Critique Ciné : GOODNIGHT MOMMY de Veronika Franz & Severin Fiala

 

GoodNight Mommy

 

Vainqueur du Prix du Jury SyFy Universal et du Prix du Jury Jeunes de la Région Lorraine à la dernière édition du Festival du Film Fantastique de Gérardmer, Good Night Mommy n’est cependant pas un film d’horreur comme les autres. Loin des classiques du genre très populaires, le long métrage de Veronika Franz & Severin Fiala s’inscrit dans une vague beaucoup plus cérébral qui le destine à un tout autre public. Serez vous prêts à faire l’expérience ?

 

INTERDIT AUX MOINS DE 12 ANS

 

Lukas et Elias, deux jeune frères jumeaux, retrouvent leur mère tout juste sorti de l’hôpital la tête entièrement bandée. Méconnaissable, elle est aussi beaucoup moins patiente et gentille avec ses enfants qu’auparavant. Face à cette femme super froide, les deux frères commencent à se demander si il s’agit bien de leur mère…

Première réalisation des autrichiens Veronika Franz & Severin Fiala, Goodnight Mommy tire clairement plus ses influences auprès de films d’auteurs que des maîtres de l’horreur. L’esthétique du film fait immédiatement pensé à l’univers froid et aseptisé du Funny Games de leur compatriote Michael Hanneke tandis que les champs de maïs et le style du film rappelle le Tom à la Ferme de Xavier Dolan. Cela explique certainement pourquoi le film était projeté à la Mostra de Venise où vous ne verrez probablement jamais un film de Rob Zombie ou du producteur Jason Blum.

Goodnight Mommy

Vendu comme un film d’horreur, le long métrage est bien loin de tenir sa promesse. Il faudra vraiment n’avoir jamais vu de vrais longs métrages horrifiques pour frisonner où même être écoeuré par ce que nous propose Veronika Franz & Severin Fiala. Les habitués du genre vont tous probablement très vite découvrir un point clé de l’intrigue de Good Night Mommy déjà tellement vu ailleurs qu’il en est flagrant. Du coup, on passe le reste du film a attendre avec plus au moins de patience le moment où l’on va nous avouer cette vérité qu’on avait déjà percé à jour depuis longtemps et on s’ennuie ferme.

Ce n’est que beaucoup plus tard dans leur long métrage que Veronika Franz & Severin Fiala passent enfin la deuxième vitesse pour nous proposer les images dérangeantes qui avaient tant choqués les festivaliers. Une torture physique totalement gratuite qui ne sert strictement à rien dans cette histoire à part pour choquer les plus sensibles. Il n’y a tellement pas d’enjeu dans ce film qu’au final on ne se soucis plus trop guère de ce que peuvent faire endurer les deux jumeaux à leur supposée mère.

Goodnight Mommy

Il y a aussi beaucoup d’incohérences dans ce film, une fois l’important détail compris on réalise que certains passages ne sont pas possible. C’est cependant surtout la scène des employés de la Croix Rouge qui reste la moins crédible : Sous prétexte que personne ne leur ouvre dans la maison, ils se permettent de la visiter de fond en comble sans y être invités. Mais qui ferait cela en vérité ? On sent bien que cette scène est là pour faire monter un suspense totalement ridicule. Enfin la dernière partie du film laisse une fin très ouverte qui ne répondra pas à toute nos interrogations.

Seul le casting du film est particulièrement réussi. Les deux jeunes acteurs Lukas et Elias Schwarz sont plutôt doués pour passer de visages d’anges à un comportement plus diabolique. Seul petit problème, il faudra être sacrement physionomiste pour les distinguer entre eux dans chaque scène. La mère de famille est interprété par l’actrice Suzanne Wuest, inquiétante et mystérieuse un court moment, avant de devenir une victime pour laquelle on aura bien du mal à compatir sur son sort.

 

Goodnight Mommy

 

 

MON AVIS :

 1/5 

Si vous êtes vraiment fans de films d’horreur, alors passez votre chemin car Goodnight Mommy n’est clairement pas fait pour vous. Son intrigue cousue de fil blanc et son manque de frisson en font un long métrage horrifique destiné à un public d’habitué des salles d’arts et d’essais qui voudrait se faire une frayeur. Il n’y a qu’eux qui pourront se satisfaire d’un pareil ratage à l’esthétique aseptisé, lent et mou qui leur laissera tout le temps pour cogiter probablement bien au delà des intentions de Veronika Franz & Severin Fiala.

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • TITRE ORIGINAL : Ich Seh, Ich Seh
  • REALISATEURS : Veronika Franz & Severin Fiala
  • AVEC : Susanne Wuest, Lukas Schwarz & Elias Schwarz
  • SCÉNARISTES : Veronika Franz & Severin Fiala
  • MUSIQUE : Olga Neuwirth
  • GENRE : Thriller / Horreur
  • DURÉE : 1h40
  • NATIONALITÉ : Autrichien
  • DISTRIBUTEUR : KMBO
  • SITE OFFICIEL : http://ichsehichseh.at/
  • DATE DE SORTIE : 13 mai 2015

 

 

A LIRE AUSSI :