MISS PEREGRINE ET LES ENFANTS PARTICULIERS de Tim Burton [Critique Ciné]

 

Miss Peregrine Et Les Enfants Particuliers

 

Après le plus sérieux Big Eyes, Tim Burton revient avec un nouveau conte fantastique Miss Peregrine Et Les Enfants Particuliers qui ravira certainement petits et grands.

 

A PARTIR DE 10 ANS

 

SYNOPSIS : Depuis son enfance, Jacob a toujours été le seul à croire aux histoires fantastiques de son grand père. Ce n’est cependant que lorsque celui ci va mourir de manière mystérieuse que le jeune garçon va découvrir pour de vrai le monde enchanteur dont il avait tout le temps entendu parler. Mais le foyer de Miss Peregrine pour Enfant Particuliers court désormais un grave danger car les sépulcreux ne sont désormais plus très loin. Jacob va alors découvrir qui a lui aussi un don et qu’il est le seul à pouvoir les protéger.

 

Qui mieux que Tim Burton aurait pu porter sur le grand écran le roman Miss Peregrine Et Les Enfants Particuliers de Ransom Riggs ? A voir les animaux taillés dans les haies du jardin du foyer, on s’attendrait presque à voir surgir Edward Aux Mains d’Argent dans ce nouveau film. Il faut dire que le bestseller ne date que de 2011 et que son auteur a très bien pu être inspiré par les œuvres du réalisateur même si l’idée de ce foyer est né d’une collection de vieilles photos étranges que collectionnait l’auteur.

 

Miss Peregrine Et Les Enfants Particuliers

 

Miss Peregrine est une Ombrune, une femme capable de se transformer en oiseau, qui est chargée de protéger des enfants dotés de pouvoirs particuliers en les maintenant dans une boucle temporelle  qui les isole du monde. Ils vivent tous les jours la même journée du 3 septembre 1943 tout en pouvant faire ce qu’ils veulent tant qu’il respecte à la lettre le timing  maintenu par la directrice. Ce foyer ressemble un peu à l’école du Professeur Xavier dans les X-Men mais ses pensionnaires ne se prennent pas ici pour des super héros. Ils tentent au contraire de vivre le plus simplement possible en profitant de leur don.

Il y a Emma capable de maîtriser l’air, Olive capable de mettre le feu à tout ce qu’elle touche, Enoch capable de donner vie aux objets, Horace qui peut projeter ses rêves prémonitoires comme une séance de cinéma, Hugh qui abrite en lui un essaim d’abeille, Claire qui cache une grande bouche sous ses boucles blondes, Bronwyn doté d’une force herculéenne, Fiona qui peut faire pousser la nature, Millard qui est invisible et deux petits jumeaux masqué pour une bonne raison. Jacob sera particulièrement bien accueilli car il est le portrait craché de son grand père à l’époque où il les avaient rencontrer. Il découvrira que lui aussi a toute sa place parmi ses enfants particuliers.

 

Miss Peregrine Et Les Enfants Particuliers

 

Pour jouer Miss Peregrine, Tim Burton a de nouveau fait appel à Eva Green qu’il avait déjà dirigé dans Dark Shadows. Le héros de cette histoire est incarné par Asa Butterfield, déjà bien habitué des rôles fantastiques pour avoir déjà été Hugo Cabret pour Martin Scorsese. Ella Purnell qui tenait le rôle de la jeune Maléfique dans le film Disney joue ici Emma. Mais le plus remarquable de tous dans cette distribution est Samuel L. Jackson qui joue ici le grand méchant Barron à l’apparence particulièrement inquiétante.

On sent bien que Tim Burton s’est fait très plaisir en revenant au film pour enfants. C’est particulièrement flagrant dans les quelques scènes en animation en stop motion qu’il a glissé ici. L’attaque des squelettes est un nouvel hommage clairement affiché au travail de Ray Harryhausen sur Jason Et Les Argonautes. Il ne manque malheureusement qu’une chose pour rendre le film parfait, c’est la musique de Danny Elfman. Le compositeur n’a en effet pas pu participer à ce nouveau long métrage laissant la main à Michael Highman et Matthew Margeson qui tentent tant bien que mal de lui ressembler sans y parvenir vraiment.

 

Miss Peregrine Et Les Enfants Particuliers

 

on retrouve dans Miss Peregrine Et Les Enfants Particuliers tout  ce que l’on a toujours aimé chez Tim Burton depuis ses débuts comme si cette histoire avait été écrite pour lui. En se débarrassant des images de synthèse ratées pour des effets spéciaux à l’ancienne, il signe ici clairement son meilleur film depuis Sweeney Todd. Un futur classique plein de fantaisie et d’humour qui devrait séduire tous ses fans. Le seul regret est l’absence inexpliquée du compositeur Danny Elfman qui aurait su apporter encore un peu plus de rêve à cette histoire.

 

MON AVIS : 5/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • TITRE ORIGINAL : Miss Peregrine’s Home For Peculiar Children
  • RÉALISATEUR : Tim Burton
  • AVEC : Eva Green, Asa Butterfield, Ella Purnell & Samuel L. Jackson
  • SCÉNARISTE : Jane Goldman
  • COMPOSITEURS : Michael Highman & Matthew Margeson
  • GENRE : Fantastique
  • DURÉE : 2h07
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DISTRIBUTEUR : 20th Century Fox France
  • SITE OFFICIEL :
  • DATE DE SORTIE : 5 octobre 2016

 

 

Une pensée sur “MISS PEREGRINE ET LES ENFANTS PARTICULIERS de Tim Burton [Critique Ciné]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *