UNFRIENDED : DARK WEB de Stephen Susco [Critique Ciné

 

Unfriended : Dark Web

 

Trois ans après un premier opus qui n’a pas franchement marqué les esprits, Blumhouse Tilt rallume l’ordinateur pour Unfriended : Dark Web, une suite que personne n’attendait. L’occasion de faire mieux ou simplement d’encaisser les dollars ?

 

INTERDIT AUX MOINS DE 12 ANS

 

 

SYNOPSIS : Mattias pensait avoir fait l’affaire du siècle en trouvant un Mac flambant neuf qui semblait avoir été abandonné. En explorant son disque dur, il va tomber sur d’étranges fichiers qui vont le conduire sur le Dark Web. Ces amis témoins de cette découverte macabre via Skype vont rapidement regretter d’avoir été mêlé à cette histoire lorsque le véritable possesseur du PC va commencer à les éliminer un par un.

 

Unfriended : Dark Web a la lourde tâche d’être le dernier film d’horreur d’une année 2018 qui nous a la plupart du temps bien déçu entre La Nonne, Sans Un Bruit, Ghostland ou Halloween pour n’en citer que quelques uns. Cependant on sait par avance qu’il aura bien du mal à relever le niveau tant le premier Unfriended nous avait laissé de marbre. Parce que le producteur Jason Blum n’est pas du genre à ne pas tenter de transformer chacun de ses films en franchise, c’est ainsi que l’on a le droit à cette suite que personne n’avait pourtant vraiment réclamé et qui a échappé par miracle à une sortie directe en DVD grâce au nouveau distributeur Apollo Films

 

Unfriended : Dark Web

 

Unfriended : Dark Web reprend exactement la même recette que le premier opus déjà reprise cette année dans le film Searching – Portée Disparue produit par la même équipe. Au lieu de voir les acteurs évoluer comme d’habitude dans les décors, tout le film se déroule de la première à la dernière minute sur un écran d’ordinateur. Une expérience au final assez peu cinématographique tant elle rappelle notre quotidien connecté à nos smartphones, PC et tablettes. On aura un peu de mal à entrer dans cette histoire alors que Matias, le héros voleur de PC tente de trouver le mot de passe et se lance ensuite dans l’installation de logiciels et dans des conversations avec ses amis via Skype et Messenger. Il faudra attendre une bonne demi heure avant que l’intrigue s’intensifie un peu avec les premières découvertes macabres et les premiers meurtres.

Le gros problème, c’est que ce procédé ne laisse aucune place à l’installation des personnages. On comprendra que le héros est amoureux d’une sourde et muette dans une relation assez compliquée, qu’il a deux amies lesbiennes et d’autres potes sans grand intérêt ni particularité. L’histoire de Unfriended : Dark Web n’a plus aucun rapport avec celle du premier film qui comptait vraiment une partie fantastique avec la vengeance d’une morte. Nous sommes ici vraiment plus proche du thriller que du film d’horreur. Le Dark Web du titre n’est en fait pas du tout exploité, nous sommes ici face à un groupe de gens sadiques prêts à payer pour voir des jeunes filles être assassinées de manière cruelle. Au lieu d’une menace surnaturelle inexplicable, il s’agit ici d’un simple chantage qui ne nous donnera pas une seule occasion de frissonner tant nous n’avons rien à faire du sort des personnages. Le premier film avait au moins le mérite de dénoncer le harcèlement scolaire via les réseaux sociaux. Ici le message semble se limiter, si vous volez, vous serez punis. Le concept de ces parieurs auraient largement pu être bien mieux développé. 

 

Unfriended : Dark Web

 

Comme pour le premier film, le casting de Unfriended : Dark Web repose sur des valeurs montantes venues des séries télé. Le héros est joué par Colin Woodell vu dans la série The Originals. Il n’aura malheureusement rien de costaud à jouer pour faire ses preuves ici. L’actrice qui marquera le plus les esprits est Rebecca Rittenhouse qui a tapé dans l’œil de Quentin Tarantino qui l’a fait jouer dans son prochain film. Elle est clairement la plus expressive dans ce casting. Bien que très jolie, Stephanie Nogueras est particulièrement exaspérante dans ce rôle de petite amie muette dont on ne voit pas l’utilité dans l’histoire.

Difficile de comprendre ce qui peut bien justifier une interdiction aux moins de 12 ans tellement Unfriended : Dark Web semble particulièrement aseptisé. Le sang se fera très discret et la plupart des morts ne seront que suggérées ou vues de très loin. Ce qui n’est pas non plus logique, c’est qu’en 2018 les webcams sont loin d’être d’aussi mauvaises qualité que dans le film. Désormais les images s’affichent en HD hors dans le film ils semblent encore tous équipés avec du matériel d’il y a une quinzaine d’années avec glitch et grain à foison simplement pour différencier réalité et webcam. Ce qu’il y a de plus ridicule, c’est qu’il n’y a aucune raison pour que le tueur apparaisse toujours comme un amas de pixels dans l’image alors qu’il n’a pourtant rien de fantastique. La réalisation du film manque clairement de dynamisme et se montrera rapidement ennuyeuse à se contenter de nous faire lire des conversations sur Facebook. Quand à la conclusion de cette histoire, elle nous laissera carrément sur notre faim avec l’impression d’avoir vraiment été pris par des imbéciles tant le film ne semble rien raconter.

 

Unfriended : Dark Web

 

Ne perdez pas votre temps ni votre argent à aller voir Unfriended : Dark Web au cinéma. La réalisation moche et fainéante de Stephen Susco ne mérite pas mieux que le moniteur avec lequel vous pourrez choper le film en streaming. A chercher à transformer le premier film en franchise, Jason Blum et Timur Bekmambetov ne font que tirer sur une corde bien élimée donnant clairement l’impression de prendre les spectateurs pour des imbéciles. Encore une belle déception dans le genre horrifique pour conclure cette année qui a fait beaucoup de mal au genre.

 

MON AVIS : 0/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Stephen Susco
  • AVEC : Colin Woodel, Stephanie Nogueras, Rebecca Rittenhouse, Savira Windyani & Andrew Lees
  • SCÉNARISTE : Stephen Susco
  • GENRE : Horreur / Thriller
  • DURÉE : 1h28
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DISTRIBUTEUR : Apollo Films
  • SITE OFFICIELhttps://www.unfriended-darkweb.com/home/
  • DATE DE SORTIE : 26 décembre 2018