui à la vue du résultat n’est pas encore garanti. C’est d’autant plus dommage que cette créature horrifique avait le potentiel pour faire un grand film entre les mains d’un réalisateur plus expérimenté. On regrettera de le voir si peu et que le film évite de se montrer trop gore même dans sa version censurée pour être sur de toucher le public le plus large possible. Seuls les adolescents qui n’auraient pas vu les classiques du genre risquent de trouver ce film vraiment réussi, ça tombe bien puisqu’ils sont certainement le public visé.

 

MON AVIS : 2/5

 

 

LE BLU-RAY : Rien à reprocher concernant la qualité de l’image et du son de The Bye-Bye Man. La seule chose regrettable est d’avoir caché la version non censurée du film dans la section des bonus alors que c’est vraiment  celle qu’il faut voir si vous voulez de l’hémoglobine. Certains pourront reprocher que celle-ci ne soit d’ailleurs proposé qu’en version originale sous titrée.

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Stacy Title
  • AVEC : Douglas Smith, Cressida Bonas, Lucien Laviscount et Carrie-Anne Moss
  • SCÉNARISTE : Jonathan Penner d’après le roman de Robert Damon Schneck
  • GENRE : Horreur, Epouvante
  • DURÉE : 1h38
  • NATIONALITÉ : Américain
  • ÉDITEUR : Metropolitan Filmexport
  • SITE OFFICIELhttp://stxmovies.com/thebyebyeman/
  • DATE DE SORTIE : 23 juin 2017
  • BONUS : le film en version non censurée