THE REVENANT de Alejandro Gonzalez Inarritu [Critique Ciné]

 

The Revenant

 

Déjà bardé de récompenses et grand favori des Oscars avec douze nominations, The Revenant est forcement attendu chez nous avec la plus grande impatience. Sorti dans la plupart des pays depuis le mois de janvier, tout le monde a déjà entendu parlé de la prestation de Leonardo DiCaprio dans le nouveau film d’Alejandro Gonzalez Inarritu et a forcement envie de la découvrir. La 20th Century Fox a visiblement choisi de faire monter le buzz, mais ne risque t’on pas d’être déçu à force d’attendre ?

 

INTERDIT AUX MOINS DE 12 ANS

 

SYNOPSIS : Parti chasser pour son groupe de trappeurs, Hugh Glass se fait sauvagement attaquer par un ours qui le laisse dans un piteux état. Craignant le retour des indiens qui ont déjà décimé une bonne partie des effectifs, son groupe le laisse avec son fils Hawk sous la surveillance du jeune Bridger et de John Fitzgerald. Celui-ci perdra cependant rapidement patience et décide d’achever Hugh Glass. Surpris par Hawk, il n’a pas d’autre choix que de l’assassiner et de cacher le corps avant de s’enfuir. Motivé par la vengeance, Hugh Glass se battra contre la mort pour retrouver ce lâche.

 

The Revenant sort en France un an pile après Birdman, le précédent long métrage d’ Alejandro Gonzalez Inarritu. L’année dernière, la 20th Century Fox avait bien profité des récompenses glanées aux Oscars pour faire de Birdman un succès et compte visiblement sur le même recette pour s’assurer à The Revenant un maximum d’entrées. Le premier exploit du film est déjà celui du réalisateur Alejandro Gonzalez Inarritu qui a du certainement enchaîner très rapidement les tournages de ces deux films pour réussir à les sortir dans un laps de temps aussi court qui pourrait lui permettre d’un des rares réalisateur a être récompensé de l’Oscar du meilleur réalisateur deux années de suite.

The Revenant

L’histoire de The Revenant est tiré d’un roman de Michael Punke lui même adapté de l’histoire vraie d’Hugh Glass, un trappeur qui fût attaqué par un grizzli et laissé pour mort en 1823. Le scénario de Alejandro Gonzalez Inarritu et Mark L. Smith prend énormément de liberté sur l’épreuve qu’a traversée réellement Hugh Glass en rajoutant dans l’intrigue un fils absent de la vraie histoire et en édulcorant le périple du trappeur à des fins plus cinématographiques. Le plus gros problème de ce scénario, c’est qu’il est rempli d’incohérence. Alors que le vrai Hugh Glass n’a jamais reçu de soins et a du ramper tout du long de son périple, sa version cinéma a le droit a être recousu par ses camarades et finira même par arriver à courir après son cheval par on ne sait quel miracle.

Après la prouesse de Birdman tourné pour donner l’impression d’un unique plan séquence, on attendait le même genre de prouesse de la part de Alejandro Gonzalez Inarritu et le réalisateur ne nous décevra pas de ce coté là. Si tout le film n’est pas cette fois ci intégralement en plan séquence, toutes les scènes les plus spectaculaires utilise ce procédé. Cela à le mérite de rendre chacune de ces séquences bien plus intense et particulièrement les scènes d’attaque des indiens qui ont décimés les troupes d’Andrew Henry. De plus les décors naturels de The Revenant filmé en lumière naturel sont bien souvent magnifiques.

The Revenant

Ils sont nombreux à vouloir que Leonardo DiCaprio remporte enfin l’Oscar du meilleur acteur qui lui a trop souvent échappé. Pourtant il faut bien avouer que ce n’est pas ici son meilleur rôle. Certes l’acteur a du subir des conditions de tournages vraiment difficiles passant neuf mois en extérieur à ramper dans la neige et se plonger dans une rivière glacée mais quand on sait qu’il s’est fait doublé pour l’attaque d’un faux ours et qu’il passera la majorité du film sans parler, on l’a déjà vu dans de bien meilleures prestations.

En fait Tom Hardy mériterait bien plus l’Oscar du Meilleur Second Rôle tant il vole la vedette à Dicaprio dans le rôle de l’infâme John Fitzgerald. Un nouveau rôle de redneck au bord de la folie et salement scalpé qui a au moins le mérite de parler et qu’on aime détester. Le troisième rôle du film est celui de Bridger, jeune recrue jouée par Will Poulter vu dans Le Labyrinthe parfais dans les rôles de poule mouillé. Domnhnall Gleeson a ici des allures d’Ewan McGregor en Obi-Wan Kenobi avec sa barbe de général qui nous laisse à penser qu’il aurait très bien pu jouer un descendant du Jedi dans la nouvelle trilogie au lieu de son rôle de méchant.

The Revenant

 

 

MON AVIS

 3/5 

A retarder la sortie de The Revenant, le film d’Alejandro Gonzalez Inarritu souffre de la concurrence de The Hateful Eight. Dans le genre du Western enneigé Quentin Tarantino signe un film bien plus violent. En dehors de la présence de méchants indiens, The Revenant n’ a en fait pas grand chose à voir avec le western. C’est plus un survival ou un drame magnifiquement réalisé mais malheureusement trop long pour être totalement captivant surtout lorsque Alejandro Gonzalez Inarritu se perd dans des plans ésotériques. Quand à Leonardo DiCaprio, on a déjà vu des prestations de survivants dans le même genre et l’acteur n’y apporte rien de neuf. Dans le genre Matt Damon avait au moins le mérite de rajouter un peu d’humour dans Seul Sur Mars et mériterait l’Oscar juste pour cela.

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Alejandro Gonzalez Inarritu
  • AVEC : Leonardo DiCaprio, Tom Hardy, Domnhall Gleeson & Will Poulter
  • SCÉNARISTES : Alejandro Gonzalez Inarritu & Mark L. Smith
  • MUSIQUE : Ryuichi Sakamoto
  • GENRE : Drame, Survival, Western, Aventure
  • DURÉE : 2h36
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DISTRIBUTEUR : 20th Century Fox France
  • SITE OFFICIEL : http://www.foxfrance.com/the-revenant
  • DATE DE SORTIE : 24 février 2016

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *