À BRAS OUVERTS de Philippe De Chauveron [Critique Ciné]

 

A Bras Ouverts

 

Après les polémiques autour de Gangsterdam la semaine dernière, c’est au tour d’À Bras Ouverts de subir les foudres d’une certaine presse qui ne sait toujours pas ce qu’est une comédie et n’hésite pas à faire un faux procès au nouveau film de Philippe De Chauveron alors que le véritable problème est ailleurs.

 

 

SYNOPSIS : Invité à un débat contre un écrivain aux idées d’extrême droite,  l’intellectuel de gauche Jean-Etienne Fougerole  accepte le défi de recevoir chez lui une famille de Roms et donne en direct son adresse. Alors qu’il n’y croyait pas, Babik et toute sa famille vont sonner à sa porte dès le soir même ne lui laissant pas d’autre choix que de leur ouvrir. Obligé de tenir parole pour la promotion de films, Jean-Etienne et sa femme vont devoir apprendre à cohabiter avec cet famille aux coutumes très différentes des leurs.

Avant même le premier jour de tournage, À Bras Ouverts créait déjà la polémique rien qu’à l’annonce de son sujet. Certains refusaient à l’avance de voir une comédie stigmatiser les roms et il faut dire que Philippe De Chauveron avait un peu déjà tendu le bâton pour se faire battre puisque le film devait initialement s’appeler Sivouplééé. C’était oublier un peu trop vite que le réalisateur avait su  se jouer des clichés sur les différentes religions avec beaucoup d’humour dans Qu’est-Ce Qu’on A Fait Au Bon Dieu ? Mais alors qu’on s’attendait à une nouvelle comédie tout aussi réussie de sa part, À Bras Ouverts ne fait pas preuve du même humour et c’est bien là le vrai problème.

 

A Bras Ouverts

 

Fort du carton du succès de L’Eleve Ducobu et surtout de Qu’Est-Ce Qu’on A Fait Au Bon Dieu ? Philippe de Chauveron a enchaîné pas moins de cinq films en l’espace de sept ans. Un rythme d’enfer qui semble montrer ses limites dans ce nouveau film À Bras Ouverts dont la première erreur est probablement d’avoir laissé la main pour l’écriture du scénario à son frère Marc De Chauveron. Car là où Philippe De Chauveron avait su montrer un peu de modernité dans ses deux derniers films, cette nouvelle comédie renoue avec un humour grand public totalement dépassé.

Pire que tout le film semble ne pas hésiter à piquer des blagues à d’autres films et spécialement à ceux de la Troupe du Splendid comme dans une dégustation de plats typiques qui rappellera forcement Les Bronzés Font Du Ski ou Le Père Noël Est Une Ordure. Un hommage appuyé à Christian Clavier qui de son coté ne fait que reprendre le même sempiternelle rôle du bourgeois coincé qu’il joue dans quasiment tous ses films  à la différence que cette fois c’est un intellectuel de gauche vaguement inspiré par Bernard-Henri Lévi. Son « Arielle Dombasle » est jouée par Elsa Zylberstein, encore plus bourgeoise que lui.

 

A Bras Ouverts

 

A vrai dire, À Bras Ouverts n’aurait probablement eu aucun intérêt sans la présence d’Ary Abittan dans le rôle de Babik, le chef de la famille de Roms. Avec ce rôle, l’acteur peut se lâcher autant qu’il le fait sur scène où comme dans l’ancien Talk Show d’Arthur sur la chaîne Comédie. Ce rôle de Rom semble en effet regrouper plusieurs anciens personnages qu’il a pu créer auparavant mais si le personnage est totalement délirant en lui même, le scénario d’À Bras Ouverts ne lui permettra pas de l’exploiter à fond. Le reste de sa famille de Roms est joué par des acteurs inconnus qui passeront presque tous inaperçus à l’exception d’Inan Çiçek très amusant en débile de la communauté et la toute mignonne Nikita Dragomir.

Il ne faut pas aller voir À Bras Ouverts, en pensant découvrir un documentaire sur les Roms car même si le réalisateur s’est appuyé sur un véritable expert de cette culture pour la justesse du film, la comédie ne pouvait marcher qu’en utilisant tous les clichés que la majorité des gens ont dans la tête : sales, voleurs, mal intégrés… Tout ces clichés permettent aux scénaristes de créer des scènes de pure comédie qui se regardent sourire aux lèvres mais qui ne feront jamais franchement rire. Mais ce qu’on pourra avant tout reprocher au film, c’est qu’il ne donne jamais l’occasion de chasser ses clichés comme s’ils étaient au fond que la stricte vérité.

 

A Bras Ouverts

 

La seule bonne raison de taper sur À Bras Ouverts c’est surtout parce que le film n’est clairement pas aussi drôle que ce qu’on pouvait s’attendre après les réussites de Qu’est-Ce Qu’on A Fait Au Bon Dieu et Débarquement Immédiat. À enchaîner trop vite les tournages, il était sur que Philippe De Chauveron finirait par s’essouffler et À Bras Ouverts ressemble à une sortie de route dans l’ascension du réalisateur. Il serait bon qu’il prenne un peu de repos pour nous revenir en forme avec une nouvelle comédie un peu plus moderne et originale qui ne s’attaquera aux sujets sensibles qu’en les maîtrisant parfaitement.

 

MON AVIS : 2/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEURPhilippe De Chauveron
  • AVEC : Christian Clavier, Ary Abittan, Elsa Zylberstein, Cyril Leconte et Nikita Dragomir
  • SCÉNARISTES : Guy Laurent et Marc De Chauveron
  • COMPOSITEUR :  Hervé Rakotofiringa et The Zuralia Orchestra
  • GENRE : Comédie
  • DURÉE : 1h32
  • NATIONALITÉ : Français
  • DISTRIBUTEUR : S.N.D.
  • DATE DE SORTIE : 5 avril 2017