THE WALL de Doug Liman [Critique Ciné]

 

The Wall

 

Plutôt habitué aux grands films d’action mouvementés, le réalisateur Doug Liman calme le jeu avec The Wall, thriller en huis clos en plein désert irakien.

 

 

SYNOPSIS : Alors que la guerre en Irak touche à sa fin, le sergent-chef Shane Matthews et le sergent Allen Isaac sont envoyés dans une mission de reconnaissance pour tenter de retrouver la trace d’un sniper ennemi qui a fait un carton sur le chantier d’un pipeline. A leur tour, ils vont être piégés par le tireur embusqué qui va grièvement blesser le sergent-chef. Après avoir réussi à se réfugier derrière un mur, Allen Isaac va entrer dans une véritable guerre des nerfs  avec le sniper pour gagner du temps et tenter de le débusquer en attendant les secours.

 

Avec pour seul décor 50 mètres carré de désert, un mur en ruine et un bout de pipeline et avec trois acteurs seulement à diriger, The Wall a des allures de film de vacances pour le réalisateur Doug Liman. En pensant à ses précédents films Edge Of Tomorrow, JumperMr & Mrs Smith et La Mémoire Dans La Peau, il y avait de quoi penser que la bande annonce ne montrait qu’une infime partie du film et pourtant non tout est déjà bien là. Et comme l’indique le titre du film, tout se passe véritablement derrière ce mur presque tourné au fond du jardin du réalisateur puisque tout le film censé se dérouler en Irak a été en fait réalisé dans le désert californien.

 

The Wall

 

Produit par Amazon Studios avec un budget très limité pour leur plateforme de S.V.O.D. aux Etats Unis, The Wall a curieusement le droit à une sortie en grande pompes dans les cinéma français là où une sortie directe en DVD aurait bien été suffisante. Ce premier scénario écrit par Dwain Worrel s’est retrouvé en 2014 sur la fameuse blacklist des histoires à adapter au plus vite. On ne compte pourtant plus le films de guerre moderne et The Wall rappellera forcement à la fois l’American Sniper de Clint Eastwood pour son duel de tireurs d’élite ou le Un Jour Dans La Vie De Billy Lynn d’Ang Lee sorti trop discrètement pour la tentative de sauvetage d’un soldat blessé.

Sans aucune grosse bataille, The Wall commence directement avec nos deux sergents bien camouflés pour guetter l’apparition de l’ennemi. Doug Liman a voulu faire de cette introduction une sorte de Buddy Movie où les deux soldats font fuser les vannes entre eux. Les choses sérieuses commencent quand l’un d’entre eux et grièvement touché et que l’autre n’a pas le choix de sauver sa vie en se cachant. Plein d’incohérences et de passages d’actions bien trop courts, la tension descendra bien vite pour laisser la place à l’ennui lorsqu’on découvrira que le reste du film ne se contentera que d’échanges par radio interposée entre les deux soldats rivaux.

 

The Wall

 

Ces échanges très bateau veulent à nouveau faire passer le même message de la futilité de la guerre, car l’intervention des américains en Irak reste encore à justifier, mais aussi le besoin d’adrénaline de ces soldats traumatisés qui une fois rentré chez eux, ne rêvent que de retourner sur le champ de bataille. On ne compte plus les films sur le sujet depuis le Démineurs de Kathryn Bigelow. Ce qui verront vraiment un message politique dans The Wall l’auront cependant fantasmé tant les dialogues entre les deux hommes sont bien insipides. Le sujet a déjà été traité tellement de fois et de manière souvent bien plus convaincante qu’on ne voit pas où était l’urgence de le refaire avec cette histoire.

Autant le dire tout de suite, si c’est la présence du catcheur John Cena qui vous motive à aller voir The Wall, il ne faudra pas arriver en retard à la projection car il fini en carpette en à peine cinq minutes pour ne se relever brièvement que bien plus tard. Tout le film repose en fait sur Aaron Taylor Johnson qui ne bougera presque pas de son mur. Ses actions très limités ne nous permettra pas vraiment de profiter des talents de l’acteur révélé par Kick Ass et devenu une vraie star du film d’action. L’acteur Laith Nakli qui joue le sniper irakien ne sera lui qu’une voix dans une radio et n’apparaîtra jamais à l’écran.

 

The Wall

 

Totalement insipide et ennuyeux, The Wall n’a clairement pas sa place sur grand écran tant il ne propose aucune scène d’action convaincante ni même de belles images. Il est franchement étonnant de voir un réalisateur tel que Doug Liman, pourtant si doué pour l’action, se contenter de ce thriller en huis clos bavard et trop rarement angoissant pour vraiment mériter cette qualification. Ce n’est pas encore avec ce rôle bien trop bref que John Cena aura le temps de faire ses preuves tandis qu’Aaron Taylor Johnson n’aura tellement rien à défendre qu’on aura bien du mal à vraiment se soucier du sort de son personnage.

 

MON AVIS : 0/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Doug Liman 
  • AVEC :  Aaron Taylor Johnson, John Cena & Laith Nakli
  • SCÉNARISTE : Dwain Worrell
  • GENRE : Thriller, Guerre
  • DURÉE : 1h30
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DISTRIBUTEUR : Metropolitan FilmExport
  • SITE OFFICIELhttps://www.facebook.com/TheWall.lefilm/
  • DATE DE SORTIE : 07 Juin 2017