A WAR de Tobias Lindholm [Critique Ciné]

 

A War

 

Nommé à l’Oscar du meilleur film en langue étrangère en début d’année, A War, le nouveau film de Tobias Lindholm arrive avec beaucoup de retard dans les salles françaises. Peut être pour nous faire oublier tous les films très similaires déjà sortis ces dernières années ?

 

 

SYNOPSIS : Commandant de compagnie danoise engagé en Afghanistan, Claus Michael Pedersen était toujours estimé par  ses supérieurs. Pris au piège dans un village avec ses hommes, il va ordonner le bombardement d’une zone afin de permettre à l’hélicoptère de récupérer un blessé grave. Son acte coûtera malheureusement la vie à onze villageois innocents et le militaire de retour au Danemark devra se battre dans un combat très différent contre la justice de son pays pour justifier son acte.

Entre Démineurs, American Sniper, Du Sang Et Des Larmes, Jarhead et Good Kill, y avait il encore besoin d’un énième film sur les conséquences familiales et psychologiques de la guerre ? La seule originalité de A War c’est qu’il ne vient pas des Etats Unis mais du Danemark. Il s’agit du troisième film du réalisateur Tobias Lindholm dont les précédents film R et Hijacking avaient déjà reçu de très bons accueils critiques même si on pouvait déjà les comparer à de nombreux autres longs métrages déjà sortis.

 

A War

 

A War débute fort avec une scène de guerre qui nous prend par surprise et s’avère particulièrement gore et marquante. De quoi nous mettre en confiance pour le reste du film sauf qu’au final on s’apercevra très vite que Tobias Lindholm n’a  visiblement pas eu les moyens de ses ambitions. On se demandera si c’est par économie ou par choix qu’on ne verra que les troupes danoises sans jamais voir les ennemis en face. La grosse scène de guerre du film se contente de fortes explosions et d’une caméra remuée dans tous les sens pour tenter de faire le spectacle. C’est bien peu par rapport à ce que nous propose les films américains du même genre.

En parallèle, Tobias Lindholm nous ressort les grosses ficelles bien éculées de la difficulté d’être éloigné des siens pour un militaire jamais certains de pouvoir revenir vivant de mission. La femme du héros du film est montrée comme une combattante du quotidien obligée d’élever seule ses enfants en l’absence de leur père. Des difficultés que de nombreuses familles connaissent sans avoir de compagnon à la guerre et qui du coup ne nous sembleront pas si exceptionnelles.

 

A War

 

Dans la seconde partie du film Claus Michael Pedersen est de retour au Danemark pour être jugé après avoir ordonné un bombardement qui a tué de nombreux civils. Face à la lourde peine qui l’attend, il devra faire le choix entre assumer ses actes et en payer les conséquences ou protéger l’équilibre précaire de sa famille en arrangeant la vérité. Le film de guerre se transforme alors en film de procès dans un décor de tribunal aux allures d’algeco et très mal filmé. Là encore c’est une banalité sur la futilité de la guerre que nous réserve le réalisateur. La guerre est elle pas faite pour être gagné par n’importe quel moyens possible en s’assurant qu’un minimum de soldats soit tué ou bien est ce que le soldats doivent être prêt à se sacrifier pour s’assurer que la population locale ne soit pas les victimes d’une guerre qu’ils n’ont pas réclamé ? A chaque spectateur d’avoir son avis sur la question et d’approuver ou non le choix fait par ce commandant.

Tobias Lindholm a de nouveau fait appel à Pilou Asbæk pour incarner le militaire Claus Michael Pedersen. L’acteur était déjà la tête d’affiche de R et Hijacking et commence une carrière international avec des rôles dans le Lucy de Luc Besson et bientôt dans l’adaptation de Ghost In The Shell. Avec sa barbe et sa raie sur le coté il a ici des allures d’Ewan McGregor dans Star Wars. Sa femme est jouée par Tuva Novotny vue dans Mange, Prie, Aime. On sent bien l’aspect dramatique de leur histoire mais malheureusement les dialogues en danois sont un sévère blocage pour apprécier pleinement leur jeu. Dans les scènes de guerre, les personnages utilisent en plus des termes militaires très techniques qui n’aident pas à la compréhension de l’histoire qui nécessiterait presque des bulles explicatives en plus des sous titres.

 

A War

 

 

On pensait profiter d’un film de guerre intense et dramatique et on ressort de A War avec une impression de déjà vu en beaucoup moins bien. Le réalisateur Tobias Lindholm semble se spécialiser dans une carrière de suiveur en sortant que des films sur des sujets abordés déjà de nombreuses fois. Sans moyens pour aller au bout de ses ambitions, A War devient un film inutile pour tous ceux qui ont pu voir ce que les américains ont déjà fait sur le même sujet. On fini par s’ennuyer sévèrement devant cette accumulation de clichés sur la guerre que l’on connait déjà. C’est à se demander si la nomination du film aux Oscars n’est pas juste une manière de remercier les danois d’aider les Etats Unis dans le conflit en Afghanistan.

 

MON AVIS : 1/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

 

 

3 pensées sur “A WAR de Tobias Lindholm [Critique Ciné]

  • Ping : SORTIES CINÉ & BOX OFFICE du 1er juin 2016 - Freakin' Geek

  • 5 juillet 2016 à 10:15
    Permalink

    comparer A War à Démineurs ou American Sniper c’est n’avoir rien compris au film
    ici il n’est pas question de superheros ou de gentils occidentaux luttant contre des mechants terroristes, il est juste question de prendre en considération les « mauvaises » prises de décision en temps de guerre..
    (sinon le blog est très joli :p )

    Répondre
    • 5 juillet 2016 à 12:21
      Permalink

      La question de choix est bien abordée dans American Sniper et le coté difficulté de retrouver sa famille après avoir vécu l’horreur dans la guerre est bien le point commun des trois films auquel on peut aussi ajouter good kill dans le meme genre. Chacun est libre d’aimer ou non, pour moi c’est le moins réussi que j’ai vu dans le genre.

      Merci pour le site

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *